Loi sur le test des eaux usées du détroit

Après la fin des travaux d'installation des systèmes d'égouts internes et des drains par l'organisation de l'installation, ceux-ci doivent être testés avec un acte établi conformément à l'annexe D du Joint Venture 73.13330.2012 “Systèmes sanitaires et techniques internes du bâtiment” (édition mise à jour du SNiP 3.05.01-85). Ces tests doivent être effectués en déversant de l'eau en ouvrant simultanément 75% des appareils sanitaires raccordés au site de test. De la méthode de test vient le nom "domestique" de l'acte - l'acte sur le détroit des eaux usées ou l'acte de l'assainissement des eaux usées. Cependant, le nom de l'acte selon la documentation réglementaire est le suivant: l'acte de tester les systèmes d'égouts domestiques et les systèmes de drainage.

Nous nous sommes occupés du nom exact de la loi et de sa nomination. Examinons maintenant de plus près la forme de l’essai des systèmes d’égout et des drains internes et la méthode de remplissage.

Tout d’abord, indiquez le nom du système sur lequel les tests ont été effectués. Le nom du système provient de la documentation du projet. Par exemple, il peut s'agir du «système d'égout domestique K1».

Ensuite, vous devez indiquer le nom de l’objet de construction. Il n'y a rien de compliqué. Informations sur le nom que nous tirons de la documentation du projet ou du permis de construire. Ensuite, nous entrons les données sur la ville dans laquelle se trouve l’objet de construction capital et la date des essais.

Le bloc dans lequel sont saisies les données de la commission qui a effectué les tests comprend les informations suivantes: nom des organisations du client, entrepreneur général, organisation de l’installation (construction), ainsi que les fonctions, initiales et noms de famille des représentants de ces organisations.

Dans la clause 1 du rapport de test des systèmes d'égouts internes et des drains, les données (nom) relatives à l'organisation du projet, le code de la documentation du projet, les numéros des dessins en fonction desquels les travaux d'installation ont été entrés.

Au paragraphe 2, nous indiquons le nombre d'appareils sanitaires ouverts simultanément et la durée pendant laquelle les tests ont été effectués. Les appareils sanitaires comprennent les baignoires, les lavabos, les bacs à douche, les échelles, les bidets, les cuvettes de toilette, les cuvettes de toilette, les urinoirs, les éviers, les éviers et les prunes. Lors des tests conformément à la norme SP 73.13330.2012, au moins 75% des appareils sanitaires raccordés à la zone testée doivent être ouverts simultanément.

La clause 3 du certificat de contrôle des eaux usées comprend des données sur les défauts détectés lors des tests. Si aucun défaut n’est détecté, nous indiquons qu’au cours de l’inspection, lors des essais, aucune fuite n’a été constatée entre les parois des conduites et les joints.

Selon les résultats des tests, la décision de la commission est prise, ce qui est enregistré dans l'interrupteur de fin de course de l'acte. En règle générale, il s'agit d'un paragraphe de modèle, qui complète uniquement les données sur le nom du système testé.

Une fois le test terminé, l'acte de détroit est signé par tous les membres de la commission. Changer la forme de l'acte et en déroger n'est pas autorisé.

Acte de test de plomberie et sanitaire

ACT
ESSAI DE SYSTEMES DE DRAINAGE INTERNE ET D'EQUIPEMENTS D'EAU

monté en ___________________________________________________________

__________________________ "__" _________________ 200_

Commission composée de représentants:

position, initiales, nom de famille)

entrepreneur général _____________________________________________________

position, initiales, nom de famille)

organisation de montage _____________________________________________________

position, initiales, nom de famille)

a effectué une inspection et un contrôle de qualité de l'installation, effectué par la direction de l'installation, et a rédigé cet acte sur les points suivants:

1 L'installation est faite dans le cadre du projet _______________________________________________

organisation du projet et numéros de dessin)

2 Le test est fait en renversant de l'eau en ouvrant simultanément _________

appareils sanitaires connectés au site d’essai pendant ________ min, ou se remplissant d’eau à la hauteur du sol (rayer l’inutile).

3 Lors des tests, les fuites à travers les parois des canalisations et les joints n’ont pas été détectées.

L'installation est effectuée conformément à la documentation du projet, aux spécifications en vigueur, aux normes, aux codes du bâtiment et aux règles de production et d'acceptation des travaux.

Le système est reconnu pour réussir le test de déversement d’eau.

Représentant client __________________________

Exécutif

Agit sur les réseaux internes d'approvisionnement en eau et d'assainissement

Accueil | Formulaires | Agit sur les réseaux internes d'approvisionnement en eau et d'assainissement

Dans cette section, vous pouvez télécharger des formulaires prêts à l'emploi pour l'exécution de la documentation d'origine.

  • Acte de test des réseaux d'égouts domestiques et des gouttières - mot de téléchargement | exceller
  • Acte d’acceptation du système et rejets d’eaux usées domestiques - download word | exceller
  • Acte de test d'étanchéité hydrostatique ou manométrique - mot de téléchargement | exceller
  • Acte d'inspection de la jauge - mot de téléchargement
  • Acte de purge des canalisations - download word | exceller
  • Loi sur le matériel d'essai individuel - mot de téléchargement | exceller
  • Loi sur le lavage et la désinfection de l’approvisionnement en eau - mot de téléchargement | exceller
  • Rapport d'acceptation pour les systèmes internes de poids lourds - Mot de téléchargement | exceller
  • Acte de test de l'alimentation en eau d'incendie pour la perte d'eau - mot de téléchargement | exceller
  • Acte d’examen des œuvres cachées (formulaire RD-11-02-2006) - mot de téléchargement | exceller
  • Certificat d'inspection d'œuvres cachées (formulaire RD-11-02-2006), échantillon 2018. Télécharger le fichier word
  • Loi sur l'inspection des sections des réseaux d'ingénierie et de support technique (formulaire RD-11-02-2006) - download word | exceller

Lisez à tous ceux qui remplissent la documentation de l'exécutif.

Acte de tester les eaux usées extérieures

Réseaux d'approvisionnement en eau et d'égouts externes

Essais des conduites sous pression des réseaux externes d'approvisionnement en eau et d'assainissement

Les conduites sous pression sont soumises à des tests de résistance et d’étanchéité, en règle générale, par méthode hydraulique conformément aux exigences du SNiP 3.05.04-85 *.
L’essai des conduites sous pression de toutes les classes doit être effectué par l’organisation de la construction et de l’installation, en règle générale, en deux étapes:
le premier est un test préliminaire effectué après le remblayage des sinus avec un poinçonnage au sol à la moitié du diamètre du tuyau laissé ouvert pour inspection par des joints bout à bout; les essais peuvent être réalisés sans la participation des représentants du client et de l’exploitant, la préparation de l’acte ayant été approuvée par l’ingénieur en chef de l’organisation de la construction et de l’installation;
le second test de réception doit être effectué une fois que le pipeline est entièrement rempli avec la participation du client et de l’exploitant, le test doit être effectué sous la forme indiquée ci-dessous.

Essais de conduites à écoulement libre de réseaux d'égouts externes

L’essai des conduites à écoulement libre doit être vérifié en deux étapes: préliminaire (avant expédition) et acceptation (finale) après le remblayage d’une des manières suivantes:
le premier consiste à déterminer le volume d'eau ajouté au pipeline;
la seconde est la détermination de l’entrée d’eau dans le pipeline dans des sols humides.
La méthode de test est établie par le projet.
Les tests d'étanchéité des conduites à écoulement libre doivent être soumis à des zones situées entre les puits adjacents, conformément aux exigences du SNiP 3.05.04-85 *.
Les résultats de l’essai doivent être délivrés par l’acte sous la forme indiquée ici.

Essais des réservoirs d'alimentation en eau et des eaux usées

Un test hydraulique d'étanchéité à l'eau (étanchéité) des structures capacitives doit être effectué après que le béton a atteint sa résistance nominale, nettoyé et rincé conformément aux exigences du SNiP 3.05.04-85 *.
L'imperméabilisation et l'aspersion des structures capacitives avec de la terre doivent être effectuées après avoir obtenu des résultats satisfaisants des tests hydrauliques de ces structures, si le projet ne justifie pas d'autres exigences.
Les tests sont exécutés par un acte signé par des représentants de l’organisation de construction et d’installation, du client et de l’exploitant.
Les essais hydrauliques du réservoir métallique du château d’eau doivent être effectués en versant de l’eau à la hauteur spécifiée par le projet. Passer sur le réservoir devrait être un passeport.

Lavage et désinfection des canalisations et des installations d'approvisionnement en eau domestique

Les canalisations achevées et les installations d’alimentation en eau domestique doivent être lavées (nettoyées) et désinfectées par chloration avant leur mise en service, puis lavées jusqu’à obtention de résultats satisfaisants en ce qui concerne les analyses physico-chimiques et bactériologiques de l’eau.
Le lavage et la désinfection doivent être effectués par un organisme de construction et d’installation qui effectue la pose et l’installation de canalisations et de structures, avec la participation de représentants du client, de l’exploitant et du service sanitaire épidémiologique. La procédure de lavage et de désinfection doit être conforme aux exigences du SNiP 3.05.04-85 *.
Selon les résultats du lavage et de la désinfection des canalisations et des installations d’alimentation en eau domestique, un acte devrait être élaboré sous la forme indiquée ici.

Formulaire de commande pour l'enregistrement de l'application

Acte d'inspection et de test des eaux usées

Après avoir terminé tous les travaux d'installation sur la disposition des eaux usées, il est nécessaire de tester la communication par la méthode de déversement. Ceci est fait afin d'identifier les défauts dans l'installation des drains, des canaux, des égouts, des systèmes de drainage internes, etc. Le résultat de l'inspection s'inscrit dans la loi, dont la forme est approuvée par le SNiP (annexe D), SP 73.13330.2012. version mise à jour de SNiP 3.05.01-85). Un tel document dans la vie de tous les jours est appelé «l'acte du détroit du système d'assainissement" dans les cercles étroits de professionnels. Ce même document est officiellement appelé "l'acte de test des systèmes d'égout domestique et de drainage".

Cette étape de la construction des communications d'égout est obligatoire et ne peut être annulée. Les mesures de vérification elles-mêmes sont effectuées en utilisant la méthode du déversement intégral, à condition qu'au moins 75% des trous de drainage soient ouverts en une seule période.

Il est important: la mise en service d’une série de rejets d’égouts n’est possible que sur la base d’un acte consistant à effectuer toutes les manipulations appropriées et à obtenir un résultat positif.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de remplissage correct du document.

Etapes de vérification

Pour identifier les défauts dans les égouts, une série de tests

Pour identifier les défauts dans les égouts, une série de tests est effectuée, qui comprend:

  • Vérification du fonctionnement de la partie interne du procédé de communication du passage;
  • Vérification complète de l'étanchéité de tous les joints du pipeline sur toute sa longueur;
  • Identification des défauts possibles dans le travail de tous les puits des eaux usées (inspection, retournement, révision, etc.);
  • Teste les eaux usées et pluviales.

Exactitude de remplir l'acte point par point

La première entrée qui est faite dans la loi est le nom de la communication qui sera testée en présence d'une commission spéciale.

La première entrée qui est faite dans la loi est le nom de la communication qui sera testée en présence d'une commission spéciale. Le nom sans distorsion peut être réécrit à partir de la documentation du projet. Cela peut être des eaux pluviales ou des eaux usées domestiques.

Le point suivant du rapport d’essai du système d’égouts doit inclure des informations détaillées sur l’installation sur laquelle les eaux usées sont montées. Le nom de l'objet, l'adresse de son emplacement et sa zone sont également extraits de la documentation du projet. Ici également indiquer la date du test.

Personnes - membres de la commission

Un élément distinct dans l'acte de vérification des eaux usées externes ou internes doit être enregistré toutes les données sur les membres de la commission.

Un élément distinct dans l'acte de vérification des eaux usées externes ou internes doit être enregistré toutes les données sur les membres de la commission. Ce sont:

  • Représentants de l'organisation client.
  • Représentants de l'entrepreneur général. Ces personnes sont responsables de la bonne installation des drains en cas de non-respect des normes techniques et opérationnelles lors du passage.
  • Les membres de l'organisation du projet qui ont été impliqués dans le développement du projet de la communication testée.
  • Le représentant de l'entreprise ou de l'organisation qui s'est engagé dans l'étude du sol sur le site pour la mise en place d'une communication externe ou interne. Ce bureau est entièrement responsable de l’incohérence des données obtenues sur le site en termes de conditions environnementales et climatiques pour la construction de systèmes de communication par égout.

Ainsi, dans la clause du certificat d'acceptation, il est nécessaire d'inclure toutes les initiales et les noms des membres de la commission avec leur signature.

Achèvement de l'acte point par point

Après que toutes les données officielles sous la forme du document seront entrées, l’officiel devra compléter l’acte en points

Une fois que toutes les données officielles sous la forme du document seront entrées, l’officiel doit compléter l’acte en points.

  • Le paragraphe 1 contiendra des informations détaillées sur la société qui a rédigé le système de drainage. Cela inclut également le nom du chiffre sur lequel toute la documentation du projet a été écrite. De plus, dans le premier paragraphe du document sur le contrôle des eaux usées par la méthode de communication interne et externe, il est nécessaire de saisir tous les numéros des dessins utilisés lors de l'installation pour chaque section de drainage.
  • La clause 2 du rapport de test susmentionné doit contenir des informations précises sur le nombre de points sanitaires ouverts simultanément et la période de temps pendant laquelle les tests ont été effectués à l'aide de la méthode du détroit à pression totale. Selon les normes SNiP, les installations sanitaires comprennent des toilettes, des éviers, des baignoires, des douches, des bidets, des urinoirs, des éviers, etc.

Important: au moment de tester les eaux usées conformément aux réglementations du SNiP, au moins 75% des points sanitaires doivent être ouverts simultanément sur le site.

  • La clause 3 du certificat à remplir est destinée à l'enregistrement des violations possibles du fonctionnement du système. C'est-à-dire l'apparition de fuites, la stagnation, les blocages, etc. Si aucune n'a été trouvée au moment de tester la communication, le paragraphe 3 indique que les fuites et autres déviations non autorisées du système d'égout ne révèlent pas l'heure de l'essai.
  • La dernière section est la décision de la commission, qui permet ou non d'introduire un drain en fonction du résultat du test obtenu.

Important: au bas du document doivent figurer les signatures de tous les membres de la commission. Sinon, l'acte ne sera pas considéré comme valide par la loi. En outre, tout écart par rapport à la forme de la loi et aux principes permettant de la remplir est inacceptable.

S'il y a des défauts évidents dans le travail de communication indiquant la négligence du contractant ou de toutes les organisations associées à son travail, l'organisation responsable du vice est légalement responsable de la responsabilité administrative, disciplinaire ou pénale (en fonction du défaut constaté).

Test: principes de base

L’exécution correcte de l’acte ne peut être effectuée qu’après le travail d’essai sur la communication interne et externe

La réalisation correcte de l'acte ne peut être effectuée qu'après le travail de test sur la communication interne et externe.

Le système interne comprend de tels objets:

  • Tous les points sanitaires et les appareils ménagers, effectuant l'évacuation de l'eau;
  • L'ensemble du pipeline connecté au collecteur central;
  • Conduite d'égout centrale.

Dans le système de test externe comprennent:

  • Un pipeline situé à l'extérieur du bâtiment pour transporter les eaux usées vers le lieu d'accumulation ou d'élimination;
  • Tous les puits de révision et de retournement;
  • Canaux d'eaux pluviales.

Pour que les tests soient effectués de manière qualitative et reflètent pleinement l’état et les performances de la communication par les égouts, il est nécessaire de suivre les règles de base:

  • Ainsi, tous les points sanitaires avant les travaux doivent être nettoyés de toute construction éventuelle et de débris naturels;
  • Il vaut la peine de vérifier tous les points pour les fissures, les copeaux et autres dommages;
  • Il est important de suivre l'uniformité de toutes les sections droites du réseau. Il ne devrait y avoir aucune déviation ni courbure;
  • Toutes les colonnes montantes verticales doivent être vérifiées avec un fil à plomb;
  • Pour tester le pipeline, il est possible d'utiliser à la fois la méthode hydraulique (méthode du déversement) et la méthode pneumatique (pompage du système avec de l'air);
  • Important: le passage de la communication d’égout ne peut être effectué que si la température de l’air autour ne tombe pas en dessous de la marque de +5 degrés. Si la température extérieure est inférieure à un paramètre prédéterminé, la méthode de test pneumatique est utilisée.
  • Pour chaque étage du bâtiment vaut un test de communication séparé. Pour ce faire, installez des bouchons à tous les autres étages.

Important: sachez que les tests d’assainissement sont effectués avant que toutes les tranchées du système externe ne soient enterrées.

Vérification de l'étanchéité du système d'égout

Le contrôle de la qualité du système d'égout externe doit être effectué à toutes les étapes de sa construction. Tout d'abord, les matériaux sont vérifiés pour leur conformité aux normes et aux exigences. Après cela, l'installation du système est surveillée et le test d'étanchéité des eaux usées est effectué.

Que faut-il vérifier lors des tests d'égout?

Les réseaux d'égouts externes comprennent des tuyaux menant du bâtiment au point de rejet; usines de traitement; puits installés dans des zones de ramifications de conduites, de joints ou de dénivelés; les entrées d’eau pluviale et les égouts pluviaux.

vérifier avant les tests d'égout

La responsabilité de la performance des eaux usées incombe à la commission, qui comprend:

  • entreprise effectuant une enquête sur la zone où l’installation du système d’égout était prévue. Il est responsable de l'exactitude des informations relatives à l'écologie et aux conditions climatiques utilisées lors de la conception.
  • l'organisation de conception, qui est responsable de l'exactitude des calculs et de la construction des réseaux d'égouts;
  • les entreprises travaillant à la dépollution des eaux usées et responsables de la qualité des travaux exécutés conformément aux codes du bâtiment;
  • le client impliqué dans le contrôle de toutes les phases des travaux de construction, responsable de la précision de l'inspection avec l'introduction des eaux usées en mode de fonctionnement.

Chaque entreprise et chaque individu a son propre domaine de responsabilité avec des limites clairement définies. Après la mise en place de l'inspection, tous les membres de la commission rédigent et signent l'acte de vérification du système d'égout extérieur, approuvé par la législation russe. Si des défauts et des erreurs sont identifiés, une responsabilité disciplinaire, administrative ou pénale peut être imposée à la société.

Test d'égout externe

La plupart du temps, les systèmes d'égouts externes sont testés par voie hydraulique. L'audit comprend les travaux suivants:

  • essai de conduite pour l'étanchéité. Simultanément, une analyse des sections de pipeline situées entre les puits et d’autres parties du système est réalisée;
  • recherche de puits et autres équipements du système;
  • contrôle de la pente des tuyaux;
  • vérification des performances des drains pluviaux.

Vérifier le niveau de pose des canalisations requis pour un drainage par gravité est effectué à l'aide d'un niveau.

Si un système d'égout sous pression est à l'étude, de l'eau sous pression est fournie aux tuyaux, dont le niveau est indiqué dans la documentation de conception. Le contrôle sera considéré comme réussi si la même pression est déterminée à la sortie et à l’entrée du réseau.

contrôle du travail de tous les nœuds du système d'égout de la maison privée

L'étude du système de puits pour l'étanchéité peut être réalisée par différentes méthodes, qui sont sélectionnées sur la base de l'imperméabilisation réalisée. Ainsi, avec l'isolation interne du puits, la taille de la fuite est déterminée pendant les essais et avec l'isolation externe, le volume de fluide est déterminé. Quelle que soit la méthode choisie, lors du test des puits, ceux-ci sont remplis d’eau jusqu’à la marque.

Le même travail devrait être effectué pour l’étude d’autres équipements constituant le réseau d’assainissement externe (stations d’épuration).

Pour vérifier l’étanchéité et le bon fonctionnement des drains d’égout dans la zone de la sortie d’eau, il faut mettre un bouchon. Le système est rempli de liquide propre pour une performance maximale (y compris le drainage du toit et les tuyaux de drainage).

vérifier les fuites dues aux fuites des joints

Après cela, il est nécessaire de supporter un certain temps (pour les tuyaux en plastique à partir de 20 minutes pour les conduites en métal - à partir de 10 minutes) pendant lequel le niveau d'eau ne doit pas baisser. S'il n'a pas changé, le système peut être utilisé.

L'inspection des canalisations en plastique est autorisée un jour après le scellement de tous les joints.

L'essai de la conduite à écoulement libre est effectué deux fois - avant de s'endormir, après l'achèvement et l'acceptation de tous les travaux. Vérifiez l'étanchéité des sections de tuyau exposées situées entre les puits adjacents.

Méthodes d'essai pour les tests d'étanchéité

Le choix de la méthode de test d'étanchéité des tuyaux est déterminé par la documentation de conception. La première méthode de contrôle est basée sur la détermination du volume de fluide entrant dans le tuyau, qui est déposé dans un sol sec ou un sol humide au niveau de l'emplacement des eaux souterraines du puits supérieur sous la surface du sol.

Dans la deuxième méthode, on détermine le débit de fluide dans la conduite, qui est déposé dans un sol humide au niveau de la nappe phréatique près du puits supérieur, sous la surface du sol, à ½ de la profondeur de pose des conduites.

Effectuer des recherches préliminaires

Lors des essais préliminaires, la pression hydrostatique dans le tuyau doit être créée lors du remplissage avec un liquide de la colonne montante définie au point haut. De plus, la pression peut être créée en remplissant le puits supérieur avec du liquide (si le test le permet). Le niveau de pression hydrostatique dans l’étude à partir de la région supérieure du tuyau est déterminé par la taille de l’excès de niveau de liquide dans le puits ou dans la colonne montante au-dessus des puits ou de la nappe phréatique.

inspection du système d'égout interne

Le niveau de pression hydrostatique de la conduite lors de son étude doit être établie par des documents de travail. Canalisations posées en béton armé, en céramique et en béton de type à écoulement libre, le niveau de pression est d’environ 0,4 kgf / cm2 (0,04 MPa). Les normes russes n’ont pas établi le niveau de pression hydrostatique pour les canalisations sans pression en polymères.

La durée de l’essai préliminaire des tuyaux pour leur étanchéité est d’une demi-heure, alors qu’ils ne sont pas recouverts de terre. Le niveau de la pression de contrôle est maintenu en ajoutant au puits ou à la colonne montante un liquide dont la valeur ne doit pas être réduite de plus de 20 cm.

Le puits et le tuyau sont reconnus comme ayant passé avec succès une étude préliminaire en l’absence de fuite de liquide. Si la documentation de conception ne prévoit pas d’exigences excessives en matière d’étanchéité des canalisations situées en surface, elles peuvent être embuées avec l’apparition de condensat sur la zone des conduites ne dépassant pas 5% de la zone investiguée.

Réalisation d'études d'acceptation

Il est nécessaire de commencer les tests de réception des fuites des puits et des tuyaux en béton armé après 3 ans de vieillissement après le remplissage en eau. Dans le même temps, ils doivent être imperméabilisés de l'intérieur ou avoir des murs imperméables.

Il existe les méthodes suivantes pour déterminer l'étanchéité dans l'étude d'acceptation d'un tuyau enterré:

  • par le volume mesuré d’eau souterraine s’écoulant dans le tuyau du puits inférieur;
  • par le volume d'eau mesuré ajouté au puits ou à la colonne montante du puits supérieur pendant une demi-heure. Mais le volume de liquide ne doit pas diminuer de plus de 20 cm.

Les canalisations d'égout externes sont considérées comme ayant réussi le test de réception pour les fuites, lorsque le volume établi de fluide ajouté selon la deuxième méthode de recherche ne dépassera pas la taille du flux admis admissible. Après cela, l'acte d'acceptation des eaux usées en plein air.

Pour les conduites en polypropylène, la taille admissible du fluide ajouté est calculée tous les 10 mètres en multipliant le diamètre extérieur de l’ouvrage (en dm) par 0,01 et en ajoutant la valeur résultante à 0,06.

Le contrôle de l'étanchéité des canalisations d'eaux pluviales est effectué par le biais d'études préliminaires et d'acceptation fondées sur les exigences réglementaires et conformes à la documentation du projet. Les pipes sont acceptées pour utilisation après contrôle instrumental de leur profil longitudinal et lavage.

Test pneumatique

Les études pneumatiques sur les tuyaux en polymère pour eaux usées extérieures sont effectuées à une température de l'air inférieure à 0 ° C, une utilisation de l'eau inacceptable ou l'absence du volume requis. La séquence des travaux et les normes de sécurité sont déterminées par la documentation du projet.

Avant le remplissage final de la tranchée, des études préliminaires des eaux usées par gravité sont réalisées. Dans ce cas, la pression d'air comprimé jusqu'à 0,05 MPa est maintenue dans le tuyau pendant 15 minutes, les joints sont inspectés, les fuites éventuelles d'air à travers les bulles d'air et les éventuels bruits aux joints d'about recouverts d'eau savonneuse sont déterminés.

inspection et test des égouts et des colonnes montantes

Les études finales utilisant la méthode pneumatique sont réalisées avec la localisation des eaux souterraines au-dessus du pipeline à au moins 2,5 m.

Dans le même temps, les sections de tuyaux d’une longueur de 20 à 100 mètres avec des différences entre les points bas et les points hauts n’excédant pas 2,5 m font l’objet d’un contrôle.

Caractéristiques des contrôles d'étanchéité

Les zones de fuite d'air au cours des études pneumatiques préliminaires sont déterminées par le bruit et le lavage des joints de soudure, par la couche de neige ou de sol perturbée, au moyen de détecteurs de fuite de fumée ou d'halogénures.

Dans la dernière étude, les zones de fuite d’air ne sont déterminées qu’à l’aide de détecteurs de fuite. Ce n'est qu'après avoir réduit à zéro la surpression dans le tuyau d'égout que les raccords boulonnés peuvent être resserrés ou que les défauts identifiés peuvent être éliminés.

Après l'examen final, les tuyaux sont rincés. Les conduites sous pression sont mises en service en fonction des actes d’examen des travaux cachés, des résultats de la recherche et des journaux d’exécution des travaux. En même temps, une inspection visuelle des puits et des conduites est effectuée, les raccords sont vérifiés, la sécurité de l'évacuation libre de l'air du système, la recherche et le rinçage des conduites.

La vérification de l'étanchéité des réseaux d'égouts externes est une procédure obligatoire, qui est effectuée avant sa mise en service. Lors de l'inspection, les spécialistes identifient rapidement les défauts et les défauts afin de les éliminer. Il est préférable de procéder à toutes les étapes de l'inspection du système d'égout avant de terminer le bâtiment et de poser des tranchées pour les réseaux d'égouts externes.

Lecture recommandée: Construire une fosse septique étanche avec des anneaux en béton

Acte de test de plomberie et sanitaire


SNiP 3.05.04-85 *
________________
Il est enregistré par Rosstandart sous le numéro SP 129.13330.2011. -
Notez le fabricant de la base de données.

NORMES ET REGLES DE CONSTRUCTION

RESEAUX ET INSTALLATIONS EXTERNES
ALIMENTATION EN EAU ET ASSAINISSEMENT

Date d'introduction 1986-07-01

DÉVELOPPÉ PAR VNII VODGEO Gosstroy URSS (Candidat en sciences techniques, V.I. Gotovtsev - Chef de thème, V.K. Andriadi), avec la participation du projet Soyouzvodokanal de l'URSS Gosstroya (P.G. Vasilyev et A.S. Ignatovich), Donetsk Projet de construction industrielle de la Gosondice (SA Svetnitsky), NIIOSP eux. N.M. Gersevanov Gosstroy de l'URSS (candidat en sciences techniques, VG Galitsky et DI Fedorovich), Giprorectrans du Minrekhflot de la RSFSR (MN Domanevsky), Institut de recherche scientifique sur l'adduction d'eau et la purification de l'eau dans les municipalités K.D. Pamfilova Minzhilkomkhoz RSFSR (Docteur en Sciences techniques N.A. Lukinykh, Candidat en Sciences techniques V.P. Krishtul), Institut de Toula, projet du Ministère de la construction lourde de l'URSS.

SNiP 3.05.04-85 * est une réimpression du SNiP 3.05.04-85 avec l’amendement n ° 1, approuvé par la résolution n o 51 du Comité de la construction de l’État de l’URSS, en date du 25 mai 1990.

1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES

1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES


1.1. Lors de la construction de nouveaux bâtiments, l’agrandissement et la reconstruction de canalisations existantes, d’alimentation en eau et d’assainissement, en plus des exigences des projets (projets en cours) ** et des présentes règles, des exigences de SNiP 3.01.01-85 *, SNiP 3.01.03-84, SNIP III-4- 80 * et autres règles et règlements, normes et documents de réglementation ministériels approuvés conformément au SNiP 1.01.02-83.
_______________
** Projets (projets de travail) - dans le texte suivant des «projets».

1.2. Les pipelines finis et les installations d’alimentation en eau et d’assainissement doivent être mis en service conformément aux exigences du SNiP 3.01.04-87.

2. TRAVAUX DE LA TERRE

2.1. Les travaux d’excavation et de fondation lors de la construction de pipelines, d’alimentation en eau et d’eaux usées doivent être réalisés conformément aux exigences du SNiP 3.02.01-87.

3. INSTALLATION DES PIPELINES


3.1. Lorsque vous déplacez des tuyaux et des sections assemblées avec des revêtements anti-corrosion, vous devez utiliser des pinces douces, des serviettes souples et d'autres moyens pour éviter d'endommager ces revêtements.

3.2. Lors de la pose des canalisations destinées à l'alimentation en eau potable et domestique, ne laissez pas pénétrer d'eau de surface ou d'eaux usées. Les tuyaux et les raccords, les raccords et les assemblages finis doivent être inspectés et nettoyés avant et après la pose de saletés, neige, glace, huiles et corps étrangers.

3.3. L'installation des conduites doit être effectuée conformément à la conception des travaux et aux cartes technologiques, après vérification de la conformité du projet aux dimensions des tranchées, des murs de fixation, des marques de fond et, pour les installations en surface, des structures de support. Les résultats de l'audit devraient être consignés dans le journal de travail.

3.4. En règle générale, les tuyaux en forme de tuyau de pipeline à écoulement libre doivent être installés avec une cloche en haut de la pente.

3.5 La rectitude du projet des tronçons de conduites à écoulement libre entre les puits adjacents doit être surveillée en observant la lumière avec un miroir avant et après le remblayage de la tranchée. Lorsque vous visualisez un pipeline de section transversale circulaire, le cercle visible dans le miroir doit avoir une forme régulière.

3.6. Les déviations maximales par rapport à la conception des axes des canalisations sous pression ne doivent pas dépasser ± 100 mm en plan, les repères des bacs des canalisations sans pression - ± 5 mm et les repères supérieurs des canalisations sous pression - ± 30 mm, si d’autres normes ne sont pas justifiées par le projet.

3.7. La pose de canalisations sous pression suivant une courbe douce sans utiliser de raccords est autorisée pour les tuyaux à emboîtement avec joints à bout sur joints en caoutchouc, avec un angle de rotation dans chaque joint inférieur ou égal à 2 ° pour les tuyaux d'un diamètre nominal inférieur ou égal à 600 mm et inférieur à 1 ° pour les tuyaux d'un diamètre nominal plus de 600 mm.

3.8. Lors de l’installation de conduites d’alimentation en eau et d’assainissement en montagne, outre les exigences du présent règlement, les exigences de la Sec. 9 SNiP III-42-80.

3.9 Lors de la pose de canalisations dans un tronçon rectiligne du tracé, les extrémités de connexion des canalisations adjacentes doivent être centrées de manière à ce que la largeur de la prise soit la même sur toute la circonférence.

3.10. Les extrémités des tuyaux, ainsi que les trous dans les brides des vannes et autres raccords lors des interruptions d'installation, doivent être fermés à l'aide de bouchons ou de bouchons en bois.

3.11. Les joints en caoutchouc pour l'installation de conduites à basse température ambiante ne doivent pas être utilisés à l'état gelé.

3.12. Pour l’étanchéité (étanchéité) des joints bout à bout des conduites, il convient d’utiliser des matériaux d’étanchéité et de «verrouillage», ainsi que des produits d’étanchéité selon le projet.

3.13. Les raccords à bride des raccords et raccords doivent être montés conformément aux exigences suivantes:

3.14. Lors de l'utilisation du sol pour la construction de la butée, le mur de support de la fosse doit être avec une structure de sol non perturbée.

3.15. L’écartement entre le pipeline et la partie préfabriquée des butées en béton ou en brique doit être rempli de béton ou de mortier de ciment.

3.16. La protection des canalisations en acier et en béton armé contre la corrosion doit être réalisée conformément au projet et aux exigences des SNIP 3.04.03-85 et SNiP 2.03.11-85.

3.17. Sur les conduites construites, les étapes et éléments des travaux cachés suivants sont soumis à acceptation avec rédaction d'actes d'examen d'œuvres cachées sous la forme indiquée dans le SNiP 3.01.01-85 *: préparation de la base pour les conduites, installation de butées, dimensions des interstices et étanchéité des joints bout à bout, installation de puits et de chambres, protection anticorrosion des canalisations, étanchéité des endroits de passage des canalisations à travers les parois des puits et des chambres, remblayage des canalisations avec compactage, etc.


3.18. Les méthodes de soudage, ainsi que les types, les éléments structurels et les dimensions des joints soudés des canalisations en acier doivent être conformes aux exigences de la norme GOST 16037-80.

3.19. Avant d'assembler et de souder les tuyaux, il convient de les nettoyer de la saleté, de vérifier les dimensions géométriques de la rainure, de nettoyer les bords et les surfaces intérieure et extérieure des tuyaux adjacents sur une largeur minimale de 10 mm afin d'obtenir un lustre métallique.

3.20. Une fois les travaux de soudage terminés, l'isolation extérieure des tuyaux au niveau des joints de soudure doit être restaurée conformément à la conception.

3.21. Lors du montage des raccords de tuyaux sans bague d'appui, le déplacement des arêtes ne doit pas dépasser 20% de l'épaisseur de la paroi, mais pas plus de 3 mm. Pour les joints d'about assemblés et soudés sur la bague cylindrique restante, le déplacement d'arête de l'intérieur du tuyau ne doit pas dépasser 1 mm.

3.22. L'assemblage de tuyaux d'un diamètre supérieur à 100 mm, réalisés avec une soudure longitudinale ou en spirale, doit se faire avec un décalage des joints des tuyaux adjacents d'au moins 100 mm. Lors du montage de la jonction des tuyaux dans lesquels le joint longitudinal ou en spirale de l'usine est soudé des deux côtés, ces joints peuvent être déplacés.

3.23. Les joints soudés doivent être situés à une distance d’au moins:

3.24. Le raccordement des extrémités des tuyaux et des sections de conduites raccordés avec la taille de l’espace entre eux plus grand que celui autorisé ne doit être effectué en insérant une "bobine" d’une longueur minimale de 200 mm.

3,25. La distance entre la soudure annulaire de la conduite et la soudure des tuyaux à souder sur la conduite doit être d'au moins 100 mm.

3.26. L’assemblage des tubes à souder doit être effectué à l’aide de centreurs; Les bosselures lisses peuvent être redressées aux extrémités des tuyaux avec une profondeur maximale de 3,5% du diamètre du tuyau et des raccords de bordure à l'aide de crics, de roulements à rouleaux et d'autres moyens. Les sections de tuyaux présentant des bosses supérieures à 3,5% de leur diamètre ou présentant des déchirures doivent être coupées. Les extrémités des tuyaux comportant des entailles ou des chanfreins de plus de 5 mm doivent être coupées.

3.27. Les soudeurs peuvent être autorisés à souder les joints des canalisations en acier s'ils disposent des documents requis pour effectuer le soudage conformément aux règles de certification de la soudure approuvées par l'inspection technique de l'URSS.

3.28. Avant de pouvoir travailler sur le soudage des joints de tuyaux, chaque soudeur doit souder le joint de tolérance dans les conditions de production (sur le chantier de construction) dans les cas suivants:

3.29. Chaque soudeur doit se voir attribuer un timbre. Le soudeur est tenu d’enlever ou de souder l’estampille à une distance de 30 à 50 mm du joint du côté disponible pour inspection.

3,30. Le soudage et le collage des joints bout à bout des tuyaux sont autorisés à la température de l'air ambiant jusqu'à moins 50 ° C Dans ce cas, le soudage sans chauffage des joints soudés est autorisé à effectuer:

Lorsque la température de l'air extérieur est inférieure aux limites ci-dessus, le soudage doit être effectué dans des cabines spéciales avec chauffage, dans lequel la température de l'air ne doit pas être inférieure à celle indiquée ci-dessus, ni chauffée à l'air libre aux extrémités des tubes soudés sur une longueur d'au moins 200 mm et inférieure à 200 ° C.

3.31. En soudage multicouche, chaque couche de la soudure doit être exempte de scories et d’éclaboussures de métal avant que la soudure suivante ne soit appliquée. Les sections du métal soudé avec des pores, des coquilles et des fissures doivent être coupées jusqu'au métal de base et les cratères des joints sont soudés.

3.32. Lors du soudage à l'arc électrique manuel, les couches individuelles du joint doivent être superposées de manière à ce que leurs sections de fermeture dans les couches adjacentes ne coïncident pas.

3,33. Lors de travaux de soudage à l'air libre lors de précipitations, les sites de soudage doivent être protégés de l'humidité et du vent.

3,34. Lorsque le contrôle de la qualité des joints soudés des canalisations en acier doit être effectué:

3,35. Lors du contrôle opérationnel de la qualité des joints soudés des canalisations en acier, il est nécessaire de vérifier le respect des normes relatives aux éléments de structure et aux dimensions des joints soudés, de la méthode de soudage, de la qualité des matériaux de soudage, de la préparation des arêtes, de la taille des espaces, du nombre de points d’aiguillage et de la fonctionnalité des équipements de soudage.

3,36. Toutes les soudures sont soumises à une inspection externe. Sur les canalisations d’un diamètre égal ou supérieur à 1020 mm, les joints soudés sans bague de renfort sont soumis à un contrôle externe et à des mesures de dimensions extérieures et intérieures du tuyau, dans les autres cas uniquement à l’extérieur. Avant d'inspecter le cordon de soudure et les surfaces adjacentes de la conduite d'une largeur d'au moins 20 mm (des deux côtés du cordon), il convient de nettoyer les scories, les éclaboussures de métal en fusion, le tartre et autres contaminants.

La qualité de la soudure en fonction des résultats de l'examen externe est jugée satisfaisante si elle n'est pas détectée:

3,37. Le contrôle de la qualité des soudures au moyen de méthodes physiques de contrôle est appliqué aux conduites d’alimentation en eau et d’égouts avec une pression de calcul: jusqu’à 1 MPa (10 kgf / cm²) en quantité d’au moins 2% (mais au moins un joint par soudeur); 1-2 MPa (10-20 kgf / cm carré) - pas moins de 5% (mais pas moins de deux joints par soudeur); plus de 2 MPa (20 kgf / cm²) en quantité d'au moins 10% (mais pas moins de trois joints pour chaque soudeur).

3,38. Les joints soudés pour le contrôle physique sont sélectionnés en présence d'un représentant du client qui enregistre des informations sur les joints sélectionnés pour le contrôle (emplacement, estampille de la soudeuse, etc.) dans le journal de travail.

3,39. Les méthodes de contrôle physique doivent être soumises à 100% des joints soudés des conduites posées sur les sections de passages sous et au-dessus des voies ferrées et des tramways, à travers des barrières anti-eau, sous des autoroutes, dans des réservoirs urbains pour les communications combinées avec d'autres services publics. La longueur des tronçons de pipeline à surveiller dans les tronçons de transition doit être au moins égale à la taille suivante:

3,40. Les soudures doivent être rejetées si, lorsqu’elles sont vérifiées par des méthodes physiques, des fissures, des cratères non finis, des brûlures, des fistules, ainsi que le manque de pénétration à la racine du joint, sur l’anneau de renforcement, sont retrouvés.

3.41. Si des défauts physiques sont détectés en contrôlant les défauts inacceptables dans les soudures, ces défauts doivent être éliminés et la qualité du double nombre de soudures doit être répétée par rapport à celle indiquée au paragraphe 3.37. En cas de détection de défauts inacceptables lors d'inspections répétées, tous les joints réalisés par cette soudeuse doivent être vérifiés.

3.42. Les zones de soudure présentant des défauts inacceptables doivent être corrigées par un échantillonnage local et une soudure ultérieure (en règle générale, sans trop cuire le joint soudé), si la longueur totale des échantillons après élimination des sections défectueuses ne dépasse pas la longueur totale spécifiée dans le document GOST 23055-78 pour la 7e année.

3.43. Les résultats du contrôle de la qualité des joints soudés des canalisations en acier par des méthodes de contrôle physiques doivent être documentés par une loi (protocole).

3.44. L'installation de tuyaux en fonte fabriqués conformément à GOST 9583-75 doit être effectuée avec un scellement des raccords à emboîtement en résine de chanvre ou en fil bitumineux et avec le dispositif d'une serrure en amiante-ciment, ou uniquement avec un scellant, et des tuyaux fabriqués conformément au TU 14-3-12 47-83. manchons en caoutchouc, fournis complets avec des tuyaux sans dispositif de verrouillage.

3,45. Le diamètre de l’écart entre la surface de poussée de la douille et l’extrémité du tuyau à raccorder (quel que soit le matériau du joint) doit être pris en millimètres: pour les tuyaux d’un diamètre allant jusqu’à 300 mm - 5, supérieur à 300 mm - 8-10.

3,46. Les dimensions des éléments d'étanchéité des joints d'about des conduites sous pression en fonte doivent correspondre aux valeurs indiquées dans le tableau. 1

Profondeur du joint, mm

lors de l'application de fils de chanvre

à la serrure

si vous n'utilisez que du mastic

3,47. Il convient de laisser un espace entre les extrémités des tuyaux à assembler, mm: pour les tuyaux d’un diamètre allant jusqu’à 300 mm - 5, plus de 300 mm - 10.

3,48. Avant de commencer l'installation de conduites aux extrémités des tuyaux à connecter, en fonction de la longueur des raccords utilisés, faites une marque correspondant à la position initiale de l'accouplement avant l'installation du raccord et la position finale - dans l'assemblage assemblé.

3,49. Le raccordement des tuyaux en amiante-ciment avec des raccords ou des tuyaux en métal doit être effectué à l'aide de raccords en fonte ou de tuyaux en acier soudés et de joints en caoutchouc.

3,50. Après l'installation de chaque joint bout à bout, il est nécessaire de vérifier l'emplacement correct des raccords et des joints en caoutchouc, ainsi que l'uniformité du serrage des raccords à bride des raccords en fonte.

Béton armé
et canalisations en béton


3.51. La taille de l’écart entre la surface de poussée de la prise et l’extrémité du tuyau à connecter doit être prise en mm:

3.52. Les raccords bout à bout des tuyaux livrés sans anneau en caoutchouc doivent être scellés avec de la résine de chanvre ou des fils bitumineux, ou des fils bituminés Sisal avec un joint rembourré avec un mélange d’amiante et de ciment, ainsi qu’avec des produits d’étanchéité à base de polysulfure (thiokol). La profondeur de semis est donnée dans le tableau. 2, tandis que les écarts dans la profondeur d'encastrement du toron et du verrou ne doivent pas dépasser ± 5 mm.

Profondeur du joint, mm

Diamètre nominal, mm

lors de l'application de fils de chanvre ou de sisal

à la serrure

si vous n'utilisez que des produits d'étanchéité

3.53. L'étanchéité des joints d'aboutement des tuyaux en béton armé à écoulement libre et des tuyaux en béton à extrémités lisses doit être réalisée conformément au projet.

3.54. Le raccordement du béton armé et des tuyaux en béton avec des raccords de canalisation et des tuyaux en métal doit être effectué à l'aide d'inserts en acier ou de raccords en béton armé réalisés conformément au projet.

Tuyauterie en céramique


3.55. La taille de l'espace entre les extrémités des tuyaux en céramique empilés (quel que soit le matériau pour les joints à encastrer) doit être respectée, mm: pour les tuyaux d'un diamètre allant jusqu'à 300 mm - 5 - 7, pour les grands diamètres - 8 - 10.

3.56. Les raccords bout à bout de conduites en céramique doivent être scellés avec du fil bitumineux de chanvre ou de Sisal, suivis d'une mèche de mortier de ciment de grade B7.5, de mastic bitumineux (bitume) et de polysulfure (thiokol), si le projet ne prévoit pas d'autres matériaux. L'utilisation de mastic bitumineux est autorisée à une température ne dépassant pas 40 ° C des déchets liquides transportés et en l'absence de solvants bitumineux.

Profondeur du joint, mm

Diamètre nominal, mm

lors de l'application de fils de chanvre ou de sisal

à la serrure

si vous utilisez uniquement des mastics ou du mastic bitume

150-300
350 - 600

3.57. L'étanchéité des tuyaux dans les parois des puits et des chambres doit assurer l'étanchéité des joints et la résistance à l'eau des puits dans des sols humides.

Pipelines en plastique *

3.58. Le raccordement des tuyaux en polyéthylène haute pression (PEBD) et en polyéthylène basse pression (PEBD) entre eux et avec les raccords doit être effectué à l'aide d'un outil chauffant selon la méthode du soudage bout à bout ou du soudage bout à bout. La soudure entre les tuyaux et les raccords en polyéthylène de divers types (HDPE et LDPE) n'est pas autorisée.

3.59. Pour le soudage, il est nécessaire d'utiliser des installations (dispositifs) assurant le maintien des paramètres des régimes technologiques conformément à l'OST 6-19-505-79 et à toute autre documentation réglementaire et technique approuvée de la manière prescrite.

3,60. Les soudeurs peuvent être autorisés à souder des canalisations en polyéthylène haute pression et en PEHD, s’il existe des documents à droite pour effectuer le soudage de matières plastiques.

3,61. La soudure de tuyaux en LDPE et HDPE est autorisée à une température de l'air ambiant ne dépassant pas moins 10 ° C Lorsque la température extérieure est inférieure, le soudage doit être effectué dans des locaux isolés.

3,62. Le raccordement des tuyaux en polychlorure de vinyle (PVC) entre eux et avec les raccords doit être effectué en collant les douilles (à l’aide de la colle GIPK-127 conformément au TU 6-05-251-95-79) et en utilisant des manchons en caoutchouc fournis complets avec des tuyaux..

3,63. Les joints collés pendant 15 minutes ne doivent pas être soumis à des contraintes mécaniques. Les conduites avec des joints adhésifs pendant 24 heures ne doivent pas être soumises à des essais hydrauliques.

3,64. Les travaux de collage doivent être effectués à une température ambiante de 5 à 35 ° C. Le lieu de travail doit être protégé des effets des précipitations et de la poussière.

4. TRANSITIONS DE PIPELINES À TRAVERS DES PRÉVENTIONS NATURELLES ET ARTIFICIELLES

4.1. Construction de passages de conduites sous pression d'alimentation en eau et d'évacuation des eaux usées à travers des barrières d'eau (rivières, lacs, réservoirs, canaux), de conduites sous-marines de prises d'eau et d'évacuations d'eaux usées dans le canal de réservoirs, ainsi que de passages souterrains dans des ravins, routes (routes et voies ferrées, y compris des lignes de métro et des tramways) ) et les passages de villes doivent être effectués par des organismes spécialisés conformément aux exigences des SNiP 3.02.01-87, SNiP III-42-80 (section 8) et de la présente section.

4.2. Le projet détermine les moyens de poser des canalisations à travers des barrières naturelles et artificielles.

4.3. La pose de conduites souterraines sous les routes devrait être effectuée en surveillant constamment et en contrôlant géodésique l'organisation de la construction afin de s'assurer du respect des positions prévues et à haute altitude des obus et des conduites stipulées dans le projet.

4.4. Les déviations de l'axe des cas de protection des transitions par rapport à la position de conception pour les conduites sans gravité ne doivent pas dépasser:

5. CONSTRUCTIONS D'APPROVISIONNEMENT EN EAU ET DE DRAINAGE

Installations de prise d'eau de surface

5.1. La construction de structures permettant l’alimentation en eau de surface des rivières, des lacs, des réservoirs et des canaux devrait être effectuée, en règle générale, par des organisations spécialisées dans la construction et l’installation, conformément au projet.

5.2. Avant la construction de la base sous les prises d’eau du canal, il convient de vérifier leurs axes centraux et leurs repères de temps.

5.3. Dans le processus de forage de puits, tous les types de travaux et les indicateurs clés (pénétration, diamètre de l'outil de forage, montage et extraction de tuyaux, cémentation, mesures du niveau de l'eau et autres opérations) doivent être reflétés dans le journal des opérations de forage. Il convient de noter le nom des roches couvertes, la couleur, la densité (force), la fracturation, la composition granulométrique des roches, la teneur en eau, la présence et la taille du "bouchon" lors du passage du sables mouvants, l'apparition et le niveau d'eau constant de tous les aquifères rencontrés, l'absorption du fluide de forage. La mesure du niveau d'eau dans les puits pendant le forage doit être effectuée avant le début des travaux de chaque équipe. Dans les puits en écoulement, les niveaux d'eau doivent être mesurés en augmentant le nombre de conduites ou en mesurant la pression de l'eau.

5.4. En cours de forage, en fonction de la section géologique réelle, il est autorisé, dans les limites de l'aquifère établi par le projet, à ajuster la profondeur du puits, les diamètres et la profondeur des colonnes techniques sans modifier le diamètre de travail du puits et sans augmenter le coût des travaux. Les modifications apportées à la conception du puits ne doivent pas nuire à son état sanitaire ni à ses performances.

5.5. Les échantillons doivent être prélevés un par un dans chaque couche rocheuse, et pour une couche uniforme - après 10 m.

5.6 L'isolement de l'aquifère exploité dans le puits des aquifères non utilisés doit être effectué avec la méthode de forage:

5.7 Pour garantir la répartition granulométrique prévue du matériau filtrant, les fractions d'argile et de sable fin doivent être éliminées par lavage et le matériau lavé doit être désinfecté avant le remblayage.

5.8. L'exposition du filtre en cours d'aspersion doit être effectuée en élevant chaque fois le train de cuvelage de 0,5 à 0,6 m, après avoir aspergé le puits de 0,8 à 1 m de hauteur. La limite supérieure de l'arrosage doit être au-dessus de la partie active du filtre d'au moins 5 m.

5.9 Après l’achèvement du forage et de l’installation du filtre, les puits d’eau doivent être testés par pompage, en continu pendant la durée prévue par le projet.

5.10. Le débit (productivité) des puits doit être déterminé par la capacité de mesure avec un temps de remplissage d’au moins 45 s. Il est permis de déterminer le débit à l'aide de déversoirs et de compteurs d'eau.

5.11. Pendant le processus de pompage, l’organisme de forage doit mesurer la température de l’eau et prélever des échantillons d’eau conformément aux normes GOST 18963-73 et GOST 4979-49, et les envoyer au laboratoire pour vérifier la qualité de l’eau conformément à GOST 2874-82.

5.12. À la fin du forage et de l’essai du puits d’eau, le sommet du tuyau de production doit être soudé avec un couvercle en métal et doté d’un trou fileté pour le niveau d’eau à mesurer. Le tuyau doit porter le numéro de conception et de forage du puits, le nom de l'organisation du forage et l'année du forage.

5.13. Une fois le forage et les tests terminés en pompant un puits d'eau, l'organisme de forage doit le transférer au client conformément aux exigences du SNIP 3.01.04-87, ainsi qu'à des échantillons des roches passées et de la documentation (passeport), notamment:


5.14. Lors de l'installation de structures de réservoir en béton armé et monolithique et préfabriqué en béton, en plus des exigences du projet, les exigences de SNiP 3.03.01-87 et ces règles doivent également être respectées.

5.15. Le remblayage du sol dans les sinus et l'arrosage des structures capacitives doivent généralement être effectués de manière mécanique après la communication avec les structures capacitives, les essais hydrauliques des structures, l'élimination des défauts détectés, l'étanchéité des murs et des sols.

5.16. Après la fin de tous les types de travail et un ensemble de résistance du béton, un essai hydraulique des structures capacitives est effectué conformément aux exigences de la section. 7

5.17. L’installation de systèmes de drainage et de distribution des structures filtrantes est autorisée après un test hydraulique de la capacité d’étanchéité du bâtiment.

5.18. Les trous ronds dans les conduites pour la distribution d'eau et d'air, ainsi que pour la collecte de l'eau doivent être percés conformément à la classe spécifiée dans le projet.

5.19. Les écarts dans les distances entre les axes des raccords des capuchons dans les systèmes de distribution et de sortie des filtres ne doivent pas dépasser ± 4 mm, et dans les repères du haut des capuchons (le long des saillies cylindriques) à ± 2 mm de la position de conception.

5,20. Les marques des bords des barrages dans les dispositifs de distribution et de récupération de l'eau (gouttières, plateaux, etc.) doivent être conformes à la conception et alignées sur le niveau de l'eau.

5.21. Sur les surfaces intérieures et extérieures des gouttières et des canaux pour la collecte et la distribution de l'eau, ainsi que pour la collecte des précipitations, ne doivent pas être des coquilles et des excroissances. Les gouttières et les gouttières doivent avoir une pente prévue dans le sens du mouvement de l'eau (ou des boues). La présence de zones avec un biais inverse n'est pas autorisée.

5.22. La filtration du chargement du filtre dans les installations de purification de l'eau par filtration est autorisée après des essais hydrauliques des réservoirs de ces installations, le lavage et le nettoyage des conduites qui y sont raccordées, un test individuel du fonctionnement de chacun des systèmes de distribution et d'assemblage, des dispositifs de mesure et de verrouillage.

5.23. Les matériaux filtrants placés dans les installations de purification de l’eau, y compris les biofiltres, la répartition granulométrique doivent être conformes au projet ou aux exigences des SNIP 2.04.02-84 et 2.04.03-85.

5.24. L'écart entre l'épaisseur de couche de chaque fraction de la charge du filtre par rapport à la valeur de conception et l'épaisseur de la charge totale ne doit pas dépasser ± 20 mm.

5.25. Une fois l'installation de chargement de la structure filtrante de l'alimentation en eau potable terminée, la structure doit être lavée et désinfectée selon l'ordre indiqué dans l'annexe 5 recommandée.

5.26. L'installation des éléments combustibles des sprinkleurs en bois, des grilles de récupération d'eau, des panneaux de guidage d'air et des cloisons des tours de refroidissement pour ventilateurs et des piscines de pulvérisation doit être effectuée après l'achèvement des travaux de soudage.

6. EXIGENCES SUPPLÉMENTAIRES APPLICABLES À LA CONSTRUCTION DE PIPELINES ET AUX CONSTRUCTIONS D'ALIMENTATION EN EAU ET D'ASSAINISSEMENT DANS DES CONDITIONS SPÉCIALES NATURELLES ET CLIMATIQUES


6.1. Lors de la construction de conduites et d'installations d'alimentation en eau et d'assainissement dans des conditions naturelles et climatiques particulières, il convient de respecter les exigences du projet et de cette section.

6.2. En règle générale, les conduites d’alimentation en eau temporaires doivent être posées à la surface du sol, tout en respectant les exigences relatives à l’installation de conduites d’alimentation en eau permanentes.

6.3. La construction de canalisations et de structures sur les sols de pergélisol devrait être effectuée, généralement, à des températures extérieures négatives tout en préservant les sols gelés des fondations. Dans le cas de la construction de conduites et de structures à des températures ambiantes positives, les sols des fondations doivent être gelés et ne pas compromettre les conditions de température et d’humidité établies par le projet.

6.4. La construction de conduites et de structures dans les zones sismiques doit être effectuée selon les mêmes méthodes et dans les mêmes conditions que dans les conditions normales de construction, mais avec la mise en œuvre des mesures prévues par le projet pour assurer leur résistance sismique. Les joints des conduites en acier et des raccords doivent être soudés uniquement par des méthodes à l'arc électrique et vérifier la qualité du soudage à l'aide de leurs méthodes de contrôle physique à concurrence de 100%.

6.5 Tous les travaux visant à garantir la résistance sismique des pipelines et des structures exécutés au cours de la construction devraient être consignés dans le journal de travail et dans les certificats d'examen des travaux dissimulés.

6.6. Lors du remblayage des sinus des structures capacitives construites sur les territoires minés, la sécurité des joints de dilatation doit être assurée.

Les dégagements des joints de dilatation sur toute leur hauteur (de la base des fondations au sommet des structures de fondation) doivent être nettoyés des sols, des débris de construction, des afflux de béton, des déchets de mortier et de coffrage.

6.7. Les conduites dans les marécages doivent être posées dans une tranchée après en avoir drainé l’eau ou dans une tranchée inondée d’eau, à condition que les mesures nécessaires soient prises conformément à la conception contre la remontée.

6.8. Lors de la construction de pipelines sur des sols en baisse, la fosse sous les joints d'aboutement doit être réalisée en compactant le sol.

7. ESSAIS DES PIPELINES ET DES CONSTRUCTIONS

7.1. S'il n'y a pas d'indication dans le projet de méthode d'essai, les canalisations sous pression doivent être testées quant à leur résistance et leur étanchéité, en règle générale, par une méthode hydraulique. En fonction des conditions climatiques dans la zone de construction et en l'absence d'eau, une méthode de test pneumatique peut être appliquée aux conduites avec une pression de conception interne Pp non supérieure à:

7.2. L’essai des conduites sous pression de toutes les classes doit être effectué par l’organisation de la construction et de l’installation, en règle générale, en deux étapes:

7.3. Les gazoducs sous-marins sont soumis à deux essais préliminaires: sur la cale de halage ou sur le site après le soudage des tuyaux, mais avant d’appliquer une protection contre la corrosion aux joints soudés, et de nouveau après la pose du gazoduc dans une tranchée en position de conception, mais avant de le remplir de terre.

7.4. Les conduites posées aux passages à niveau des voies ferrées et des catégories des routes I et II sont soumises à des tests préliminaires après la pose du pipeline de travail dans le boîtier (carter) jusqu’à ce que l’anneau de la cavité du boîtier soit rempli et avant le remplissage des fosses de travail et de réception de la transition.

7.5. Les valeurs de la pression de conception interne Pp et de la pression d’essai Re pour les essais préliminaires et de réception de la résistance du pipeline sous pression doivent être déterminées par le projet conformément aux exigences du document SNiP 2.04.02-84 et précisées dans la documentation de travail.

pression pp plus valeur

prises conformément au tableau. 4 selon le top

limite de mesure de la pression, classe de précision et prix de division de l'échelle du manomètre. Dans le même temps, la valeur de Pr ne doit pas dépasser la valeur de la pression de test d’acceptation du pipeline pour la résistance du Pu.

7.6 * Les conduites en acier, en fonte, en béton armé et en amiante-ciment, quelle que soit la méthode d’essai, doivent être essayées sur une longueur inférieure à 1 km - en une fois; avec une plus grande longueur - sections ne dépassant pas 1 km. La longueur des sites d’essai de ces pipelines avec la méthode d’essai hydraulique est autorisée à prendre plus de 1 km, à condition que la valeur du débit admissible d’eau pompée soit définie comme pour le site d’une longueur de 1 km.

pour différentes valeurs de pression de conception interne Pp dans la conduite
et caractéristiques des jauges techniques utilisées

La valeur de l'interne
pression de calcul dans le pipeline Рр, MPa (kgf / cm²)

limite supérieure de mesure de pression, MPa (kgf / cm²)

prix de division, MPa (kgf / cm²)

limite supérieure de mesure de pression, MPa (kgf / cm²)

prix de fission, MPa (kgf / cm²)

limite supérieure de mesure de pression, MPa (kgf / cm²)

prix de division, MPa (kgf / cm²)

limite supérieure de mesure de pression, MPa (kgf / cm²)

prix de division, MPa (kgf / cm²)

Classes techniques de précision de jauge

0,41 à 0,75
(de 4.1 à 7.5)

De 0.76 à 1.2
(de 7,6 à 12)

1,21 à 2,0
(de 12,1 à 20)

2,01 à 2,5
(de 20,1 à 25)

2,51 à 3,0
(de 25,1 à 30)

De 3.01 à 4.0
(du 30.1 au 40)

4.01 à 5.0
(de 40,1 à 50)

7.7. S'il n'y a pas d'instructions dans le projet sur la taille de la pression d'essai hydraulique Re pour l'essai préliminaire de la résistance des conduites sous pression, la valeur est prise conformément au tableau. 5 *.

La valeur de la pression d’essai au cours des essais préliminaires, en MPa (kgf / cm2)

1. Acier de classe I * avec joints bout à bout pour le soudage (y compris sous l'eau) avec une pression de calcul interne allant jusqu'à 0,75 MPa (7,5 kgf / cm²)

2. Les mêmes, de 0,75 à 2,5 MPa (de 7,5 à 25 kgf / cm²)

Pression nominale de conception avec un facteur de 2, mais pas plus que la pression de la conduite d’essai en usine

3. Le même, fini. 2,5 MPa (25 kgf / cm carré)

Pression nominale de conception avec un rapport de 1,5, mais pas plus que la pression de la conduite d’essai en usine

4. Acier, constitué de sections séparées reliées par des brides, avec une pression de calcul interne Pp allant jusqu'à 0,5 MPa (5 kgf / cm carré)

5. Aciers des classes 2 et 3 avec soudures bout à bout et pression de calcul interne Pp jusqu'à 0,75 MPa (7,5 kgf / m².cm)

6. Le même, de 0,75 à 2,5 MPa (de 7,5 à 25 kgf / cm²)

Pression nominale de conception avec un rapport de 1,5, mais pas plus que la pression de la conduite d’essai en usine

7. Le même. St. 2,5 MPa (25 kgf / cm carré)

Pression nominale de construction avec un coefficient de 1,25, mais pas plus que la pression d’essai en usine des tuyaux

8. Prise d'eau par gravité en acier ou rejet d'égout

9. Fonte avec joints bout à bout sous la jauge (selon GOST 9583-75 pour les tuyaux de toutes les classes) avec une pression de calcul interne allant jusqu'à 1 MPa (10 kgf / cm²)

Pression nominale interne plus 0,5 (5), mais pas moins de 1 (10) et pas plus de 1,5 (15)

10. Même chose avec les joints bout à bout des manchons en caoutchouc pour les tuyaux de toutes les classes.

Pression nominale de conception avec un coefficient de 1,5, mais pas inférieur à 1,5 (15) et inférieur à 0,6 pression hydraulique testée en usine

Pression nominale de construction avec un coefficient de 1,3, mais pas plus que la pression d’épreuve d’usine pour l’étanchéité.

Pression nominale de conception avec un coefficient de 1,3, mais ne dépassant pas 0,6, pression d'essai en usine pour l'étanchéité

Pression nominale interne avec un coefficient de 1,3


______________
* Les classes de canalisations sont acceptées conformément au SNiP 2.04.02-84.

7.8. Avant les tests préliminaires et d’acceptation des canalisations sous pression, il convient de procéder comme suit:

7.9. Pour tester le pipeline, un permis de travail doit être délivré à l'entrepreneur responsable pour effectuer des travaux à haut risque, avec indication de la taille de la zone de protection. Le formulaire de permis de travail et la procédure à suivre pour le délivrer doivent être conformes aux exigences du SNiP III-4-80 *.

7.10. Pour mesurer la pression hydraulique lors des essais préliminaires et de réception des conduites, vous devez utiliser des manomètres à ressort de classe de précision d'au moins 1,5, de diamètre d'au moins 160 mm et avec échelle pour une pression nominale d'environ 4/3.

7.11. En règle générale, le remplissage de la conduite d’essai avec de l’eau doit être effectué avec une intensité de mètres cubes / heure, ne dépassant pas: 4 - 5 - pour les conduites d’un diamètre allant jusqu’à 400 mm; 6 -10 - pour les conduites d'un diamètre de 400 à 600 mm; 10 - 15 - pour les conduites d’un diamètre de 700 à 1000 mm et 15 - 20 - pour les conduites d’un diamètre de plus de 1100 mm.

Lorsque vous remplissez la conduite avec de l'eau, l'air doit être éliminé par des vannes et des vannes ouvertes.

7.12. L’acceptation du test hydraulique de la conduite sous pression est autorisée après l’avoir remplie de terre conformément aux exigences du SNIP 3.02.01-87 et remplie d’eau pour saturer l’eau, et si elle a été maintenue à l’état rempli pendant au moins 72 heures pour les tuyaux en béton armé (y compris y compris 12 heures sous pression de calcul interne (Pp); tuyaux en amiante-ciment - 24 heures sur 24 (y compris 12 heures sous la pression de calcul interne Pp); 24 h - pour les tuyaux en fonte. Pour les conduites en acier et en polyéthylène, la vitesse d'obturation n'est pas prise en compte pour la saturation en eau.

7.13. La conduite sous pression est réputée avoir passé avec succès les tests hydrauliques préliminaire et de réception, si le débit de l’eau pompée ne dépasse pas la valeur du débit admissible de l’eau pompée dans la section d’essai d’une longueur égale ou supérieure à 1 km indiquée dans le tableau. 6 *.

Diamètre interne du pipeline, mm

Débit admissible d’eau pompée vers la section d’essai de la canalisation d’une longueur égale ou supérieure à 1 km, l / min, avec la pression d’essai de réception pour les tuyaux


Notes: 1. Pour les conduites en fonte avec joints bout à bout sur des joints en caoutchouc, le débit admissible d'eau pompée doit être pris avec un facteur de 0,7.

7.14. La valeur de la pression d’essai lors de l’essai pneumatique et rigoureux des canalisations en l'absence de données dans le projet doit être prise en compte:

7.15. Après avoir rempli d'air le pipeline d'acier avant le début des essais, la température de l'air dans le pipeline et la température du sol doivent être égalisées. Le temps d'exposition minimum en fonction du diamètre du pipeline, h, avec D (y):

7.16. Lors des essais préliminaires de résistance pneumatique, la conduite doit être maintenue sous pression d'essai pendant 30 minutes. L'air doit être pompé pour maintenir la pression d'essai.

7.17. L'inspection du pipeline afin de détecter les endroits défectueux peut être effectuée avec une diminution de la pression: dans les pipelines en acier - jusqu'à 0,3 MPa (3 kgf / cm²); dans la fonte, le béton armé et le ciment d’amiante - jusqu’à 0,1 MPa (1 kgf / cm²). Dans le même temps, la détection des fuites et autres défauts de la canalisation doit être effectuée par le son de l'air suintant et par les bulles formées à la place des fuites d'air par les joints d'about, recouverts à l'extérieur d'émulsion de savon.

7.18. Les défauts identifiés et constatés lors de l'inspection du pipeline doivent être éliminés après avoir réduit à zéro la surpression dans le pipeline. Après élimination des défauts, le pipeline doit être à nouveau testé.

7.19. Un pipeline est réputé avoir passé avec succès l’essai pneumatique préliminaire de résistance si une inspection minutieuse du pipeline ne révèle pas de violation de l’intégrité du pipeline, de défauts des joints et de joints soudés.

7.20. Les essais de réception des conduites par la méthode pneumatique pour la résistance et l’étanchéité doivent être effectués dans l’ordre suivant:

après expiration du temps de maintien du pipeline à une pression de 0,05 MPa (0,5 kgc / cm²), une pression de 0,03 MPa (0,3 kgf / cm²) est établie, soit la pression initiale de test du pipeline de serrage P (n ) marqué
l'heure de début du test d'étanchéité, ainsi que le barométrique

mm Hg, correspondant au début de l'essai;


pour tester le pipeline sous cette pression pendant le temps spécifié dans le tableau. 7;

après l'heure indiquée dans le tableau. 7, mesure

P (k), mm de colonne d'eau et pression barométrique finale

pression de pipeline

l'amplitude de la chute de pression P, mm d'eau. Art., Déterminé par la formule

ciment amiante et béton armé

continuer
la nature du test
h - min

valeur admissible de la perte de charge au cours de l’essai, mm Vog.st.

continuer
la nature du test
h - min

valeur admissible de la perte de charge au cours de l’essai, mm Vog.st.

continuer
la nature du test
h - min

valeur admissible de la perte de charge au cours de l’essai, mm Vog.st.

Lors de l'utilisation
= 1, kérosène -

manomètre comme eau de travail
= 0,87.

Note En accord avec le concepteur, la durée de la réduction de pression peut être réduite deux fois mais pas moins de 1 heure; Cependant, la chute de pression doit être prise proportionnellement à la taille réduite.

7.21. Un pipeline est réputé avoir réussi l’essai pneumatique (final) d’acceptation, si son intégrité n’est pas violée et que l’ampleur de la chute de pression P définie par la formule (1) ne dépassera pas les valeurs indiquées dans le tableau. 7. Dans le même temps, la formation de bulles d'air sur la surface mouillée externe des conduites sous pression en béton armé est autorisée.

7.22. L'étanchéité de la tuyauterie sans pression doit être vérifiée deux fois: pré-remplissage et acceptation (finale) - après le remblayage, de l'une des manières suivantes:

7.23. Les puits des conduites à écoulement libre avec une imperméabilisation à l'intérieur doivent être testés pour vérifier leur étanchéité en déterminant le volume d'eau ajoutée, et les puits ayant une imperméabilisation à l'extérieur en déterminant le débit d'eau à l'intérieur.

7.24. L'essai d'étanchéité entre les conduites à écoulement libre doit être soumis à des zones situées entre les puits adjacents.

7.25. La pression hydrostatique dans la canalisation au cours de ses essais préliminaires devrait être créée en remplissant d'eau la colonne montante installée à son point le plus haut, ou en remplissant le puits supérieur avec de l'eau si ce dernier doit être testé. La valeur de la pression hydrostatique au sommet du pipeline est déterminée par l'ampleur du dépassement du niveau de l'eau dans la colonne montante ou dans le puits au-dessus de la pente de la canalisation ou au-dessus du niveau des eaux souterraines, si ce dernier est situé au-dessus des réservoirs. La valeur de la pression hydrostatique dans la conduite lors de ses essais doit être spécifiée dans la documentation de travail. Pour les conduites construites en béton sans pression, en béton armé et en céramique, cette valeur doit en principe être égale à 0,04 MPa (0,4 kgf / cm²).

7.26. Les essais préliminaires d'étanchéité des pipelines sont effectués avec un pipeline non aspergé de terre pendant 30 minutes. La valeur de la pression d'essai doit être maintenue en ajoutant de l'eau dans la colonne montante ou dans le puits, en évitant que le niveau d'eau ne baisse de plus de 20 cm.

7.27. L’essai d’acceptation de l’étanchéité doit être commencé après exposition du pipeline en béton armé et des puits remplis d’eau, imperméabilisés de l’intérieur ou imperméabilisés selon la conception du mur, pendant 72 heures et pour les canalisations et les puits en autres matériaux - 24 heures.

7.28. L’étanchéité aux essais de réception d’un pipeline enterré est déterminée par les méthodes suivantes:

pipeline
D (y), mm

Quantité admissible d'eau ajoutée à la canalisation (débit d'eau) par 10 m de longueur de la conduite d'essai au cours de l'essai 30 min, l, pour les conduites

béton armé et béton


Remarques: 1. Lorsque la durée de l'essai augmente sur 30 minutes, la valeur du volume admissible d'eau ajoutée (débit d'eau) doit être augmentée proportionnellement à l'augmentation de la durée de l'essai.

où D est le diamètre interne (conditionnel) du pipeline, dm.


3. Pour les canalisations en béton armé avec joints bout à bout sur des joints en caoutchouc, le volume admissible d'eau ajoutée (afflux d'eau) doit être pris avec un facteur de 0,7.

7.29. Les conduites d’eau de pluie font l’objet de tests préliminaires et de tests d’acceptation de leur étanchéité conformément aux exigences de la présente sous-section, si le projet le prévoit.

7.30. Canalisations en béton armé sans pression, en forme de cloche, faltsevy et à bouts lisses de canalisations d’un diamètre supérieur à 1600 mm, conçues par le projet pour les canalisations fonctionnant de manière constante ou périodique sous pression jusqu’à 0,05 MPa (conduite d’eau de 5 m) doublure extérieure ou intérieure imperméable, soumise au test de pression hydraulique défini dans le projet.

7.31. Le contrôle hydraulique de l'étanchéité des structures capacitives doit être effectué après que le béton a atteint sa résistance nominale, nettoyé et rincé.

7.32. Avant de procéder à un essai hydraulique, une structure de réservoir doit être remplie d’eau en deux étapes:

7.33. Il est reconnu qu'une structure capacitive a réussi l'essai hydraulique si, au cours de la journée, la perte d'eau dans celle-ci ne dépasse pas 3 litres par mètre carré de surface mouillée des murs et du fond, aucun signe de fuite n'a été détecté dans les joints et les murs et aucun mouillage du sol à la base. Seuls le noircissement et une légère transpiration de certains endroits sont autorisés.

7.34. S'il y a des fuites de jet et des fuites d'eau sur les murs ou si le sol est humidifié à la base, la structure capacitive est considérée comme ne répondant pas aux tests, même si les pertes en eau qu'elle contient ne dépassent pas les pertes normatives. Dans ce cas, après avoir mesuré la perte d’eau de la structure dans toute sa largeur, il convient de fixer les lieux à réparer.

7.35. Lors de tests de liquides agressifs dans les réservoirs et les réservoirs de stockage, les fuites d'eau ne sont pas autorisées. Les tests doivent être effectués avant l'application d'un revêtement anti-corrosion.

7.36. Les canaux de pression des filtres et des clarificateurs de contact (béton armé préfabriqué et monolithique) sont soumis à des essais hydrauliques avec la pression de calcul spécifiée dans la documentation de travail.

7.37. L’essai hydraulique est réputé avoir satisfait aux canaux de pression des filtres et des clarificateurs à contact si, lors de l’inspection visuelle, aucune fuite d’eau n’a été détectée dans les parois latérales des filtres et au-dessus du canal et si la pression d’essai n’a pas diminué de plus de 0,002 MPa (0,02 kgf / sq. Pendant 10 minutes). cm)

7.38. La tour de collecte d'eau des tours de refroidissement doit être étanche et, lors des tests hydrauliques de ce réservoir, il n'est pas autorisé à assombrir ou à embuer légèrement certains endroits.

7.39. Les réservoirs d'eau potable, les fosses septiques et autres structures capacitives après l'installation des planchers doivent être soumis à des essais hydrauliques d'étanchéité, conformément aux prescriptions des paragraphes. 7.31-7.34.

7.40. Le digesteur (partie cylindrique) doit être soumis à des essais hydrauliques conformément aux exigences des paragraphes. 7.31-7.34 et le chevauchement, le capuchon métallique à gaz (collecteur de gaz) doit être testé pour son étanchéité (étanchéité au gaz) à une pression de 0,005 MPa (colonne d’eau de 500 mm).

7.41. Les bouchons du système de drainage et de distribution des filtres après leur installation avant de les charger doivent être testés en fournissant de l’eau d’une intensité de 5-8 l / (s · m) et de l’air d’une intensité de 20 l / (s · m) avec une répétabilité multipliée par 8 de 8-10 min Les bouchons défectueux détectés au cours de ce processus doivent être remplacés.

7.42. Les canalisations et les installations d’alimentation en eau domestique achevées avant la mise en service doivent être lavées (désinfectées) et désinfectées par chloration, puis lavées jusqu’à obtention du contrôle satisfaisant des analyses physico-chimiques et bactériologiques de l’eau satisfaisant aux exigences de la norme GOST 2874-82 et des "Instructions de décontamination - eau potable et désinfection du réseau de distribution d’eau avec du chlore dans les sources d’eau locales et centralisées "du ministère de la Santé de l’URSS.

7.43. Le lavage et la désinfection des canalisations et des installations d’alimentation en eau domestique doivent être effectués par l’organisme de construction et d’installation qui a effectué l’installation et l’installation de ces canalisations et structures, avec la participation des représentants du client et de l’exploitant sous le contrôle des représentants du service sanitaire épidémiologique. La procédure de lavage et de désinfection des conduites et des installations d’alimentation en eau domestique est décrite dans l’annexe 5 recommandée.

7.44. Les résultats du lavage et de la désinfection des canalisations et des installations d'approvisionnement en eau domestique doivent être établis sous la forme indiquée à l'annexe 6, obligatoire.

Exigences de test supplémentaires
les conduites sous pression et les installations d'alimentation en eau et d'assainissement,
en construction dans des conditions naturelles et climatiques particulières


7,45. Les canalisations sous pression d’alimentation en eau et d’assainissement, construites dans des conditions de sol souterrain de tout type en dehors des sites industriels et des zones de peuplement, sont testées dans des zones ne dépassant pas 500 m; sur le territoire des sites industriels et des agglomérations, la longueur des sites d’essai doit être déterminée en tenant compte des conditions locales, sans toutefois dépasser 300 m.

7.46. L'étanchéité des structures de réservoir construites sur des sols en sous-sol de tous types doit être vérifiée 5 jours après le remplissage en eau. La perte d'eau par jour ne doit pas dépasser 2 litres par mètre carré de surface mouillée des parois et du fond.

7.47. Les essais hydrauliques de conduites et de structures capacitives érigées dans des zones de répartition du pergélisol doivent généralement être effectués à une température extérieure ne dépassant pas 0 ° C, si le projet ne justifie pas d'autres conditions d'essai.

Annexe 1. AGIR POUR EFFECTUER DES ESSAIS HYDRAULIQUES ACCEPTABLES SUR LE PIPELINE DE PRESSION EN MATIÈRE DE DURABILITÉ ET DE SCELLEMENT

Ville _____________________ “” _______________ 19 _____

La pression interne de conception de la conduite d’essai, Pp = ____ MPa (______ kgf / cm²) et la pression d’essai Pu = ____ MPa (_____ kgf / cm2), spécifiées dans la documentation de travail.