Essais des réseaux d'approvisionnement en eau et des égouts

Essais et mise en service de pipelines

8.1 Conformément au SNiP 3.05.04, la résistance et la densité (étanchéité) des conduites d’alimentation en eau et des canalisations d’eaux usées sont soumises à des essais hydrauliques ou pneumatiques (deux fois (préliminaire et finale).

8.2 Avant de remplir la tranchée et d'installer les raccords (bouches d'incendie, soupapes de sécurité, ventilations), la pression hydraulique (en excès) d'essai préliminaire (en excès) doit être égale à la pression de travail calculée multipliée par 1,5.

8.3 La pression hydraulique finale lors du test de densité effectuée après le remplissage de la tranchée et l’achèvement de tous les travaux sur cette section de la canalisation, mais avant l’installation des bouches d’incendie, les soupapes de sécurité et les tuyauteries de ventilation au lieu des obturateurs installés pendant la durée du test doivent être égales à la pression de service nominale multipliée par coefficient de 1,3.

8.4 Avant de tester les canalisations sous pression avec des raccords à emboîtement avec bagues d'étanchéité, des butées temporaires ou permanentes doivent être prévues aux extrémités de la canalisation et dans les coudes.

8.5 L’essai pré-hydraulique des conduites sous pression doit être effectué dans l’ordre suivant:

- remplissez le pipeline avec de l'eau et maintenez-le sans pression pendant 2 heures;

- créer une pression de test dans la canalisation et la maintenir pendant 0,5 heure;

- réduire la pression d'essai à la conception et inspecter le pipeline.

La canalisation est maintenue sous pression de service pendant au moins 0,5 heure.En raison de la déformation de la coque de la canalisation, il est nécessaire de maintenir la pression d'essai ou de travail dans la canalisation en pompant de l'eau jusqu'à ce qu'elle soit complètement stabilisée.

Une conduite est considérée comme ayant réussi l’essai hydraulique préliminaire si aucun espace dans les tuyaux, les raccords et les raccords n’a été détecté à la pression d’essai et si aucune fuite d’eau visible n’a été détectée à la pression de travail.

8.6 L’essai final de densité hydraulique est effectué dans l’ordre suivant:

- Une pression égale à la pression de service prévue doit être créée dans la canalisation et maintenue pendant 2 heures. lorsque la pression chute à 0,02 MPa, l'eau est pompée;

- la pression est portée au niveau de l'essai pendant une période ne dépassant pas 10 minutes et maintenue pendant 2 heures.

La conduite est considérée comme ayant réussi l’essai hydraulique final si la fuite d’eau réelle de la conduite à la pression d’essai n’excède pas les valeurs indiquées dans le tableau 5.

Diamètre extérieur des tuyaux, mm

Fuite admissible, l / min, pour les tuyaux

avec raccords monoblocs (soudés, adhésifs)

avec manchons sur joints d'étanchéité

8.7 Les essais hydrauliques des réseaux d’égout gravitaire sont effectués à la fin des travaux d’imperméabilisation dans les puits en deux étapes: sans puits (préliminaire) et ensemble avec des puits (final).

8.8 L’essai final du pipeline d’égouts et des puits est réalisé conformément au SNiP 3.05.04.

8.9 Les essais hydrauliques des systèmes à partir de matériaux polymères de canalisations internes sont effectués à une température ambiante positive au plus tôt 24 heures après la dernière soudure et le dernier joint collé.

8.10 Le test hydraulique des systèmes de drainage internes est effectué en les remplissant d'eau à la hauteur des colonnes montantes. Les tests sont effectués après inspection externe des conduites et élimination des défauts visibles. Les essais hydrauliques des canalisations collées ne commencent pas plus tôt que 24 heures après la dernière connexion. Le système de drainage est considéré comme ayant réussi le test si, au bout de 20 minutes après son remplissage, lors d’une inspection externe des conduites, aucune fuite ni autre défaut n’a été détecté et si le niveau d’eau dans les colonnes montantes n’a pas chuté.

8.11 Les essais pneumatiques de canalisations en matériaux polymères sont réalisés avec pose au sol et en surface dans les cas suivants: la température de l'air ambiant est inférieure à 0 ° C; l'utilisation de l'eau est inacceptable pour des raisons techniques; il n'y a pas d'eau nécessaire pour les tests.

La procédure de test pneumatique des canalisations en matériaux polymères et les exigences de sécurité en matière de test sont établies par le projet.

8.12 Les essais préliminaires et finaux des réseaux d'égouts par gravité réalisés à partir de tuyaux de grand diamètre peuvent être effectués de manière pneumatique. Des essais préliminaires sont effectués avant le remblayage final de la tranchée (les joints soudés avec le sol ne s’endorment pas). Une pression d'essai d'air comprimé de 0,05 MPa est maintenue dans la canalisation pendant 15 minutes. Dans le même temps, ils inspectent les joints soudés, adhésifs et autres et révèlent les fuites par le son de l'air suintant à travers des bulles formées à des endroits présentant une fuite d'air à travers des joints d'about recouverts d'une émulsion de savon.

Les essais pneumatiques finaux sont effectués sur des nappes souterraines de moins de 2,5 m au-dessus de la conduite située au milieu du pipeline d’essai. Essais pneumatiques effectués 48 heures après le remblayage du pipeline. Le test de surpression d’air comprimé est présenté dans le tableau 6.

Essais hydrauliques des conduites d'alimentation en eau, comment et pourquoi sont-ils effectués?

L’essai hydraulique des conduites d’alimentation en eau devient généralement la prochaine étape après la fin des travaux d’installation. On ne peut pas se passer de cette étape en travaillant avec des réseaux qui fonctionnent sous pression.

Lors de l'exécution de cette procédure, une pompe est utilisée pour augmenter la pression. Ce qui contribue à la détection rapide des défauts.

Après avoir procédé à un essai hydraulique du pipeline, ils procèdent à l’élaboration d’un acte. Ce n'est qu'après la signature que l'opération de pipeline devient disponible.

Résumé de l'article

Procédure d'essai pour les conduites d'alimentation en eau et son but

En effectuant des tests sur les conduites d'alimentation en eau, les experts vérifient plusieurs indicateurs à la fois:

  1. Détection des zones défectueuses.
  2. Étanchéité.
  3. La fiabilité

Le test de chauffage est effectué avant la mise en service de l'objet nouvellement construit. Cela concerne non seulement l'introduction d'une nouvelle communication, mais aussi sa refonte.

Si des défauts sont trouvés, ils sont éliminés dès que possible. Les tests sont répétés jusqu'à ce que les résultats du travail ne soient pas considérés comme positifs.

Les pipelines eux-mêmes sont testés en deux passes.

  • D'abord les préliminaires.
  • Ils sont suivis de la finale.

La première étape consiste à injecter de l'eau dans le pipeline sous haute pression. L'essentiel est que la pression soit une fois et demie supérieure à la performance normale.

Il est important de maintenir l'accès aux éléments du système, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur. Cela doit être fait avant l'installation des appareils de plomberie.

IMPORTANT! Des tests hydrauliques des conduites d’alimentation en eau sont également prescrits avant de terminer l’intérieur. Des personnes spécialement formées sont responsables des tests hydrauliques des systèmes d'alimentation en eau.

Les sections souterraines du pipeline sont entièrement fermées avant le début des tests finaux. A ce stade, il est nécessaire de terminer tous les travaux d'installation.

Mais l'installation des appareils de plomberie n'a pas encore commencé. Au cours de ces événements, la pression est augmentée de 1,3 fois par rapport à la normale.

La technique permet des règles supplémentaires.

  • Les vérifications hydrauliques des systèmes d'alimentation en eau ne doivent être effectuées que 24 heures après la fin de l'installation. La température ambiante doit être supérieure à zéro.
  • Lors de la tenue de cet événement, les tuyaux sont complètement remplis d'eau. Jusqu'à ce qu'il atteigne le sommet des élévateurs. Avant cela, l'état des tuyaux passe une inspection visuelle pour l'inspection. Lors de la détection de défauts visibles, ceux-ci sont corrigés immédiatement. On pense que le système a réussi le test si aucune fuite ne survient pendant 20 minutes. Et si l'eau garde le niveau noté précédemment.

Dans quelles conditions est-il nécessaire de procéder à une inspection hydraulique des conduites?

Il est nécessaire de réaliser à quel point la procédure de test hydraulique des systèmes d'alimentation en eau est complexe. L’alphabétisation de cette procédure dépend en grande partie de la fiabilité de la conception, de sa qualité. Par conséquent, le travail est confié uniquement aux spécialistes avec une classification appropriée.

Les exigences pour le travail de test lui-même incluent plusieurs éléments. Cela nécessite n'importe quelle technique.

  1. Tous les points d'utilisation de la colonne montante sont activés simultanément pour vérifier les performances. Mais le besoin à ce stade est déterminé individuellement, dans chacune des entreprises séparément.
  2. La condition des porte-serviettes chauffants est testée lors du contrôle de l'alimentation en eau chaude.
  3. Les mesures de température ne concernent que les sites extrêmes du système. De l'eau est versée avec des caractéristiques prédéfinies.
  4. Le fluide doit être complètement drainé une fois toutes les étapes des activités terminées.
  5. Le remplissage des conduites commence aux étages inférieurs, puis progressivement aux étages supérieurs. Ensuite, l'air sera correctement déplacé des tuyaux. Et il n'y a pas de risque d'embouteillage dans le pipeline.
  6. La première étape du remplissage du système d'alimentation en eau concerne uniquement la section principale. Ce n'est que dans les étapes suivantes que sont transférés vers de petits réseaux locaux, des colonnes montantes distinctes.
  7. Dans la rue ou à l'intérieur pendant le travail, la température ne doit pas descendre en dessous de +5 degrés.

Exécution de la procédure au stade préliminaire

Vidéo: contrôle hydraulique de l'alimentation en eau et du chauffage

Les codes du bâtiment régissent l'ordre dans lequel les inspections sont effectuées.

  • Premièrement, l’approvisionnement en eau est rempli de liquide. Et laissé dans cet état pendant deux heures.
  • Aller à la création de haute pression pendant deux heures. Cela arrive très lentement. A ce stade, il est déjà possible de détecter un certain nombre de fuites.
  • La pression est réduite jusqu'à ce qu'ils atteignent les chiffres calculés. Ensuite, allez à l'étude de l'état général de la piste.
  • Une telle pression est maintenue pendant trente minutes ou plus. Sans une telle marche, la forme déformée des tuyaux ne peut tout simplement pas se stabiliser.
  • La prochaine étape - le chevauchement des grues aux entrées. L'eau est lentement drainée à l'aide d'une pompe à pression.
  • La piste est contrôlée pour des problèmes graves, ainsi que pour la densité et la résistance de toutes les sections.

IMPORTANT! Selon le SNiP, il est préférable de savoir à l'avance quelle pression est régulière sur une autoroute donnée. Cela permettra de vérifier les lectures avec les limites indiquées sur les instruments eux-mêmes. Et suivez la méthodologie à coup sûr.

Quel est le dernier test hydraulique des conduites d’eau?

Ces inspections hydrauliques des conduites d'alimentation en eau sont effectuées après la fin de l'installation des appareils de plomberie pour eau chaude.

  1. Commencez par forcer la pression de travail dans l’alimentation en eau. Il doit être élevé à la marque initiale, si l'indicateur est tombé à 0,02 MPa.
  2. Avant le test, la pression augmente en dix minutes. Dans cet état, le système persiste pendant deux heures.

Équipement de lavage

Il est organisé avant l'installation des robinets d'eau. Et ici, on suppose que le pipeline est complètement rempli d'eau. Ensuite, suivez la séquence d'actions suivante.

  • Fermez la vanne qui relie le système d'eau chaude aux réseaux externes.
  • Les tuyaux pour l'évacuation de l'eau contaminée dans le système d'égout sont raccordés à des vannes de vidange, chargées de vider les colonnes montantes.

Mais même après un tel lavage, rien ne garantit que toutes les ordures seront éliminées. Par conséquent, les experts développent des équipements améliorant l'efficacité de ce processus.

Vidéo: Qu'est-ce que le test de pression du système de chauffage?

Un tel appareil crée un mélange d'air et d'eau chaude, qui est impulsivement introduit dans la canalisation, ce qui nécessite un nettoyage. Lorsque le mélange traverse l'équipement, il est drainé dans les égouts. La force de pulsation ou d’alimentation est facile à régler, allongeant ou réduisant les intervalles de temps.

A propos des équipements spéciaux pour le sertissage

La conception du mécanisme d'injection constitue la principale différence entre les modèles de pompes, sans laquelle il est impossible de procéder à des essais hydrauliques des conduites d'alimentation en eau conformément à SNiP.

Cette fonctionnalité vous permet de diviser en groupes suivants:

Opressovshchik manuelle - l'option la moins chère, adaptée aux circuits de chauffage et de plomberie dans les maisons privées. L’opérateur qui utilise cet appareil peut pomper jusqu’à trois litres de fluide par minute dans le système.

Si la maison est à plusieurs étages, il est recommandé de privilégier les options des appareils à moteur à combustion interne ou de sa version électrique.

Les pompes à deux étages vous permettent de résoudre des problèmes plus graves. La méthode de leur travail dans le même temps reste approximativement la même.

À propos de la réglementation et d'autres caractéristiques du processus

Dans SNiP contient toutes les informations relatives à la conduite des inspections, à la fois pour les réseaux internes et externes. Les normes de l’industrie décrivent la méthodologie à suivre pour réaliser des activités dans des entreprises appartenant à un secteur d’activité donné.

Les SNiP indiquent également quelle devrait être la pression de test. Vous pouvez télécharger SniP 3.05.04-85 ici snip_3_05_04_85.

  • La différence de hauteur entre les éléments situés en haut et en bas.
  • L'épaisseur des murs
  • Le matériau à partir duquel le pipeline est fabriqué.

Vidéo: test hydraulique des canalisations de chauffage

La valeur de pression selon SNiP ne dépasse généralement pas 10 MPa. Un indicateur spécifique est calculé individuellement pour chaque type de ligne pour certains types d'essais hydrauliques des systèmes d'alimentation en eau.

Comment l'acte d'exécution est-il accompli?

Le document doit afficher des informations relatives à:

  1. Signes de rupture d’étanchéité, de fiabilité des joints filetés et soudés, s’ils sont présents. Des gouttes sont-elles apparues sur les surfaces des tuyaux et des raccords?
  2. Les résultats de la vérification directe.
  3. Façons d'éliminer les défauts identifiés.
  4. Adresse et date de l'inspection. Et les noms des citoyens qui ont apposé leur signature sur l'acte. Les signatures sont généralement apposées par les propriétaires de maisons ou d'appartements. Ou cette fonction est attribuée aux représentants de l’organisation de réparation et de service.
  5. Le projet selon lequel le circuit a été installé.
  6. La méthode de sertissage, appliquée dans la pratique.

À propos des normes de pression pour le sertissage

Lors du test de l'alimentation en eau, l'indicateur de pression pour SNiP dépend de l'indicateur considéré comme fonctionnant pour un système particulier. À leur tour, les matériaux de base dans les tuyaux déterminent l'ampleur de la pression de travail elle-même.

Pas moins d'attention est accordée aux radiateurs utilisés dans les travaux d'installation. Lorsque le test de pression est effectué dans de nouveaux systèmes, l'indicateur de pression selon GOST correspond à deux fois la norme de travail. Pour les systèmes d'exploitation, un excès de 20 à 50% est autorisé.

Une certaine pression maximale résiste à chaque type de tuyau et de radiateur. Ce facteur doit être pris en compte lors du choix de l'indicateur de performance optimal pour un système particulier. Et au choix des paramètres sur lesquels les tests de pression sont effectués.

Sur le noeud d’entrée, le sertissage mérite une attention particulière. Le niveau minimum requis pour ce travail est de 10 atm.

Sans pompes électriques spéciales, la création d'un paramètre de ce type est impossible. Le résultat est considéré comme positif si, en une demi-heure, le paramètre ne baisse pas de plus de 0,1 atm.

Maisons privées: nous effectuons des tests de pression

Les maisons privées impliquent l'utilisation de systèmes d'eau fermés. Selon GOST, la pression de travail maximale pour eux est de 2 atmosphères.

Lors des tests hydrauliques, il est impossible de se passer de pompes à entraînement manuel et électrique permettant de créer une pression pouvant atteindre 4 atmosphères. Connexion valide à la conduite de chauffage.

Vidéo: test hydraulique des systèmes d'eau froide

L'eau commence à remplir la structure par le bas, à l'aide d'une vanne de vidange. Ensuite vient l'air, il pousse facilement l'eau. Élimination de l'excès passe par les vannes montées dans l'air montées au sommet. La même chose se produit sur chaque radiateur. Ou dans des endroits où les embouteillages apparaissent dans les airs.

Pour tester les communications d'approvisionnement en eau, on utilise de l'eau dont la température ne dépasse pas 45 degrés selon GOST.

Des essais de pression indépendants sont nécessaires si le propriétaire monte lui-même l'ensemble du système de pipeline. Ordre adhérer à la même chose que dans les maisons avec de nombreux appartements.

Utilisation permise des eaux de pluie ou décongelées. Il fusionne complètement si l'application n'est pas planifiée à l'avenir.

Informations complémentaires sur les documents

Dans l'acte des résultats de l'essai hydraulique, il est nécessaire d'indiquer quelle marque de manomètre a été utilisée. Indiquez également les lectures de mesure de la pression dans le système au moment du test. Ils écrivent sur la hauteur à laquelle l'appareil de mesure était par rapport à l'axe de la conduite.

Le pipeline doit être désinfecté avant sa mise en service. Pour ce faire, utilisez de l’eau ordinaire, additionnée de chlore actif, à raison de 20-30 grammes, selon GOST.

A l'étape suivante, ils rincent le pipeline. Le fluide des tuyaux ne peut être utilisé que si l'analyse bactériologique s'est révélée positive. Le rinçage est effectué aussi longtemps qu'il est nécessaire pour changer dix fois le liquide contenu à l'intérieur.

Le fonctionnement d'essai après l'essai hydraulique des canalisations d'alimentation en eau dure plusieurs jours.

Menu principal

Attention Seulement jusqu'au 1er juillet. Remises sur les fosses septiques TOPAS, UNILOS ASTRA et ECO-GRAND de 15 à 20% + supervision de l'installation en cadeau. Regardez les prix, sentez votre profit et découvrez nos pertes.

4. ESSAI DES SYSTÈMES TECHNIQUES SANITAIRES INTERNES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AU CONTRÔLE DE L'ALIMENTATION EN EAU FROIDE ET CHAUDE, DU CHAUFFAGE, DU CHAUFFAGE, DU DRAINAGE, DES ÉQUIPEMENTS ET DES SYSTÈMES D'EAU

4.1. Une fois les travaux d'installation terminés, les organisations d'installation doivent effectuer:

test des systèmes de chauffage, de distribution de chaleur, de distribution d'eau chaude et d'eau froide domestiques et des chaudières utilisant des méthodes hydrostatiques ou manométriques avec rédaction d'un acte conforme à l'annexe 3, ainsi que le rinçage des systèmes conformément aux exigences de la clause 3.10 du présent règlement;

essais des réseaux d'égouts internes et des drains avec la préparation de l'acte conformément à l'annexe 4 obligatoire;

essais individuels de l'équipement monté avec la préparation de l'acte conformément à l'annexe 1 obligatoire;

test thermique des systèmes de chauffage pour un chauffage uniforme des appareils de chauffage.

Les essais de systèmes utilisant des pipelines en plastique doivent être effectués conformément aux exigences de la norme СН 478-80.

Les tests doivent être effectués avant le début des travaux de finition.

Les manomètres utilisés pour les tests doivent être vérifiés conformément à GOST 8.002-71.

4.2. En cas de test individuel de l'équipement, les travaux suivants doivent être effectués:

vérification de la conformité de l'équipement installé et du travail effectué avec la documentation de travail et les exigences de ces règles;

tester l'équipement au ralenti et sous charge pendant 4 heures de fonctionnement continu. Il vérifie l’équilibrage des roues et des rotors lors de la collecte des pompes et des aspirateurs de fumée, la qualité de la boîte à garniture, l’état des dispositifs de démarrage, le degré de chauffage du moteur électrique ainsi que les exigences en matière d’assemblage et de montage des équipements spécifiées dans la documentation technique du fabricant.

4.3. L'essai par la méthode hydrostatique des systèmes de chauffage, de l'alimentation en chaleur, des chaudières et des chauffe-eau doit être effectué à une température positive dans les locaux du bâtiment, ainsi que des systèmes d'alimentation en eau froide et chaude, des systèmes d'assainissement et des drains - à une température non inférieure à 278 K (5 ° C). La température de l'eau ne devrait pas non plus être inférieure à 278 K (5 ° C).

SYSTEME D'ALIMENTATION EN EAU FROIDE ET CHAUDE INTERNE

4.4. Les systèmes d'alimentation en eau froide et chaude domestique doivent être testés par méthode hydrostatique ou manométrique, conformément aux exigences des normes GOST 24054-80, GOST 25136-82 et aux présentes règles.

La valeur de la pression d'essai dans la méthode d'essai hydrostatique doit être égale à 1,5 sur la pression de travail.

Des tests hydrostatiques et manométriques des systèmes d'eau froide et chaude doivent être effectués avant l'installation des raccords d'eau.

Les systèmes sont considérés comme ayant réussi les tests si, dans les 10 minutes qui ont suivi la pression de test avec une méthode de test hydrostatique, aucune chute de pression supérieure à 0,05 MPa (0,5 kgf / cm 2) et des chutes de soudures, de tuyaux, de raccords filetés, de raccords et de fuites n'ont été constatés. l'eau à travers les dispositifs de chasse d'eau.

À la fin des tests par la méthode hydrostatique, il est nécessaire de libérer de l’eau des systèmes d’approvisionnement en eau froide et chaude domestique.

4.5 Les tests manométriques du système interne d’alimentation en eau froide et en eau chaude doivent être effectués dans l’ordre suivant: remplir le système d’air avec une pression d’essai de 0,15 MPa (1,5 kgf / cm 2); en cas de détection de défauts de montage à l'oreille, réduire la pression à la pression atmosphérique et éliminer les défauts; remplissez ensuite le système avec de l'air à une pression de 0,1 MPa (1 kgf / cm 2), supportez-le pendant 5 minutes à la pression d'essai.

On reconnaît que le système réussit l’essai si, s’il est sous la pression d’essai, la chute de pression ne dépasse pas 0,01 MPa (0,1 kgf / cm 2).

CHAUFFAGE ET SYSTEMES DE CHAUFFAGE

4.6. L'essai des systèmes de chauffage d'eau et de chauffage doit être effectué avec les chaudières et les vases d'expansion éteints selon la méthode hydrostatique avec une pression égale à 1,5 pression de service mais non inférieure à 0,2 MPa (2 kgf / cm 2) au point le plus bas du système.

Il est reconnu que le système réussit le test si, dans les 5 minutes qui suivent, la chute de pression n’excède pas 0,02 MPa (0,2 kgf / cm) et si les soudures, les tuyaux, les raccords filetés, les raccords, les appareils de chauffage et les équipements ne présentent aucune fuite.

La valeur de la pression d’essai dans la méthode d’essai hydrostatique pour les systèmes de chauffage et de chauffage raccordés au centre de chauffage pour m ne doit pas dépasser la limite de pression d’essai pour les appareils de chauffage installés dans le système et les équipements de chauffage et de ventilation.

4.7. Les essais de jauge des systèmes de chauffage et des systèmes de chauffage doivent être effectués dans l'ordre indiqué au paragraphe 4.5.

4.8 Les systèmes de chauffage par panneaux doivent être testés, en règle générale, par la méthode hydrostatique.

Le test de jauge peut être effectué à une température extérieure négative.

L’essai hydrostatique des systèmes de chauffage par panneaux doit être effectué (avant l’installation des fenêtres d’installation) avec une pression de 1 MPa (10kgs / cm 2) pendant 15 minutes, tandis que la pression chute et ne dépasse pas 0,01 MPa (0,1 kgf / cm). 2)

Pour les systèmes de chauffage par panneaux combinés avec des appareils de chauffage, la pression d’essai ne doit pas dépasser la limite de pression d’essai pour les appareils de chauffage installés dans le système.

La valeur de la pression d’essai des systèmes de chauffage par panneaux, des systèmes de chauffage à la vapeur et de l’alimentation en chaleur pour les essais manométriques doit être de 0,1 MPa (1 kgf / cm 2). La durée du test est de 5 minutes. La chute de pression ne doit pas dépasser 0,01 MPa (0,1 kgf / cm 2).

4.9 Les systèmes de chauffage à la vapeur et les systèmes de chauffage avec une pression de travail pouvant atteindre 0,07 MPa (0,7 kgf / cm 2) doivent être testés en utilisant la méthode hydrostatique avec une pression de 0,25 MPa (2,5 kgf / cm 2) au point le plus bas du système; systèmes avec une pression de travail supérieure à 0,07 MPa (0,7 kgf / cm 2) - pression hydrostatique égale à la pression de travail plus 0,1 MPa (1 kgf / cm 2), sans être inférieure à 0,3 MPa (3 kgf / cm) 2) en haut du système.

Le système est reconnu comme ayant réussi la pression d’essai si, dans les 5 minutes qui suivent, la chute de pression n’excède pas 0,02 MPa (0,2 kgf / cm 2) et que les soudures, les tuyaux, les raccords filetés, les raccords ne présentent aucune fuite. appareils de chauffage.

Les systèmes de chauffage à la vapeur et d’alimentation en chaleur après les essais hydrostatiques ou manométriques doivent être vérifiés par démarrage à la vapeur avec la pression de fonctionnement du système. Aucune fuite de vapeur n'est autorisée.

4.10. Les essais thermiques des systèmes de chauffage et des systèmes de chauffage avec une température extérieure positive doivent être effectués à une température de l'eau dans les lignes d'alimentation des systèmes d'au moins 333 K (60 ° C). Dans le même temps, tous les appareils de chauffage doivent être chauffés uniformément.

En l'absence de sources de chaleur pendant la saison chaude, un test de chaleur des systèmes de chauffage doit être effectué en le connectant à la source de chaleur.

Les essais thermiques des systèmes de chauffage à des températures ambiantes négatives doivent être effectués à la température du liquide de refroidissement dans le tuyau d’alimentation correspondant à la température extérieure au cours de l’essai, conformément au programme de température de chauffage, sans toutefois être inférieure à 323 K (50 ° С) et avec la pression de circulation en cours. système selon la documentation de travail.

Les essais thermiques des systèmes de chauffage doivent être effectués dans les 7 heures, tout en vérifiant l'uniformité du chauffage des appareils de chauffage (au toucher).

CHAUDIERES

4.11. Les chaudières doivent être testées selon la méthode hydrostatique avant le carrelage et les chauffe-eau doivent être appliqués avant l'application de l'isolation thermique. Pendant ces tests, la tuyauterie dans les odes de chauffage et d’eau chaude doit être fermée.

À la fin des essais hydrostatiques, il est nécessaire de vider l'eau des chaudières et des chauffe-eau.

Les chaudières et les chauffe-eau doivent être testés avec une pression hydrostatique ainsi que des vannes installées sur celles-ci.

Avant de procéder à l’essai hydrostatique de la chaudière, les couvercles et les regards doivent être bien fermés, les soupapes de sûreté sont calées et un bouchon doit être placé sur la chaudière près de la chaudière à vapeur jusqu’à la bride du dispositif de décharge ou du by-pass.

La pression d’essai des essais hydrostatiques des chaudières et des chauffe-eau est acceptée conformément aux normes ou aux conditions techniques applicables à cet équipement.

La pression d’essai est maintenue pendant 5 minutes, puis diminue à la valeur de la pression de service maximale maintenue pendant toute la durée nécessaire à l’inspection de la chaudière ou du chauffe-eau.

Les chaudières et les chauffe-eau sont reconnus pour réussir l'essai hydrostatique si:

pendant la période où ils étaient sous pression d'essai, aucune chute de pression n'a été observée;

Il n'y a aucun signe de rupture, de fuite ou de transpiration à la surface.

4.12. Les oléoducs doivent être testés avec une pression hydrostatique de 0,5 MPa (5 kgf / cm 2). Le système est réputé avoir réussi le test si, dans les 5 minutes qui suivent la pression de test, la chute de pression n’est même pas supérieure à 0,02 MPa (0,2 kgf / cm 2).

DRAINAGE DOMESTIQUE ET DRAINS D'EAU

4.13. Les systèmes d'égouts domestiques doivent être testés en déversant de l'eau en ouvrant simultanément 75% des appareils sanitaires raccordés à la zone testée pendant le temps requis pour l'inspection.

Le système qui a réussi le test est pris en compte si, lors de son inspection, aucune fuite à travers les parois des canalisations et les joints n’a été détectée.

L'essai des conduites de branchement d'eaux usées mises en place dans les canaux souterrains ou souterrains doit être effectué avant leur fermeture avec de l'eau jusqu'au niveau du rez-de-chaussée.

4.14. Les essais sur les parties des systèmes d'égouts dissimulées lors de travaux ultérieurs doivent être effectués en déversant de l'eau avant de les fermer et en établissant un acte dans des travaux cachés, conformément aux exigences de l'annexe 6 du SNiP 3.01.01-85.

4.15. Les essais des drains internes doivent être effectués en les remplissant d'eau jusqu'au niveau du tuyau de drainage le plus élevé. La durée de l’essai devrait être d’au moins 10 minutes.

Les drains sont considérés comme ayant réussi le test si aucune fuite n'a été détectée lors de l'inspection et si le niveau d'eau dans les colonnes montantes n'a pas chuté.

VENTILATION ET CLIMATISATION

4.16. L'étape finale de l'installation des systèmes de ventilation et de climatisation consiste en des tests individuels.

Au début des tests individuels des systèmes, les travaux de construction et de finition des chambres de ventilation et des puits doivent être achevés, de même que l'installation et les tests individuels des supports (alimentation, alimentation en chaleur et en froid, etc.). En l'absence d'alimentation électrique permanente des systèmes de ventilation et de climatisation, la sous-traitance temporaire de l'électricité et le test des dispositifs de démarrage sont effectués par l'entreprise générale.

4.17. Lors des tests individuels, les organisations d'installation et de construction doivent effectuer les tâches suivantes:

vérifier la conformité des performances réelles des systèmes de ventilation et de climatisation avec le projet (avant-projet) et avec les exigences de cette section;

vérifier l'étanchéité des zones d'air au niveau de la succursale, masquées par les structures du bâtiment, par la méthode des tests aérodynamiques selon la norme GOST 12.3.018-79, sur la base des résultats de l'essai d'étanchéité, établir un certificat d'inspection des travaux dissimulés sous la forme de l'annexe obligatoire du SNiP 3.01.01-85;

pour tester (rouler) le matériel de ventilation au ralenti muni d'un entraînement, de vannes et de registres, conformément aux exigences précisées dans les spécifications des fabricants.

La durée du rodage est acceptée en fonction des conditions techniques ou du passeport de l'équipement testé. Selon les résultats des essais (rodage) des équipements de ventilation, un acte est établi sous la forme de l’annexe 1 obligatoire.

4.18. Lorsque vous ajustez les systèmes de ventilation et de climatisation aux paramètres de conception conformément aux exigences de GOST 12.4.021-75, vous devez:

test des ventilateurs lorsqu'ils fonctionnent dans le réseau (détermination de la conformité des caractéristiques réelles avec les données du passeport: alimentation en air et en pression, vitesse de rotation, etc.);

vérifier l'uniformité des échangeurs de chaleur (refroidissement) et vérifier l'absence d'élimination d'humidité à travers les bacs d'égouttement des chambres d'irrigation;

essais et ajustement des systèmes pour obtenir des indicateurs de conception du débit d'air dans les conduits, de l'aspiration locale, de la ventilation dans les locaux et de la répartition dans les systèmes d'aspiration ou de perte d'air, la valeur autorisée étant les fuites dans les conduits d'air et d'autres éléments les systèmes ne doivent pas dépasser les valeurs nominales conformément au SNiP 2.04.05-85;

vérifier l'effet des dispositifs d'échappement de ventilation naturelle.

Pour chaque système de ventilation et de climatisation, un passeport est délivré en double exemplaire sous la forme de l'annexe 2 obligatoire.

4.19. Les écarts entre les indicateurs de consommation d'air et ceux fournis par le projet après ajustement et test des systèmes de ventilation et de climatisation sont autorisés:

± 10% - en fonction du débit d'air traversant les dispositifs de distribution et d'admission d'air des unités générales de ventilation et de conditionnement d'air à échange central, à condition que la pression requise (dépression) de l'air dans la pièce soit assurée;

+10% - en fonction de la consommation d'alcool éliminée par aspiration locale et fournie par les tuyaux de douche.

4.20. Dans les tests intégrés des systèmes de ventilation et de climatisation, la mise en service et la mise en service incluent:

tester simultanément les systèmes d'exploitation;

tester les performances des systèmes de ventilation, de la climatisation et de l'alimentation en chaleur et en froid dans les modes de fonctionnement de conception avec la définition de la conformité aux paramètres réels du projet;

identifier les raisons pour lesquelles les modes de conception des systèmes ne sont pas fournis et prendre des mesures pour les éliminer;

test des dispositifs de protection, des verrouillages, des alarmes et à proximité de la carte d'équipement;

Mesure des niveaux de pression acoustique aux points de conception.

Les tests complets des systèmes sont effectués conformément au programme et au calendrier développés par le client ou, en son nom, par l’organisation de montage et convenus avec l’entrepreneur général et l’organisation d’installation.

La procédure de test complet des systèmes et d'élimination des défauts identifiés doit être conforme à SNiP III -3 - 81.

Méthodes de test du système d'alimentation en eau

Avant la mise en service, après avoir effectué tous les travaux d'installation et de réparation, les systèmes d'alimentation en eau sont testés par des méthodes hydrostatiques ou manométriques, conformément aux exigences des normes GOST 24054-80, GOST 25136-82 et SNiP 3.01.01-85. Un manomètre de classe de précision non inférieure à 1,5 et une presse hydraulique pour créer une pression dans le système sont connectés à la vanne de commande et de vidange. Le réseau interne est rempli d'eau, toutes les vannes d'arrêt sont ouvertes, toutes les fuites sont éliminées et l'air est éliminé par les points d'eau les plus élevés. Après avoir effectué ces opérations, la pression monte à la valeur souhaitée. Les réseaux d'alimentation en eau froide et en eau chaude sont testés avec une pression supérieure à la pression de travail de 0,5 MPa (5 kgf / cm 2), mais ne dépassant pas 1 MPa (10 kgf / cm 2) pendant 10 minutes; une diminution de la pression est autorisée d'au plus 0,1 MPa (1 kgf / cm2).

Des tests hydrostatiques et manométriques des systèmes d'alimentation en eau froide et en eau chaude sont effectués avant l'installation des raccords d'eau.

Les systèmes sont considérés comme ayant réussi les tests si, dans les 10 minutes qui suivent la pression d’essai avec la méthode hydrostatique, aucune chute de pression supérieure à 0,05 MPa (0,5 kgf / cm 2) et des chutes de soudure, de tuyaux, de raccords filetés, de les fuites d'eau par les dispositifs de chasse d'eau. À la fin des tests par la méthode hydrostatique, il est nécessaire de libérer de l'eau des systèmes d'alimentation en eau froide et chaude domestique.

Les tests manométriques du système d'alimentation interne en eau froide et en eau chaude sont effectués dans l'ordre suivant: le système sera rempli d'air avec une pression de test de 0,15 MPa (1,5 kgf / cm 2); en cas de détection de défauts de montage à l'oreille, réduire la pression à la pression atmosphérique et éliminer les défauts; remplissez ensuite le système avec de l'air à une pression de 0,1 MPa (1 kgf / cm 2), supportez-le pendant 5 minutes à la pression d'essai. Le système est réputé avoir réussi l'essai si, s'il est sous la pression d'essai, la chute de pression ne dépasse pas 0,01 MPa (0,1 kgf / cm 2).

Dans le cas où le test hydrostatique est difficile, un test manométrique est effectué.

Système de test rédige un acte. Pour l'acceptation du système en service, les principaux documents sont présentés:

- actes, dessins et documents relatifs à l'approbation de travaux supplémentaires et de modifications apportées au cours des travaux d'installation;

- agit pour un travail caché;

- des tests d’éléments individuels (ensembles, dispositifs, équipements) lors de l’application de tous les passeports;

- actes de vérification de l'étanchéité du réseau et de l'efficacité des équipements (pompes, réservoirs, bornes d'incendie, etc.).

Dans les actes d’acceptation, indiquez tous les défauts et dysfonctionnements constatés, les écarts par rapport au projet approuvé, les résultats des équipements de test et du système dans son ensemble, la qualité du travail effectué, la présence de défauts, leur délai de suppression.

Son efficacité est contrôlée dans le système d’alimentation en eau chaude: vérification des températures de calcul, du chauffage des porte-serviettes chauffants en mode circulation, du fonctionnement des chauffe-eau et des pompes de circulation.

Toute la documentation sur les tests des systèmes et le rapport de réception principal avec l'évaluation des travaux d'installation sont transférés au service de gestion du bâtiment.

Lors du fonctionnement des systèmes d'alimentation en eau froide et chaude, le débit d'eau chaude et froide doit être garanti conformément aux normes établies.

NORMES DE CONSOMMATION POUR LES CONSOMMATEURS D'EAU FROIDE ET D'EAU CHAUDE

1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES

1.1. L'installation des systèmes de plomberie interne doit être effectuée conformément aux exigences du présent Règlement, sections 478-80 et 3.0.1.01-85, Règlement III-4-80, Règlement III-3-8 1, normes, spécifications et instructions. fabricants d'équipements.

Lors de l’installation et de la fabrication d’unités et de parties de systèmes de chauffage et de conduites pour systèmes de ventilation (ci-après dénommés «apport de chaleur») avec une température de l’eau supérieure à 388 K (115 ° C) et une vapeur avec une pression de fonctionnement supérieure à 0,07 MPa (0,7 kgf / cm) doit également être conforme aux Règles pour la construction et l'exploitation en toute sécurité des canalisations de vapeur et d'eau chaude, approuvées par l'inspection technique de l'URSS.

1.2. L'installation des systèmes de plomberie internes et des chaufferies doit s'effectuer par des méthodes industrielles à partir de pipelines, de conduits et d'équipements fournis dans de grands blocs complets.

Lors de l'installation de revêtements pour bâtiments industriels à partir de grands blocs, la ventilation et autres systèmes sanitaires et techniques doivent être installés dans des blocs avant leur installation en position de conception.

L'installation des systèmes sanitaires doit être effectuée lors de la préparation à la construction de l'objet (saisir) dans la quantité de e:

Fait
Minmontazhspetsstroy
URSS

Approuvé
par décret
Comité d'État de l'URSS
pour la construction
du 13 décembre 1985 n ° 224

Terme
introductions
en action
1er juillet 1986

pour les bâtiments industriels, l'ensemble du bâtiment d'un volume maximal de 5 000 m 3 et une partie du bâtiment de plus de 5 000 m 3, y compris, sur la base de l'emplacement, une salle de production séparée, un atelier, une travée, etc., ou un ensemble de dispositifs (y compris des drains internes, point de chauffage, système de ventilation, un ou plusieurs climatiseurs, etc.);

pour les bâtiments résidentiels et publics jusqu'au cinquième étage - un bâtiment séparé, un ou plusieurs pans; sur cinq étages - 5 étages d'une ou plusieurs sections.

1.3. Avant l'installation des systèmes de plomberie internes par l'entreprise générale, les travaux suivants doivent être effectués:

l'installation de revêtements, de murs et de cloisons entre sols, sur lesquels seront installés des équipements sanitaires et techniques;

installation de fondations ou de sites pour l'installation de chaudières, de chauffe-eau, de pompes, de ventilateurs, de climatiseurs, de dispositifs d'extraction de fumée, de radiateurs et d'autres équipements sanitaires;

construction des structures de bâtiment des chambres de ventilation des systèmes d'admission;

le dispositif d'étanchéité dans les lieux d'installation des conditionneurs, des chambres de ventilation cousues, des filtres humides;

installation de tranchées pour les sorties d’eaux usées, en commençant par la construction de puits et de puits avec des plateaux, ainsi que pose d’intrants pour la communication externe de systèmes sanitaires et techniques dans le bâtiment;

le dispositif de plancher (ou la préparation correspondante) dans les lieux d’installation de dispositifs de chauffage sur des supports et les ventilateurs installés sur des vibro-insulateurs à ressort, ainsi que les bases "flottantes" pour l’installation du système de ventilation;

supports d'appareils pour l'installation de ventilateurs de toit, de gaines d'échappement et de déflecteurs sur les surfaces de bâtiments, ainsi que de supports pour les conduites posées dans des canaux souterrains et des sous-sols techniques;

préparation des ouvertures, des rainures, des niches et des nids dans les fondations, les murs, les cloisons, les plafonds et les revêtements nécessaires à la pose de conduites et de conduits;

dessin sur les murs intérieurs et extérieurs de tous les locaux de marques auxiliaires, égales aux marques de conception d'un sol propre plus 500 mm;

installation de jardinières et dans des bâtiments résidentiels et publics - appuis de fenêtre;

le plâtrage (limon et revêtement) des surfaces des murs et des niches sur les lieux d'installation d'appareils sanitaires et de chauffage, la pose de canalisations et de conduits d'aération, ainsi que le plâtrage de la surface des rainures pour la pose dissimulée de canalisations dans les murs extérieurs;

préparation d'ouvertures de montage dans les murs et les plafonds pour l'alimentation d'équipements de grande taille et de conduits d'air;

installation conforme à la documentation de travail des pièces encastrées dans les structures de bâtiment pour la fixation d'équipements, conduits d'air et conduites;

en garantissant la possibilité de mettre en marche des outils électriques ainsi que des machines de soudage électriques à une distance maximale de 50 mètres les uns des autres;

vitrage des ouvertures de fenêtres dans les clôtures extérieures, isolation des entrées et des ouvertures.

1 4 Les travaux généraux de construction, sanitaires et autres travaux spéciaux doivent être effectués dans des installations sanitaires dans l'ordre suivant:

préparation sous le sol, plâtrer les murs et les plafonds, les balises de dispositif pour l'installation d'échelles;

installation de fixations, pose de canalisations et réalisation d'essais hydrostatiques ou de manomètres; l'imperméabilisation des sols;

apprêt des murs, le dispositif de sols propres;

installation de baignoires, supports pour lavabos et retards pour la fixation des réservoirs de rinçage;

la première peinture des murs et des plafonds, des carreaux;

installation d'éviers, de cuvettes de toilettes et de citernes;

la deuxième coloration des murs et des plafonds; installation de raccords d'eau.

Les travaux de construction, sanitaires et autres travaux spéciaux dans les chambres de ventilation doivent être effectués dans l'ordre suivant:

préparation pour sols, fondations, plâtrage de murs et de plafonds;

dispositif d 'ouvertures de montage, installation de poutres de grue;

travailler sur la ventilation de l'appareil; l'imperméabilisation des sols;

installation de radiateurs avec tuyauterie;

installation des équipements de ventilation et des conduits d'air et autres travaux sanitaires et techniques, ainsi que des travaux électriques;

tester en versant de l'eau dans le plateau de la chambre d'irrigation; travaux d'isolation (isolation thermique et phonique);

travaux de finition (y compris le colmatage des trous dans les plafonds, les murs et les cloisons après la pose des canalisations et des conduits d’air);

plancher propre

Lors de l'installation de systèmes sanitaires et de la réalisation de travaux de construction généraux, il ne doit y avoir aucun dommage aux travaux déjà terminés.

1.5 Les dimensions des ouvertures et des gorges pour la pose de canalisations dans les sols, les murs et les cloisons des bâtiments et des structures doivent être adoptées conformément à l'annexe 5 recommandée, à moins que le projet ne prévoie d'autres dimensions.

1 6. Le soudage des tuyaux en acier doit être effectué de toute manière réglementée par des normes.

Les types de joints soudés des canalisations en acier, la forme et les dimensions structurelles de la soudure doivent être conformes aux exigences de la norme GOST 16037-80.

Le soudage des tuyaux en acier galvanisé doit être effectué avec un fil de blindage de marque Sv-15GST Yu TsA avec Ce selon GOST 2246-70 d'un diamètre de 0,8-1,2 mm ou avec des électrodes d'un diamètre maximal de 3 mm avec un revêtement de rutile ou de fluorure de calcium, si d'autres matériaux de soudage sont utilisés pas convenu de la manière prescrite.

Le raccordement des tuyaux en acier galvanisé, des pièces et des assemblages par soudage lors de l'installation et à l'installation de stockage doit être effectué dans le but de permettre une aspiration locale des émissions toxiques ou de nettoyer le revêtement de zinc sur une longueur de 20 à 30 mm des extrémités du tuyau joint, avec revêtement ultérieur de la surface extérieure de la soudure et de la zone thermorésistante, contenant 94% de poussière de zinc (en poids) et 6% de liants synthétiques (polystyrène, caoutchouc chloré, résine époxy).

Lors du soudage de tuyaux en acier, de pièces et d'assemblages, les exigences de GOST 12.3.003-75 doivent être satisfaites.

Le raccordement des tuyaux en acier (non galvanisés et galvanisés), ainsi que de leurs pièces et assemblages d'un diamètre nominal inférieur ou égal à 25 mm sur le chantier, doit être effectué par soudage par recouvrement (avec répartition d'une extrémité du tuyau ou sans raccord fileté). Le raccordement bout à bout de tuyaux d’un diamètre de passage nominal jusqu’à 25 mm inclus est autorisé dans les entreprises d’achat.

Lors du soudage, les surfaces filetées et les surfaces des miroirs à bride doivent être protégées des éclaboussures et des gouttelettes de métal en fusion.

La soudure ne doit pas contenir de fissures, trous, pores, contre-dépouilles, cratères non recouverts, ainsi que de brûlures et de traces de soudure.

Les trous dans les tuyaux d'un diamètre allant jusqu'à 40 mm pour les buses de soudage doivent généralement être percés, percés, fraisés ou coupés à la presse.

Le diamètre du trou doit être égal au diamètre interne de la buse avec des écarts admissibles de + 1 mm.

1.7. L'installation de systèmes sanitaires dans des bâtiments complexes, uniques et expérimentaux doit être effectuée conformément aux exigences de ces règles et aux instructions spéciales de la documentation de travail.

2. TRAVAUX DE PREPARATION

FABRICATION D'UNITES ET DETAILS DE PIPELINES A PARTIR DE TUYAUX EN ACIER

2.1. La fabrication d'éléments et de parties de canalisations à partir de tuyaux en acier doit être conforme aux spécifications et aux normes. Les tolérances de fabrication ne doivent pas dépasser les valeurs spécifiées dans le tableau. 1

La tolérance
(déviations)

de la perpendicularité des extrémités des tuyaux coupés

la longueur des détails de la pièce

± 2 mm avec une longueur maximale de 1 m et ± 1 mm pour chaque mètre suivant

Dimensions des bavures dans les trous et aux extrémités des tuyaux coupés

Ovalité des tuyaux dans la zone du lardon

Le nombre de fils dont le fil est incomplet ou déchiré

Écart de longueur de fil:

2.2. Le raccordement des tuyaux en acier, ainsi que de leurs pièces et assemblages, doit être effectué par soudage, filetage, écrous borgnes et brides (pour raccords et équipements).

Les tuyaux, assemblages et pièces galvanisés doivent être reliés, en règle générale, au filetage à l’aide de raccords en acier galvanisé ou revêtus de zingué en fonte ductile, d’écrous à chapeau et de brides (pour les raccords et l’équipement).

Pour les raccords filetés de tuyaux en acier, il convient d'utiliser des filets de tuyaux cylindriques, qui sont réalisés conformément à la norme GOST 6357-81 (classe de précision B) en molissant sur des tubes de lumière et en les découpant de manière ordinaire et renforcée.

Lors de la fabrication du fil par la méthode de moletage sur le tuyau, il est permis de réduire son diamètre interne à 10% sur toute la longueur du fil.

2.3. Les tours des canalisations dans les systèmes de chauffage et de chauffage doivent être effectués en pliant des tuyaux ou en utilisant des coudes en acier au carbone soudés sans soudure, conformément à la norme GOST 17375-83.

Le rayon de courbure des tuyaux avec un passage conditionnel jusqu’à 40 mm inclus doit être d’au moins 2,5 D n ar, et avec un passage conditionnel de 50 mm ou plus - au moins 3, 5 D n ar des tuyaux.

2.4. Dans les systèmes d’approvisionnement en eau froide et en eau chaude, il faut effectuer les tours de canalisations en installant des angles conformes à la norme GOST 8946-75, coudes ou coudes des tuyaux. Les tuyaux galvanisés ne doivent être pliés qu’à froid.

Pour les tuyaux d'un diamètre égal ou supérieur à 100 mm, l'utilisation de coudes pliés et soudés est autorisée. Le rayon minimum de ces robinets ne doit pas être inférieur à une fois et demie la taille nominale du tuyau.

Lors du pliage de tubes soudés, la soudure doit être placée à l'extérieur du tube et à un angle d'au moins 45 ° par rapport au plan du coude.

2.5. Le soudage de la soudure sur les sections courbées de tuyaux dans les éléments chauffants des panneaux chauffants n'est pas autorisé.

2.6 Lors du montage des composants, les connexions filetées doivent être scellées. En tant que produit d’étanchéité pour les raccords filetés à une température de milieu flottant jusqu’à 378 K (105 ° C), utilisez un ruban en matériau d’étanchéité fluoroplastique (FUM) ou un brin de lin imprégné de plomb rouge ou de blanc, mélangé à de l’huile siccative.

En tant que mastic d'étanchéité pour les raccords filetés à une température de fluide flottant supérieure à 378 K (105 ° C) et pour les conduites de condensation, utilisez du ruban FUM ou un fil d'amiante avec du lin imprégné de graphite mélangé à la feuille.

Le ruban FUM et le fil de lin doivent être appliqués uniformément le long du fil et ne pas dépasser dans le tuyau.

Paronite d'une épaisseur de 2 à 3 mm ou du fluoroplastic 4 devrait être utilisé comme produit d'étanchéité pour les raccords à bride à une température de fluide flottant ne dépassant pas 423 K (150 ° C) et à une température d'au plus 403 K (130 ° C) - de joints en caoutchouc résistant à la chaleur.

Pour les raccords filetés et à brides, d'autres matériaux d'étanchéité sont également autorisés pour assurer l'étanchéité des joints à la température de conception du caloporteur et convenus de la manière prescrite.

2.7 Les brides sont reliées au tuyau par soudage.

Une déviation par rapport à la perpendiculaire à la luminance de la bride soudée au tuyau par rapport à l'axe de la conduite est autorisée jusqu'à 1% du diamètre extérieur de la bride, sans dépasser 2 mm.

La surface des brides doit être lisse et exempte de bavures. Les têtes de boulons doivent être situées sur un côté du joint.

Mais les parties verticales du pipeline dans les écrous doivent être placées en bas.

En règle générale, les extrémités des boulons ne doivent pas dépasser des écrous de plus de 0,5 diamètre de boulon ou de 3 pas de filetage.

L'extrémité du tuyau, y compris le joint de soudure de la bride au tuyau, ne doit pas dépasser du miroir de la bride.

Les dispositions dans les raccords à bride ne doivent pas chevaucher les trous des boulons.

L'installation entre brides de joints multiples ou biseautés n'est pas autorisée.

2.8. Les écarts des dimensions linéaires des unités assemblées ne doivent pas dépasser ± 3 mm avec une longueur maximale de 1 m et ± 1 mm pour chaque mètre suivant.

2.9. Les nœuds des systèmes sanitaires doivent être testés pour vérifier leur étanchéité sur le lieu de fabrication.

Les nœuds de canalisations de chauffage, de distribution de chaleur, les systèmes d’alimentation individuelle et d’eau chaude, y compris ceux destinés à être installés dans des panneaux de chauffage, des vannes, des robinets-vannes, des collecteurs de boue, des collecteurs d’air, des ascenseurs, etc., doivent être soumis à une action hydrostatique Méthode à bulle (pneumatique) selon GOST 25136-82 et GOST 24054-80.

2. 10. Dans la méthode hydrostatique d’essai d’étanchéité, l’air est complètement éliminé des noeuds, rempli d’eau dont la température n’est pas inférieure à 278 K (5 ° C) et maintenu à l’essai en surpression Ppr, égal à 1.5Pà, où rà - surpression conditionnelle, qui peut résister aux connexions à la température normale de l'environnement de travail dans les conditions de fonctionnement.

Si de la rosée est apparue dans le pipeline pendant l’essai, l’essai doit être poursuivi après séchage ou séchage.

Les canalisations d'égout des conduites en acier et des conduites de chasse d'eau situées dans des réservoirs très éloignés doivent être soumises à une surpression de test de 0,2 MPa (2 kgf / cm 2) pendant au moins 3 minutes.

Le dosage sous pression n'est pas autorisé pendant les tests.

2.11. Ceux qui ont réussi le test sont considérés comme des assemblages de tuyaux en acier de systèmes sanitaires et techniques, à la surface et dans les joints, sans gouttes ni tâches d’eau et sans chute de pression.

Les vannes, robinets-vannes et robinets sont considérés comme ayant été testés si des gouttes d'eau n'apparaissent pas à la surface ni à la place des dispositifs d'étanchéité après une double rotation des dispositifs de réglage (avant l'essai).

2.12. Avec la méthode d’essai à la bulle d’étanchéité, les nœuds de la canalisation sont remplis d’air avec une surpression de 0,15 MPa (1,5 kgf / cm 2), immergés dans un bain d’eau et maintenus pendant au moins 30 s.

Ceux qui ont résisté à l’essai sont considérés comme mauvais, lorsqu’ils ont testé pour lesquels des bulles d’air n’apparaissaient pas dans le bain d’eau.

Le taraudage des joints, la rotation des dispositifs de commande et l'élimination des défauts lors des tests ne sont pas autorisés.

2.13. La surface extérieure des assemblages et des pièces en tubes non galvanisés, à l'exception des raccords filetés et de la surface du miroir à bride, doit être revêtue d'un apprêt en usine, et la surface filetée des assemblages et des pièces doit être revêtue d'un lubrifiant anti-corrosion conformément à TU 36-808 - 85.

FABRICATION D'UNITÉS DE SYSTÈMES D'ÉGOUT

2.14. Avant l'assemblage en assemblage, la qualité des tuyaux et des raccords d'égout en fonte doit être vérifiée par un contrôle externe et un taraudage à l'aide d'un marteau en bois.

La déviation par rapport à la perpendiculaire des extrémités du tuyau après la coupe ne doit pas dépasser 3 °.

Aux extrémités des tuyaux en fonte, les fissures ne dépassant pas 15 mm de long et les ondulations des bords de 10 mm maximum sont autorisées.

Avant de sceller les joints, les extrémités des tuyaux et des douilles doivent être nettoyées de la saleté.

2.15. Les joints des tuyaux d'égout en fonte doivent être scellés avec une corde de chanvre imbibée selon GOST 483-75 ou imprégnés de ruban de traction selon GOST 16183-77, puis coulés en grumeaux ou en gris fondus selon GOST 127-76 avec addition de kaolin enrichi selon GOST 19608-84 ou gypsum-alumineux élargi ciment selon GOST 11052-74, ou tout autre matériau de scellement et de remplissage, à convenir de la manière prescrite.

Les tuyaux conçus pour les eaux usées agressives doivent être scellés à l'aide d'une corde hermétique ou d'un ruban de ruban adhésif, suivis d'une coulée avec du ciment résistant aux acides ou d'autres matériaux résistant à la corrosion, et doivent être installés avec du matériel anti-corrosion corrosif. 77.

2.16. Les écarts des dimensions linéaires des nœuds des conduites d’assainissement en fonte par rapport aux dessins détaillés ne doivent pas dépasser ± 10 mm.

2.17. Les nœuds du système d'égout des tuyaux en plastique doivent être fabriqués conformément à la norme СН 478-80.

FABRICATION DE CONDUITS D'AIR EN MÉTAUX

2. 1 8. Les bouches d'aération et les parties des systèmes de ventilation doivent être fabriquées conformément à la documentation de travail et aux spécifications approuvées de la manière établie.

2.19. Les gaines d'air en acier pour toiture en tôle mince avec un diamètre et un côté plus large allant jusqu'à 2 000 mm doivent être réalisées avec un verrouillage en spirale ou une couture droite sur le joint, une soudure en spirale ou une soudure droite en soudage, et les conduites d'air avec un côté supérieur à 2 000 mm doivent être en panneau (soudées, soudées).

Les conduits d'air en stratifié à base de métal doivent être réalisés sur les plis, en acier inoxydable, en titane, ainsi qu'en tôle d'aluminium et ses alliages - sur les plis ou lors du soudage.

2.20. Les tôles d'acier d'une épaisseur inférieure à 1,5 mm doivent se chevaucher à une épaisseur de 1,5 à 2 mm - chevauchées ou aboutées. Les tôles d'épaisseur supérieure à 2 mm doivent être soudées bout à bout.

2.21. Les méthodes de soudage suivantes doivent être utilisées pour les joints soudés de sections droites et les raccords de conduits de toiture et en acier inoxydable: plasma, arc automatique et semi-automatique sous une couche de fondant ou dans le dioxyde de carbone, contact, rouleaux et arc manuel.

Les méthodes de soudage suivantes doivent être utilisées pour les conduits de soudage en tôle d'aluminium et ses alliages:

arc d'argon automatique - une électrode consommable;

Manuel d'arc à l'argon - électrode non consommable avec fil d'apport;

Pour le soudage des conduits en titane, il convient d'utiliser une électrode consommable pour le soudage à l'arc sous argon.

2.22. Les conduits d'air en tôle d'aluminium et ses alliages d'une épaisseur maximale de 1,5 mm doivent être réalisés sur les plis, d'une épaisseur comprise entre 1,5 et 2 mm - sur les plis ou la soudure, et pour des épaisseurs de tôle supérieures à 2 mm - lors de la soudure.

Les plis longitudinaux sur les toits en tôle mince et les conduits d’air en acier inoxydable et en tôle d’aluminium d’un diamètre égal ou supérieur à 500 mm ou plus doivent être fixés au début et à la fin de la liaison du conduit par soudage par points, rivets électriques, rivets ou tasseaux.

Les plis sur les conduits d'air, quelle que soit l'épaisseur du métal, et le procédé de fabrication doivent être réalisés avec une coupe.

2.23. Les extrémités des joints pliés dans les extrémités des conduits d'air et dans les orifices de distribution d'air des conduits en métal doivent être fixées avec des rivets en aluminium ou en acier avec un revêtement en oxyde, ce qui garantit un fonctionnement dans des environnements agressifs définis par la documentation de travail.

Les coutures des plis doivent avoir la même largeur sur toute la longueur et être bien assises.

2.24. Dans les conduits d’air chauds, ainsi que dans les tableaux de coupe, ne doivent pas être des joints en forme de croix.

2,25. Sur les étendues d’air rectilignes de sections rectangulaires de plus de 400 mm de côté, il convient d’appliquer une rigidité en forme de crêtes présentant un espacement de 200 à 300 mm le long du périmètre du conduit ou des coudes diagonaux. De plus, lorsque le côté mesure plus de 1000 mm, vous devez définir la rigidité du cadre externe ou interne, qui ne doit pas dépasser de plus de 10 mm dans le conduit. Les renforts doivent être solidement fixés par soudage par points, rivets électriques ou rivets.

Les cadres de rigidité doivent être installés sur des conduits à base de métal utilisant des rivets en aluminium ou en acier avec un revêtement en oxyde, ce qui garantit un fonctionnement dans des environnements agressifs spécifiés dans la documentation de travail.

2.26. Les éléments des raccords doivent être interconnectés sur les arêtes, les plis, la soudure, les rivets.

Les éléments des pièces moulées en stratifié à base de métal doivent être interconnectés sur les plis.

Les raccordements Zigovy pour les systèmes transportant de l'air très humide ou des impuretés de poussières explosives ne sont pas autorisés.

2,27. Le raccordement des sections de conduit doit être effectué sans bride ou sur des brides. Les connexions doivent être robustes et étanches.

2.28. La fixation des brides sur les conduits d’air doit se faire par bridage avec zig-stop, par soudage, par points ou sur des rivets d’un diamètre de 4-5 mm, placés sur 200-250 mm, sans être inférieurs à quatre rivets.

La fixation des brides sur les conduits en métal-plastique doit être réalisée en bridant avec un Sieg poreux.

Dans les conduits d'air transportant le milieu corrosif, la fixation des brides à l'aide de zigov n'est pas autorisée.

Lorsque l'épaisseur de la paroi du conduit est supérieure à 1 mm, les brides peuvent s'emboîter sur le conduit d'air sans bridage par fixation à l'aide de points de soudure par soudage à l'arc électrique avec étanchement ultérieur de l'espace entre la bride et le conduit d'air.

2.29. Le bridage des conduits d’air aux endroits où les brides sont installées doit être réalisé de manière à ce que le côté plié ne recouvre pas les trous de boulon dans les brides.

Les brides sont installées perpendiculairement à l'axe de la conduite.

2,30. Les dispositifs de réglage (vannes, papillons d'étranglement, registres, régulateurs de distributeurs d'air, etc.) doivent être facilement fermés et ouverts, ainsi que fixés dans une position prédéterminée.

Les moteurs de diapositive doivent être bien ajustés contre les guides et s’y déplacer librement.

Le bouton de commande du papillon - soupape doit être installé parallèlement à sa lame.

2.31. Les conduits d'aération en acier non galvanisé, leurs fixations de connexion (y compris les surfaces internes des brides) doivent être apprêtés (peints) chez l'entreprise d'achat conformément à la conception (avant-projet).

La coloration finale de la surface extérieure des conduits d'air est réalisée par des organismes de construction spécialisés après leur installation.

Les ébauches de ventilation doivent être équipées de pièces pour leurs moyens de connexion et de fixation.

RÉGLAGE COMPLET ET PRÉPARATION POUR L'INSTALLATION D'ÉQUIPEMENTS SANITAIRES ET TECHNIQUES, DE DISPOSITIFS DE CHAUFFAGE, DE NOEUDS ET DE PARTIES DE PIPELINES

2.32. La procédure de transfert d'équipements, de produits et de matériaux est définie dans les Règles sur les contrats de construction capitale approuvés par le Conseil des ministres de l'URSS et dans le Règlement sur les relations entre organisations - contractants généraux et sous-traitants, approuvés par une résolution de l'URSS Gosstroya et du Comité de planification de l'URSS.

2.33. Les nœuds et les parties de tuyaux pour les systèmes sanitaires doivent être transportés vers des objets dans des conteneurs ou des emballages et être accompagnés de la documentation.

Chaque conteneur et emballage doit porter une étiquette indiquant le cambrage des unités emballées conformément aux normes et spécifications en vigueur pour la fabrication des produits.

2.34. Les raccords qui ne sont pas installés sur les pièces et les assemblages, les appareils d'automatisation, l'instrumentation, les pièces de connexion, les outils de réparation, les joints d'étanchéité, les boulons, les écrous, les rondelles, etc. doivent être emballés séparément tout en marquant le conteneur. indiquer la désignation ou les noms de ces produits.

2,35. Les chaudières sectionnelles en fonte doivent être livrées sur les chantiers de construction en blocs ou en paquets, pré-assemblées et testées dans des usines de fabrication ou dans des entreprises d'approvisionnement d'organisations de montage.

Les chauffe-eau, les réchauffeurs, les pompes, les points de chauffage centraux et individuels, les unités de comptage d'eau doivent être livrés aux installations en construction, ainsi que les unités assemblées et complètes avec moyens de fixation, tuyauterie, vannes d'arrêt, joints d'étanchéité, boulons, écrous et rondelles.

2 36 Les sections des radiateurs en fonte doivent être assemblées dans des dispositifs sur les mamelons à l'aide de joints d'étanchéité:

et s caoutchouc caoutchouté d'une épaisseur de 1,5 mm à une température du liquide de refroidissement allant jusqu'à 403 K (1–30 ° C);

de paronite d’une épaisseur de 1 à 2 mm à une température du caloporteur jusqu’à 423 K (150 ° C).

2.37. Les radiateurs en fonte ou les blocs de radiateurs et de tubes à ailettes en fonte regroupés doivent être testés par la méthode hydrostatique avec une pression de 0,9 MPa (9 kgf / cm 2) ou par la méthode des bulles avec une pression de 0,1 MPa (1 kgf / cm 2). Les résultats des tests de bulles sont à la base de la présentation des revendications de qualité aux fabricants d'appareils de chauffage en fonte.

Les blocs de radiateurs en acier doivent être testés selon la méthode de la bulle avec une pression de 0,1 MPa (1 kgf / cm 2).

Les convecteurs doivent être testés par la méthode hydrostatique avec une pression de 1,5 MPa (15 kgf / cm 2) ou par la méthode des bulles avec une pression de 0,15 MPa (1,5 kg s / cm 2).

La procédure de test doit être conforme aux exigences des paragraphes. 2.9 - 2.12.

Après le test, l'eau des unités de chauffage doit être éliminée.

Après l'essai hydrostatique, les panneaux chauffants doivent être purgés à l'air et leurs tuyaux de raccordement doivent être fermés à l'aide de bouchons d'inventaire.

3. INSTALLATION ET ASSEMBLAGE

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

3.1. Le raccordement des tuyaux en acier des tuyaux en acier galvanisé et non galvanisé lors de l'installation doit être effectué conformément aux exigences des sections 1 et 2 du présent règlement.

Les raccords divisés sur les pipelines doivent être fabriqués au niveau de la vanne et là où cela est nécessaire aux termes de l’assemblage des pipelines.

Les raccords de tuyaux fractionnés, ainsi que les raccords, les révisions et le nettoyage doivent être situés dans des endroits accessibles pour la maintenance.

3.2. Les conduites verticales ne doivent pas s'écarter de la verticale de plus de 2 mm par mètre de longueur.

3.3. Les canalisations de chauffage, de chauffage et d'eau chaude et froide domestiques non isolées ne doivent pas être adjacentes à la surface des structures de bâtiment.

La distance entre la surface du plâtre ou du revêtement et l'axe des canalisations non isolées d'un diamètre nominal inférieur ou égal à 32 mm, avec un revêtement ouvert, doit être comprise entre 35 et 55 mm, avec un diamètre compris entre 40 et 50 mm et entre 50 et 60 mm, et avec un diamètre supérieur à 50 mm. sur la documentation de travail.

La distance entre les canalisations, les appareils de chauffage et les appareils de chauffage dont la température du liquide de refroidissement est supérieure à 378 K (105 ° C) aux bâtiments et structures en matériaux combustibles définis par le projet (avant-projet) conformément au GOST 12.1.044 - 84 doit être d'au moins 100. mm

3.4. Les moyens de fixation ne doivent pas être situés au niveau des joints des canalisations.

La fixation des fixations à l'aide de chevilles en bois, ainsi que le soudage de conduites aux fixations n'est pas autorisée.

La distance entre les moyens de fixation des conduites en acier sur les sections horizontales doit être respectée conformément aux dimensions indiquées dans le tableau. 2, s'il n'y a pas d'autres instructions dans la documentation de travail.

La plus grande distance, m, entre les moyens de fixation des canalisations

3.5 Les moyens de fixation des colonnes montantes en tubes d'acier dans les bâtiments résidentiels et publics d'une hauteur maximale de 3 m ne sont pas installés et, avec une hauteur supérieure à 3 m, la fixation est installée à la moitié de la hauteur du sol.

Les moyens de montage des colonnes montantes dans les bâtiments industriels doivent être installés après 3 m.

3.6. La distance entre les moyens de fixation des tuyaux d'égout en fonte avec leur pose horizontale ne doit pas dépasser 2 m, et pour les colonnes montantes un support par étage, mais pas plus de 3 m entre les moyens de fixation. Les moyens de fixation doivent être placés sous les douilles.

3.7. Les tuyaux de raccordement pour appareils de chauffage d'une longueur supérieure à 1500 mm doivent être fixés.

3 8. Les appareils sanitaires et de chauffage doivent être installés à l’aplomb et à la verticale.

Les cabines sanitaires doivent être installées sur une base dont le niveau de contrôle est vérifié.

Avant d'installer des cabines sanitaires, il est nécessaire de vérifier que le niveau du haut du canal et de la colonne de positionnement de la cabine sous-jacente et le niveau de la base préparatoire sont parallèles.

L'installation des cabines sanitaires doit être effectuée de manière à ce que les essieux d'égout des étages adjacents coïncident.

L'accès des cabines sanitaires aux conduits de ventilation doit être effectué avant la pose des dalles de plancher de ce plancher.

3.9 Les essais hydrostatiques (hydrauliques) ou manométriques (pneumatiques) des conduites avec pose cachée de conduites doivent être effectués avant leur fermeture et un certificat d'inspection des travaux cachés est établi conformément à l'annexe 6 du SNiP 3.01.01-85.

Les essais sur les conduites isolées doivent être effectués avant l'application d'isolant.

Le rinçage des systèmes d'alimentation en eau potable est considéré comme terminé après le rejet d'eau satisfaisant aux exigences de la norme GOST 2874-82 "Eau potable".

ALIMENTATION EN EAU FROIDE ET CHAUDE INTERNE

3.11. La hauteur d'installation des raccords d'eau (la distance entre l'axe horizontal des raccords et les appareils sanitaires, en mm) doit être prise en compte:

robinets et robinets d’eau des côtés des éviers - par 250 et des côtés des éviers - par 200;

robinets et robinets de toilette sur les côtés des éviers - par 200.

Hauteur d'installation des grues à partir du niveau d'un sol propre, en mm:

robinets d'eau dans les bains, robinets de chasse d'eau pour cuvettes de toilette, mélangeurs d'éviers de stockage dans les établissements publics et médicaux, mélangeurs de bain - 800;

mélangeurs pour visions à libération oblique - 800, à libération directe - 1000;

robinets et nappes cirés pour le lavage dans les établissements médicaux, robinets communs aux baignoires et éviers, robinets coudés pour éviers chirurgicaux - 1100;

robinets pour laver les sols dans les toilettes des bâtiments publics - 600;

1200 mitigeurs de douche.

Les moustiquaires de douche doivent être installées à une hauteur de 2100-2250 mm du bas de la grille au niveau d’un sol propre, dans les cabines pour personnes handicapées - à une hauteur de 1700 - 1850 mm, dans les établissements préscolaires - à une hauteur de 1500 mm du bas de la palette. Les écarts par rapport aux dimensions spécifiées dans le présent paragraphe ne doivent pas dépasser 20 mm.

(Modifié. Changement. Numéro 1).

Note Pour les éviers avec des dos avec des ouvertures pour les robinets, ainsi que pour les éviers et les lavabos avec accessoires de table, la hauteur des robinets et des robinets est déterminée par la conception du dispositif.

3.11a. Dans les cabines de douche pour les personnes handicapées et dans les jardins d'enfants, utilisez un filet de douche flexible.

Dans les locaux réservés aux personnes à mobilité réduite, les robinets d'eau froide et d'eau chaude, ainsi que les robinets, doivent être à levier ou à pression.

Les mitigeurs de lavabo, les éviers et les robinets de réservoirs à chasse d'eau installés dans des pièces destinées aux personnes handicapées présentant des défauts des membres supérieurs doivent être équipés de commandes au pied ou au coude.

(Modifié. Changement. Numéro 1).

DRAINAGE DOMESTIQUE ET DRAINS D'EAU

3.12. Les tuyaux des tuyaux et des raccords (à l'exception des raccords à double prise) doivent être dirigés contre le mouvement de l'eau.

Les raccords des tuyaux d’assainissement en fonte au niveau de l’installation doivent être scellés avec une corde de chanvre goudronnée ou imprégnés d’une bande de ruban suivie par un calfeutrage avec un mortier de ciment d’une qualité non inférieure à 1 00 ou en versant une solution de ciment de gypse-alumineux en expansion ou fondus et chauffés à une température de 403 - 408 K (130-135 ° C). en ajoutant 10% de kaolin enrichi selon GOST 19608 - 84 ou GOST 19607 - 74.

Il est permis d'utiliser d'autres matériaux de scellement et de remplissage convenus de la manière prescrite.

Lors de l'installation, les extrémités ouvertes des canalisations et des entonnoirs de drainage doivent être fermés temporairement avec des bouchons d'inventaire.

3.13. Les appareils sanitaires doivent être fixés à l'aide de vis aux structures en bois.

Le dégagement de la cuvette des toilettes doit être raccordé directement à la prise du tuyau de dérivation ou au tuyau de dérivation à l'aide d'un tuyau en fonte, en polyéthylène ou en caoutchouc.

Le bec du tuyau d'évacuation situé sous la toilette à sortie directe doit être aligné avec le sol.

3.14. Les toilettes doivent être fixées au sol avec des vis ou collées avec de la colle. Lors du montage des vis sous la base de la toilette doit être installé joint en caoutchouc.

La liaison doit être effectuée à une température de l'air dans la pièce non inférieure à 278 K (5 ° C).

Pour obtenir la résistance nécessaire, les toilettes collées doivent être maintenues sans charge en position stationnaire jusqu'à ce que le collage ait atteint la résistance d'au moins 12 heures.

3.15. La hauteur d'installation des appareils sanitaires à partir du niveau du sol propre doit correspondre aux dimensions indiquées dans le tableau. 3

Hauteur d'installation à partir du niveau d'un sol propre, mm

Dans les bâtiments résidentiels, publics et industriels

Dans les écoles et les institutions médicales pour enfants

Dans les établissements préscolaires et dans les locaux pour handicapés, se déplacer à l'aide de divers appareils

Lavabos (en haut de la planche)

Éviers et éviers (en haut du tableau)

Bains (au dessus du plateau)

Urinoirs muraux et à plateaux (vers le haut du tableau)

Receveurs de douche (en haut du panneau)

Fontaines à boire suspendues (en haut du tableau)

Remarques: 1. Les écarts admissibles de hauteur d’installation d’appareils sanitaires pour appareils autonomes ne doivent pas dépasser ± 20 mm, et pour l’installation en groupe d’appareils de type unique à 45 mm.

2. Un tuyau de rinçage pour rincer le plateau d'urinoir doit être dirigé vers les trous à 45 ° vers le bas du mur sous le glom.

3. Lors de l'installation d'un mélangeur commun pour lavabo et baignoire, la hauteur d'installation du lavabo est de 850 mm vers le haut du côté.

4. La hauteur de l'installation de dispositifs sanitaires dans les établissements médicaux doit être prise comme suit, mm:

inventaire laver h en bas (en haut des côtés) - 650;

lavage des toiles cirées - 700;

téléspectateur (jusqu'au sommet) - 400;

le réservoir de désinfectant pour la solution (au fond du réservoir) - 1230.

5. Les distances entre les axes des éviers ne doivent pas être inférieures à 650 mm, bains pour les mains et les pieds, urinoirs: pas moins de 700 mm.

6. Dans les locaux réservés aux personnes à mobilité réduite, les lavabos, lavabos et éviers doivent être installés à une distance d'au moins 200 mm du mur latéral de la pièce.

(Modifié. Changement. Numéro 1).

3.16. Dans les locaux d'habitation des bâtiments publics et industriels, l'installation d'un groupe de lavabos devrait être prévue sur un stand commun.

3.17. Afin de tester les systèmes d'égout dans les siphons, afin de les protéger de la contamination, les bouchons inférieurs doivent être retirés et les tasses des siphons des bouteilles.

CHAUFFAGE, CHAUFFAGE ET CHAUDIERES

3.18. Les pentes des tuyaux menant aux appareils de chauffage doivent être comprises entre 5 et 10 mm pour chaque entrée dans le sens du mouvement du liquide de refroidissement. Avec une longueur de gaine pouvant atteindre 500 mm, l'inclinaison des tuyaux ne doit pas être effectuée.

3.19. Le raccordement aux tubes à ailettes en acier lisse, en fonte et à ailettes bimétalliques doit être effectué à l'aide de brides (bouchons) avec des ouvertures excentriques afin de permettre l'évacuation libre de l'air et l'écoulement d'eau ou de condensat des tubes. Pour les connexions à la vapeur, la connexion concentrique est autorisée.

3.20. Les radiateurs de tous types doivent être installés à des distances respectant mm, pas moins: 60 - du sol, 50 - du bas sous la surface des panneaux de rebord de fenêtre et 25 - de la surface des murs en plâtre.

Les radiateurs doivent être installés à une distance d'au moins 100 mm du sol et de 60 mm de la surface des murs dans les locaux des installations de traitement, de prévention et de protection de l'enfance.

En l'absence de seuil, une distance de 50 mm doit être respectée entre le haut de l'appareil et le bas de l'ouverture de la fenêtre.

Lors de la pose ouverte de conduites, la distance entre la surface de la niche et les appareils de chauffage devrait permettre de poser les tuyaux d’alimentation des appareils de chauffage en ligne droite.

3.21. Les convecteurs doivent être installés à distance:

au moins 20 mm de la surface des murs jusqu'au convecteur à ailettes sans enveloppe;

de près ou de moins de 3 mm entre la surface de la paroi et les ailettes de l’élément chauffant du convecteur mural avec le boîtier;

au moins 20 mm de la surface du mur jusqu'au boîtier du convecteur de plancher.

La distance entre le sommet du convecteur et le bas du seuil doit être d’au moins 70% de la profondeur du convecteur.

La distance entre le sol et le bas du convecteur mural avec ou sans boîtier ne doit pas être inférieure à 70% ni supérieure à 150% de la profondeur de l'appareil de chauffage à installer.

Lorsque la largeur de la partie saillante de l'appui de la fenêtre dépassant le mur est supérieure à 150 mm, la distance du bas au sommet des convecteurs munis du boîtier ne doit pas être inférieure à la hauteur de soulèvement du boîtier nécessaire à son retrait.

Le raccordement des convecteurs aux canalisations de chauffage doit être effectué sur un filetage ou sur une soudure.

3.22. Les tuyaux lisses et nervurés doivent être installés à une distance d’au moins 200 mm du sol et de la plaque de seuil à l’axe du tuyau le plus proche et à 25 mm de la surface des murs en plâtre. La distance entre les axes des tuyaux adjacents doit être d'au moins 200 mm.

3.23. Lors de l'installation d'un appareil de chauffage sous une fenêtre, le bord latéral de la colonne montante ne doit généralement pas dépasser l'ouverture de la fenêtre. Dans ce cas, la combinaison des axes de symétrie verticaux des appareils de chauffage et des ouvertures de fenêtre n’est pas nécessaire.

3.24. Dans un système de chauffage monotube avec connexion unilatérale des appareils de chauffage ouverts, la colonne montante à poser doit être située à une distance de 150 ± 50 mm du bord de l’ouverture de la fenêtre et la longueur des tuyaux d’alimentation des appareils de chauffage ne doit pas dépasser 400 mm.

3,25. Les appareils de chauffage doivent être installés sur des supports ou sur des supports fabriqués conformément aux normes, aux spécifications ou à la documentation de travail.

Le nombre de supports doit être installé à raison de un pour 1 m 2 de la surface chauffante du radiateur du radiateur, mais pas moins de trois par radiateur (sauf les radiateurs à deux sections), et pour les tuyaux nervurés - deux par tuyau u. Au lieu des supports supérieurs, il est permis d'installer des plaques de radiateur, qui doivent être situées à 2/3 de la hauteur du radiateur.

Les supports doivent être installés sous les cols du radiateur et sous les tuyaux cannelés, au niveau des brides.

Lors de l'installation de radiateurs sur des supports, le nombre de ceux-ci doit être de 2 - avec un nombre de sections inférieur ou égal à 10 et de 3 - avec un nombre de sections supérieur à 10. En même temps, le sommet du radiateur doit être fixé.

3.26. Le nombre de fixations sur le convecteur sans boîtier doit être pris en compte:

avec installation à une rangée et à deux rangées - 2 attaches au mur ou au sol;

avec une installation à trois ou quatre rangées - 3 montages au mur ou 2 au sol.

Pour les convecteurs fournis avec les appareils, le nombre de fixations est déterminé par le fabricant conformément aux normes relatives aux convecteurs.

3.27. Les supports pour appareils de chauffage doivent être fixés aux murs en béton avec des goujons et aux murs en brique avec des goujons ou enrobés des supports avec du mortier de ciment d'une qualité non inférieure à 100 à une profondeur d'au moins 100 mm (sans jauge d'épaisseur de couche de plâtre).

L'utilisation de chevilles en bois pour la fixation des supports n'est pas autorisée.

3.28. Les axes des colonnes montantes des panneaux muraux avec éléments chauffants intégrés doivent être identiques lors de l'installation.

Les joints des colonnes montantes doivent être réalisés sur le soudage par recouvrement (avec la distribution d'une extrémité du tuyau ou un raccord à couplage fileté).

Le raccordement des conduites aux aérothermes (appareils de chauffage, unités de chauffage) doit être effectué sur des brides, des filets ou des soudures.

Les ouvertures d'aspiration et d'échappement des appareils de chauffage doivent être fermées avant leur mise en service.

3.29. Les vannes et les clapets anti-retour doivent être installés de manière à ce que le fluide s'écoule sous la vanne.

Les clapets anti-retour doivent être installés horizontalement ou strictement verticalement, en fonction de leur conception.

La direction de la flèche sur le corps doit coïncider avec la direction du mouvement du support.

3,30. Les broches des vannes à double réglage et des grues traversantes de régulation doivent être installées verticalement lorsque les appareils de chauffage sont situés sans niches, et lorsqu'ils sont installés dans des niches - à un angle de 45 ° vers le haut.

Les broches des grues à trois voies doivent être positionnées horizontalement.

3.31. Les manomètres installés sur des conduites avec une température de liquide de refroidissement allant jusqu'à 378 K (105 ° C) doivent être connectés via une vanne à trois voies.

Les manomètres installés sur des conduites dont la température du liquide de refroidissement est supérieure à 378 K (105 ° C) doivent être raccordés via un tube de siphon et une vanne à trois voies.

3.32. Les thermomètres sur les conduites doivent être installés dans des manchons et la partie en saillie du thermomètre doit être protégée par un cadre.

Sur les conduites avec un passage conditionnel allant jusqu'à 57 mm, il est nécessaire d'inclure un épandeur aux endroits où des thermomètres sont installés.

3,33. Pour les connexions à bride des conduites de fioul, utilisez du paronite trempé dans de l’eau chaude et frotté avec du graphite.

VENTILATION ET CLIMATISATION

3,34. Les conduits d'air doivent être installés quelle que soit la disponibilité des équipements technologiques conformément aux repères et marques de conception. Le raccordement des conduits d’air à l’équipement de traitement doit être effectué après son installation.

3,35. Les conduits d'air destinés au transport de l'air humidifié doivent être montés de manière à ce qu'il n'y ait pas de joints longitudinaux dans la partie inférieure des conduits.

Les parcelles de réservoirs d'eau dans lesquelles la rosée peut tomber de l'air humide transporté doivent être posées avec une pente de 0,01 à 0,015 en direction des dispositifs de drainage.

3,36. Les joints d'étanchéité entre les brides des conduits d'air ne doivent pas dépasser dans les conduits d'eau.

Les joints doivent être faits des matériaux suivants:

caoutchouc mousse, ruban poreux ou caoutchouc monolithique d'une corde à mastic polymère de 4 à 5 mm (résidence permanente) - pour les conduits d'aération le long desquels de l'air, de la poussière ou des déchets, jusqu'à une température de 343 K (70 ° C) se déplacent;

fil d'amiante ou carton d'amiante - dont la température est supérieure à 343 K (70 ° C);

Caoutchouc résistant aux acides ou plastique de rembourrage résistant aux acides - pour les conduits d'air dans lesquels l'air se déplace avec les vapeurs acides.

Par exemple, il faut utiliser des connexions sans bride de conduites d’air:

Ruban d'étanchéité Gerlen - pour les conduits d'air dans lesquels l'air circule jusqu'à une température de 313 K (40 ° C);

mastic "Buteprol" - pour conduits d'air circulaires jusqu'à une température de 343 K (70 ° C);

Manchettes ou rubans thermorétractables - pour les gaines d’air circulaires jusqu’à 333 K (60 ° C) et d’autres matériaux d’étanchéité, selon les prescriptions.

3,37. Les boulons dans les raccords à bride doivent être serrés, tous les écrous des boulons doivent être situés sur un côté de la bride. Lors de l’installation verticale des boulons, les écrous doivent généralement être situés sous le joint.

3,38. La fixation des conduits d’air doit être effectuée conformément à la documentation de travail.

Les supports de conduits d’air horizontaux non isolés en métal (colliers, supports, etc.) sur une connexion sans rebord doivent être installés à une distance maximale de 4 m les uns des autres avec des diamètres de conduit circulaire ou des dimensions d’un plus grand côté du conduit de section rectangulaire inférieure à 400 mm et inférieure à 3 mm. m les uns des autres - avec le diamètre du conduit d’air de section transversale circulaire ou les dimensions du plus grand côté du conduit d’air de section rectangulaire de 400 mm et plus.

Les fixations des conduits d’air horizontaux non isolés en métal sur un joint à bride de section transversale circulaire de diamètre inférieur à 2000 mm ou de section transversale rectangulaire de dimensions supérieures à 2000 mm inclusivement doivent être installées à une distance maximale de 6 m les unes des autres. La documentation de travail doit indiquer les distances entre les fixations des gaines métalliques isolées de toutes les tailles, ainsi que des gaines rondes non isolées de diamètre supérieur à 2000 mm ou de section rectangulaire, les dimensions de son côté le plus large étant supérieures à 2000 mm.

Les pinces doivent couvrir étroitement les conduits métalliques.

Les conduits métalliques verticaux de montage doivent être installés à une distance maximale de 4 m les uns des autres.

Les dessins de fixations non standard doivent être inclus dans la documentation de travail.

La fixation des gaines d'air métalliques verticales à l'intérieur des locaux d'immeubles à plusieurs étages d'une hauteur maximale de 4 m doit être réalisée dans les plafonds interfloor.

La fixation de conduits d'air métalliques en métal à l'intérieur de pièces avec une hauteur de plancher supérieure à 4 mm sur le toit du bâtiment doit être désignée par le projet (projet en cours).

La fixation des entretoises et des suspensions directement sur les brides du conduit n'est pas autorisée. La suspension à tension réglable doit être uniforme.

L'écart des conduits par rapport à la verticale ne doit pas dépasser 2 mm par 1 m de longueur.

3,39. Les conduits d'air librement suspendus doivent être couplés en installant des suspensions doubles toutes les deux suspensions simples avec une longueur de suspension de 0,5 à 1,5 m.

Si la longueur de la suspension est supérieure à 1,5 m, une double suspension doit être installée pour chaque suspension simple.

3,40. Les conduits d'air doivent être renforcés afin que leur poids ne soit pas transféré à l'équipement de ventilation.

Les conduits d’air, en règle générale, doivent être reliés aux ventilateurs par des inserts flexibles en fibres de verre ou en un autre matériau résistant aux vibrations, offrant souplesse, densité et durabilité.

Les inserts flexibles isolants vibratoires doivent être installés immédiatement avant les tests individuels.

3.41. Lors de l'installation de conduits d'air verticaux à partir de conduits en amiante-ciment, les fixations doivent être installées après 3-4 m. Lors de l'installation de conduits horizontaux, deux fixations doivent être installées sur chaque section pour les raccords à emboîtement et une autre pour les raccords à emboîtement. Le montage doit être effectué à la prise.

3.42. Dans les conduits verticaux des boîtiers en forme de socle, le boîtier supérieur doit être inséré dans le socle inférieur.

3.43. Les joints évasés et les manchons conformes aux cartes technologiques typiques doivent être scellés avec des faisceaux de brins de chanvre trempés dans du mortier à base d'amiante-ciment avec l'addition de colle à la caséine.

L'espace libre de la douille ou de l'accouplement doit être rempli de mastic de ciment d'amiante.

Les joints après durcissement du mastic doivent être recouverts de tissu. Le tissu doit être bien ajusté à la boîte autour du périmètre et doit être peint avec de la peinture à l'huile.

3.44. Le transport et le stockage dans la zone d'installation des caisses en amiante-ciment reliées par des raccords doivent être effectués en position horizontale et en forme de socle - en position verticale.

Les pièces façonnées pendant le transport ne doivent pas bouger librement, elles doivent donc être fixées avec des entretoises.

Lors du transport, de l’empilement, du chargement et du déchargement, il est interdit de jeter et de soumettre les boîtes et les accessoires aux chocs.

3,45. Dans la fabrication de sections droites de conduits d'air à partir d'un film de polymère, des courbures dans les conduits d'air ne dépassant pas 15 ° sont autorisées.

3,46. Pour passer à travers les structures enveloppantes, le conduit du film polymère doit comporter des inserts métalliques.

3,47. Les conduits d’air en film polymère doivent être suspendus à des anneaux d’acier en fil métallique d’un diamètre de 3-4 mm, espacés de 2 m au maximum.

Le diamètre des anneaux doit être 10% plus grand que le diamètre du conduit. Les anneaux en acier doivent être fixés avec un fil ou une plaque avec une découpe dans le câble porteur (fil) d'un diamètre de 4-5 mm, étirés le long de l'axe du conduit et fixés aux structures du bâtiment tous les 20 à 30 mètres.

Pour exclure les déplacements longitudinaux du conduit lors de son remplissage en air, le film de polymère doit être tendu jusqu'à disparition du mou entre les anneaux.

3,48. Les ventilateurs radiaux situés sur des bases vibrantes et sur une base rigide, installés sur des fondations, doivent être fixés à l'aide de boulons d'ancrage.

Lors de l'installation de ventilateurs sur des isolateurs de vibrations à ressort, ceux-ci doivent avoir un tirage uniforme. Les isolateurs de vibrations ne doivent pas nécessairement être fixés au sol.

3,49. Lors de l'installation de ventilateurs sur des structures métalliques, des isolateurs de vibrations doivent y être fixés. Les éléments des constructions métalliques auxquelles les isolateurs de vibrations sont fixés doivent coïncider en plan avec les éléments de châssis correspondants du ventilateur.

Lorsqu'il est installé sur une base rigide, le châssis du ventilateur doit être parfaitement ajusté contre les joints d'étanchéité insonorisants.

3,50. Les espaces entre le bord du disque avant de la roue et le bord de l'entrée du ventilateur radial, tant axialement que radialement, ne doivent pas dépasser 1% du diamètre de la roue.

Les arbres des ventilateurs radiaux doivent être installés horizontalement (les arbres des ventilateurs de toit doivent être installés verticalement) et les parois verticales des carters des ventilateurs centrifuges ne doivent pas être inclinées ou inclinées.

Les joints des boîtiers de ventilateurs composites doivent être fabriqués dans le même matériau que les joints des conduits de ce système.

3. 5 1. Les moteurs électriques doivent être alignés avec précision sur les ventilateurs installés et fixés. Les essieux des poulies des moteurs électriques et des ventilateurs d'une transmission à courroie doivent être parallèles et les lignes médianes des poulies doivent coïncider.

Les traîneaux à moteur doivent être parallèles et de niveau. La surface de support du traîneau doit être en contact sur tout le plan avec la fondation.

Les accouplements et les courroies doivent être blindés.

3.52. L'orifice d'aspiration du ventilateur, qui n'est pas raccordé au conduit, doit être protégé par une grille en métal dont la taille de la cellule ne dépasse pas 70 × 70 mm.

3.53. Le matériau filtrant du filtre en tissu doit être étanche, sans affaissement ni froissement, et s’ajuster parfaitement aux parois latérales. S'il y a une pile sur le matériau filtrant, celui-ci doit être situé du côté de l'entrée d'air.

3.54. Les climatiseurs doivent être montés sur des joints d'étanchéité en amiante. Les autres blocs, chambres et unités de climatiseurs doivent être assemblés sur des joints d'étanchéité en caoutchouc d'une épaisseur de 3 à 4 mm fournis avec l'équipement.

3.55. Les climatiseurs doivent être installés horizontalement. Les murs des chambres et des blocs ne doivent pas être bosselés, déformés ni inclinés.

Les pales de la vanne doivent pouvoir tourner librement (à la main). Lorsque la position "Fermé" doit être assurée, les lames doivent être bien ajustées aux butées et entre elles.

Les supports des unités caméra et des unités de climatisation doivent être installés verticalement.

3.56. Les conduits d’air flexibles doivent être utilisés conformément au projet (ébauche) comme éléments de raccord de forme géométrique complexe, ainsi que pour le raccordement à des équipements de ventilation, distributeurs d’air, silencieux et autres équipements situés dans des plafonds à balles.

4. ESSAI DES SYSTÈMES TECHNIQUES SANITAIRES INTERNES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AU CONTRÔLE DE L'ALIMENTATION EN EAU FROIDE ET CHAUDE, DU CHAUFFAGE, DU CHAUFFAGE, DU DRAINAGE, DES ÉQUIPEMENTS ET DES SYSTÈMES D'EAU

4.1. Une fois les travaux d'installation terminés, les organisations d'installation doivent effectuer:

test des systèmes de chauffage, de distribution de chaleur, de distribution d'eau chaude et d'eau froide domestiques et des chaudières utilisant des méthodes hydrostatiques ou manométriques avec rédaction d'un acte conforme à l'annexe 3, ainsi que le rinçage des systèmes conformément aux exigences de la clause 3.10 du présent règlement;

essais des réseaux d'égouts internes et des drains avec la préparation de l'acte conformément à l'annexe 4 obligatoire;

essais individuels de l'équipement monté avec la préparation de l'acte conformément à l'annexe 1 obligatoire;

test thermique des systèmes de chauffage pour un chauffage uniforme des appareils de chauffage.

Les essais de systèmes utilisant des pipelines en plastique doivent être effectués conformément aux exigences de la norme СН 478-80.

Les tests doivent être effectués avant le début des travaux de finition.

Les manomètres utilisés pour les tests doivent être vérifiés conformément à GOST 8.002-71.

4.2. En cas de test individuel de l'équipement, les travaux suivants doivent être effectués:

vérification de la conformité de l'équipement installé et du travail effectué avec la documentation de travail et les exigences de ces règles;

tester l'équipement au ralenti et sous charge pendant 4 heures de fonctionnement continu. Il vérifie l’équilibrage des roues et des rotors lors de la collecte des pompes et des aspirateurs de fumée, la qualité de la boîte à garniture, l’état des dispositifs de démarrage, le degré de chauffage du moteur électrique ainsi que les exigences en matière d’assemblage et de montage des équipements spécifiées dans la documentation technique du fabricant.

4.3. L'essai par la méthode hydrostatique des systèmes de chauffage, de l'alimentation en chaleur, des chaudières et des chauffe-eau doit être effectué à une température positive dans les locaux du bâtiment, ainsi que des systèmes d'alimentation en eau froide et chaude, d'égouts et de drainage à une température non inférieure à 278 K (5 ° C). La température de l'eau ne devrait pas non plus être inférieure à 278 K (5 ° C).

SYSTEME D'ALIMENTATION EN EAU FROIDE ET CHAUDE INTERNE

4.4. Les systèmes d'alimentation en eau froide et chaude domestique doivent être testés par méthode hydrostatique ou manométrique, conformément aux exigences des normes GOST 24054-80, GOST 25136-82 et aux présentes règles.

La valeur de la pression d'essai dans la méthode d'essai hydrostatique doit être égale à 1,5 sur la pression de travail.

Des tests hydrostatiques et manométriques des systèmes d'eau froide et chaude doivent être effectués avant l'installation des raccords d'eau.

Les systèmes sont considérés comme ayant réussi les tests si, dans les 10 minutes qui ont suivi la pression de test avec une méthode de test hydrostatique, aucune chute de pression supérieure à 0,05 MPa (0,5 kgf / cm 2) et des chutes de soudures, de tuyaux, de raccords filetés, de raccords et de fuites n'ont été constatés. l'eau à travers les dispositifs de chasse d'eau.

À la fin des tests par la méthode hydrostatique, il est nécessaire de libérer de l’eau des systèmes d’approvisionnement en eau froide et chaude domestique.

On reconnaît que le système réussit l’essai si, s’il est sous la pression d’essai, la chute de pression ne dépasse pas 0,01 MPa (0,1 kgf / cm 2).

CHAUFFAGE ET SYSTEMES DE CHAUFFAGE

4.6. L'essai des systèmes de chauffage d'eau et de chauffage doit être effectué avec les chaudières et les vases d'expansion éteints selon la méthode hydrostatique avec une pression égale à 1,5 pression de service mais non inférieure à 0,2 MPa (2 kgf / cm 2) au point le plus bas du système.

Il est reconnu que le système réussit le test si, dans les 5 minutes qui suivent, la chute de pression n’excède pas 0,02 MPa (0,2 kgf / cm) et si les soudures, les tuyaux, les raccords filetés, les raccords, les appareils de chauffage et les équipements ne présentent aucune fuite.

La valeur de la pression d’essai dans la méthode d’essai hydrostatique pour les systèmes de chauffage et de chauffage raccordés au centre de chauffage pour m ne doit pas dépasser la limite de pression d’essai pour les appareils de chauffage installés dans le système et les équipements de chauffage et de ventilation.

4.7. Les essais de jauge des systèmes de chauffage et des systèmes de chauffage doivent être effectués dans l'ordre indiqué au paragraphe 4.5.

4.8 Les systèmes de chauffage par panneaux doivent être testés, en règle générale, par la méthode hydrostatique.

Le test de jauge peut être effectué à une température extérieure négative.

L’essai hydrostatique des systèmes de chauffage par panneaux doit être effectué (avant l’installation des fenêtres d’installation) avec une pression de 1 MPa (10kgs / cm 2) pendant 15 minutes, tandis que la pression chute et ne dépasse pas 0,01 MPa (0,1 kgf / cm). 2)

Pour les systèmes de chauffage par panneaux combinés avec des appareils de chauffage, la pression d’essai ne doit pas dépasser la limite de pression d’essai pour les appareils de chauffage installés dans le système.

La valeur de la pression d’essai des systèmes de chauffage par panneaux, des systèmes de chauffage à la vapeur et de l’alimentation en chaleur pour les essais manométriques doit être de 0,1 MPa (1 kgf / cm 2). La durée du test est de 5 minutes. La chute de pression ne doit pas dépasser 0,01 MPa (0,1 kgf / cm 2).

4.9 Les systèmes de chauffage à la vapeur et les systèmes de chauffage avec une pression de travail pouvant atteindre 0,07 MPa (0,7 kgf / cm 2) doivent être testés en utilisant la méthode hydrostatique avec une pression de 0,25 MPa (2,5 kgf / cm 2) au point le plus bas du système; systèmes avec une pression de travail supérieure à 0,07 MPa (0,7 kgf / cm 2) - pression hydrostatique égale à la pression de travail plus 0,1 MPa (1 kgf / cm 2), sans être inférieure à 0,3 MPa (3 kgf / cm) 2) en haut du système.

Le système est reconnu comme ayant réussi la pression d’essai si, dans les 5 minutes qui suivent, la chute de pression n’excède pas 0,02 MPa (0,2 kgf / cm 2) et que les soudures, les tuyaux, les raccords filetés, les raccords ne présentent aucune fuite. appareils de chauffage.

Les systèmes de chauffage à la vapeur et d’alimentation en chaleur après les essais hydrostatiques ou manométriques doivent être vérifiés par démarrage à la vapeur avec la pression de fonctionnement du système. Aucune fuite de vapeur n'est autorisée.

4.10. Les essais thermiques des systèmes de chauffage et des systèmes de chauffage avec une température extérieure positive doivent être effectués à une température de l'eau dans les lignes d'alimentation des systèmes d'au moins 333 K (60 ° C). Dans le même temps, tous les appareils de chauffage doivent être chauffés uniformément.

En l'absence de sources de chaleur pendant la saison chaude, un test de chaleur des systèmes de chauffage doit être effectué en le connectant à la source de chaleur.

Les essais thermiques des systèmes de chauffage à des températures ambiantes négatives doivent être effectués à la température du liquide de refroidissement dans le tuyau d’alimentation correspondant à la température extérieure au cours de l’essai, conformément au programme de température de chauffage, sans toutefois être inférieure à 323 K (50 ° С) et avec la pression de circulation en cours. système selon la documentation de travail.

Les essais thermiques des systèmes de chauffage doivent être effectués dans les 7 heures, tout en vérifiant l'uniformité du chauffage des appareils de chauffage (au toucher).

CHAUDIERES

4.11. Les chaudières doivent être testées selon la méthode hydrostatique avant le carrelage et les chauffe-eau doivent être appliqués avant l'application de l'isolation thermique. Pendant ces tests, la tuyauterie dans les odes de chauffage et d’eau chaude doit être fermée.

À la fin des essais hydrostatiques, il est nécessaire de vider l'eau des chaudières et des chauffe-eau.

Les chaudières et les chauffe-eau doivent être testés avec une pression hydrostatique ainsi que des vannes installées sur celles-ci.

Avant de procéder à l’essai hydrostatique de la chaudière, les couvercles et les regards doivent être bien fermés, les soupapes de sûreté sont calées et un bouchon doit être placé sur la chaudière près de la chaudière à vapeur jusqu’à la bride du dispositif de décharge ou du by-pass.

La pression d’essai des essais hydrostatiques des chaudières et des chauffe-eau est acceptée conformément aux normes ou aux conditions techniques applicables à cet équipement.

La pression d’essai est maintenue pendant 5 minutes, puis diminue à la valeur de la pression de service maximale maintenue pendant toute la durée nécessaire à l’inspection de la chaudière ou du chauffe-eau.

Les chaudières et les chauffe-eau sont reconnus pour réussir l'essai hydrostatique si:

pendant la période où ils étaient sous pression d'essai, aucune chute de pression n'a été observée;

Il n'y a aucun signe de rupture, de fuite ou de transpiration à la surface.

4.12. Les oléoducs doivent être testés avec une pression hydrostatique de 0,5 MPa (5 kgf / cm 2). Le système est réputé avoir réussi le test si, dans les 5 minutes qui suivent la pression de test, la chute de pression n’est même pas supérieure à 0,02 MPa (0,2 kgf / cm 2).

DRAINAGE DOMESTIQUE ET DRAINS D'EAU

4.13. Les systèmes d'égouts domestiques doivent être testés en déversant de l'eau en ouvrant simultanément 75% des appareils sanitaires raccordés à la zone testée pendant le temps requis pour l'inspection.

Le système qui a réussi le test est pris en compte si, lors de son inspection, aucune fuite à travers les parois des canalisations et les joints n’a été détectée.

L'essai des conduites de branchement d'eaux usées mises en place dans les canaux souterrains ou souterrains doit être effectué avant leur fermeture avec de l'eau jusqu'au niveau du rez-de-chaussée.

4.14. Les essais sur les parties des systèmes d'égouts dissimulées lors de travaux ultérieurs doivent être effectués en déversant de l'eau avant de les fermer et en établissant un acte dans des travaux cachés, conformément aux exigences de l'annexe 6 du SNiP 3.01.01-85.

4.15. Les essais des drains internes doivent être effectués en les remplissant d'eau jusqu'au niveau du tuyau de drainage le plus élevé. La durée de l’essai devrait être d’au moins 10 minutes.

Les drains sont considérés comme ayant réussi le test si aucune fuite n'a été détectée lors de l'inspection et si le niveau d'eau dans les colonnes montantes n'a pas chuté.

VENTILATION ET CLIMATISATION

4.16. L'étape finale de l'installation des systèmes de ventilation et de climatisation consiste en des tests individuels.

Au début des tests individuels des systèmes, les travaux de construction et de finition des chambres de ventilation et des puits doivent être achevés, de même que l'installation et les tests individuels des supports (alimentation, alimentation en chaleur et en froid, etc.). En l'absence d'alimentation électrique permanente des systèmes de ventilation et de climatisation, la sous-traitance temporaire de l'électricité et le test des dispositifs de démarrage sont effectués par l'entreprise générale.

4.17. Lors des tests individuels, les organisations d'installation et de construction doivent effectuer les tâches suivantes:

vérifier la conformité des performances réelles des systèmes de ventilation et de climatisation avec le projet (avant-projet) et avec les exigences de cette section;

vérifier l'étanchéité des zones d'air au niveau de la succursale, masquées par les structures du bâtiment, par la méthode des tests aérodynamiques selon la norme GOST 12.3.018-79, sur la base des résultats de l'essai d'étanchéité, établir un certificat d'inspection des travaux dissimulés sous la forme de l'annexe obligatoire du SNiP 3.01.01-85;

pour tester (rouler) le matériel de ventilation au ralenti muni d'un entraînement, de vannes et de registres, conformément aux exigences précisées dans les spécifications des fabricants.

La durée du rodage est acceptée en fonction des conditions techniques ou du passeport de l'équipement testé. Selon les résultats des essais (rodage) des équipements de ventilation, un acte est établi sous la forme de l’annexe 1 obligatoire.

4.18. Lorsque vous ajustez les systèmes de ventilation et de climatisation aux paramètres de conception conformément aux exigences de GOST 12.4.021-75, vous devez:

test des ventilateurs lorsqu'ils fonctionnent dans le réseau (détermination de la conformité des caractéristiques réelles avec les données du passeport: alimentation en air et en pression, vitesse de rotation, etc.);

vérifier l'uniformité des échangeurs de chaleur (refroidissement) et vérifier l'absence d'élimination d'humidité à travers les bacs d'égouttement des chambres d'irrigation;

essais et ajustement des systèmes pour obtenir des indicateurs de conception du débit d'air dans les conduits, de l'aspiration locale, de la ventilation dans les locaux et de la répartition dans les systèmes d'aspiration ou de perte d'air, la valeur autorisée étant les fuites dans les conduits d'air et d'autres éléments les systèmes ne doivent pas dépasser les valeurs nominales conformément au SNiP 2.04.05-85;

vérifier l'effet des dispositifs d'échappement de ventilation naturelle.

Pour chaque système de ventilation et de climatisation, un passeport est délivré en double exemplaire sous la forme de l'annexe 2 obligatoire.

4.19. Les écarts entre les indicateurs de consommation d'air et ceux fournis par le projet après ajustement et test des systèmes de ventilation et de climatisation sont autorisés:

± 10% - en fonction du débit d'air traversant les dispositifs de distribution et d'admission d'air des unités générales de ventilation et de conditionnement d'air à échange central, à condition que la pression requise (dépression) de l'air dans la pièce soit assurée;

+10% - en fonction de la consommation d'alcool éliminée par aspiration locale et fournie par les tuyaux de douche.

4.20. Dans les tests intégrés des systèmes de ventilation et de climatisation, la mise en service et la mise en service incluent:

tester simultanément les systèmes d'exploitation;

tester les performances des systèmes de ventilation, de la climatisation et de l'alimentation en chaleur et en froid dans les modes de fonctionnement de conception avec la définition de la conformité aux paramètres réels du projet;

identifier les raisons pour lesquelles les modes de conception des systèmes ne sont pas fournis et prendre des mesures pour les éliminer;

test des dispositifs de protection, des verrouillages, des alarmes et à proximité de la carte d'équipement;

Mesure des niveaux de pression acoustique aux points de conception.

Les tests complets des systèmes sont effectués conformément au programme et au calendrier développés par le client ou, en son nom, par l’organisation de montage et convenus avec l’entrepreneur général et l’organisation d’installation.

La procédure de test complet des systèmes et d'élimination des défauts identifiés doit être conforme à SNiP III -3 - 81.

ANNEXE 1
Requis

ACT
EQUIPEMENT D'ESSAI INDIVIDUEL
(FORMULAIRE)

exécuté en ___________________________________________________________

(nom de l'objet de construction, bâtiment, atelier)

d. ____________________________ "____" ___________________ 198

Commission composée de représentants:

position, initiales, nom de famille)

entrepreneur général ___________________________________________________

position, initiales, nom de famille)

organisation de l'assemblée ____________________________________________________

position, initiales, nom de famille)

ont rédigé cet acte sur les points suivants:

[(ventilateurs, pompes, raccords, filtres autonettoyants à entraînement électrique,

vannes de régulation pour systèmes de ventilation (climatisation)

(les numéros de système sont indiqués)]

passé le run-in dans _________________ selon les spécifications, le passeport.

1. Du fait du rodage de l'équipement spécifié, il a été établi que les exigences relatives à son assemblage et à son installation, données dans la documentation du fabricant, avaient été respectées et qu'aucun dysfonctionnement n'avait été constaté dans son travail.

Représentant clientèle ___________________________________

ANNEXE 2
Requis

PASSEPORT
SYSTÈME DE VENTILATION
(CLIMATISATION)
(FORMULAIRE)

Zone (atelier) ________________________________________________________________________________

A. Informations générales

1. Objet du système _____________________________________________________

2. Emplacement de l'équipement système ____________________________________

B. Principales caractéristiques techniques de l'équipement du système