Exploitation du réseau d'alimentation en eau

Le réseau d'approvisionnement en eau est un ensemble de canalisations à travers lesquelles l'eau est acheminée vers les consommateurs. Le réseau d’alimentation en eau a pour objectif principal d’alimenter les consommateurs avec la quantité d’eau requise, de bonne qualité et avec la pression nécessaire. Habituellement, le système d'approvisionnement en eau, ainsi que celui destiné aux besoins domestiques, fournit également des services d'extinction des incendies. Conception d’un réseau d’approvisionnement en eau tenant compte des travaux communs des stations de pompage, du château d’eau et d’autres éléments du système d’alimentation en eau.

Traquer le réseau d’approvisionnement en eau, c’est lui donner un certain contour géométrique. Cela dépend de: la configuration de la colonie, l'emplacement des rues, des quartiers, des bâtiments publics et industriels, l'emplacement de la source d'approvisionnement en eau et de nombreux autres facteurs.

Selon les grandes lignes du plan, il existe deux principaux types de réseaux: les réseaux sans fin et les réseaux en anneau.

Pour assurer un fonctionnement fiable et ininterrompu des systèmes d'alimentation en eau avec des indicateurs sanitaires, techniques et économiques optimaux, une coordination claire du travail de tous leurs éléments constitutifs est nécessaire. Pour ce faire, utilisez un seul système de gestion centralisée - la répartition.

Le dispatching est la centralisation (concentration) de la gestion opérationnelle et du contrôle entre les mains d'une seule personne - le dispatcheur - afin de coordonner le travail des unités individuelles qui constituent le complexe de production total de réseaux et d'installations.

Toutes les installations d’alimentation en eau en agriculture disposent d’un contrôle d’expédition non automatisé - à partir de la tour de contrôle, qui est située, en règle générale, au niveau de l’aiguillage. L’automatisation partielle du contrôle de répartition du système est possible.

Le service de répartition se déroule en une étape et gère de manière opérationnelle le travail de toutes les structures et unités, ainsi que du réseau de distribution.

Sur le plan administratif et technique, le répartiteur se rapporte au responsable de l’alimentation en eau.

- assurer le travail coordonné de toutes les unités et structures;

- établissement d'horaires de travail pour des unités et des structures individuelles;

- analyse des accidents, participation à l’élaboration de modes et mesures visant à améliorer la fiabilité de l’ensemble du système et de ses différents nœuds;

- établissement de rapports techniques sur le fonctionnement des équipements.

La compétence du répartiteur comprend la résolution rapide des problèmes et des actions visant à assurer la fiabilité, le fonctionnement ininterrompu et la rentabilité des installations individuelles ou de l’ensemble du système, ce qui nécessite une coordination par le répartiteur.

Le répartiteur a le droit de modifier rapidement la planification de l'équipement et des installations lorsque les conditions du système ou de ses nœuds individuels changent.

Le service de répartition comprend un groupe de travail composé d'un contrôleur de quart, d'un groupe de réparation d'urgence, d'un laboratoire de contrôle et de télécommunications.

Le service de répartition fournit et ajuste les paramètres pré-conçus

- le calendrier de fonctionnement de l'équipement principal, en tenant compte de la nécessité d'assurer le maximum quotidien d'approvisionnement en eau;

- calculs des réserves d'eau dans les réservoirs;

- envoi de la réserve horaire journalière de l’ensemble du système d’approvisionnement en eau.

Le répartiteur doit avoir des indications sur les principaux paramètres de l'objet: pression, niveaux d'eau dans les structures qui accumulent de l'eau, coûts et niveaux d'eau dans la source d'eau.

Aucun élément d’équipement géré par un répartiteur ne peut être retiré du travail ou de la réserve sans son autorisation, sauf s’il existe un danger évident pour les personnes ou l’équipement. Le répartiteur doit donner tous les ordres à son personnel d'exploitation qui lui est directement subordonné.

Gardenweb

Exploitation du réseau d'alimentation en eau

L’exploitation des réseaux d’approvisionnement en eau des villes modernes et des entreprises industrielles consiste à résoudre tout un ensemble de tâches très diverses. Les principaux sont les suivants: assurer un approvisionnement continu en eau aux consommateurs au moyen des indicateurs quantitatifs et qualitatifs requis; maintien du réseau d'approvisionnement en eau en bon état; assurer un fonctionnement efficace et économique des réseaux d'approvisionnement en eau; maintien des réseaux d'approvisionnement en eau dans de bonnes conditions sanitaires.

Tous les travaux de maintenance effectués sur le réseau d'approvisionnement en eau peuvent être divisés en deux groupes: par contenu et réparation du réseau.

Les travaux d'entretien du réseau d'approvisionnement en eau comprennent: un suivi systématique de l'état technique des canalisations d'eau, des réseaux principaux et des entrées de la maison; entretien préventif mineur; surveiller le mode de fonctionnement hydrodynamique des réseaux; maintien des installations du réseau dans de bonnes conditions sanitaires; protection des réseaux contre le gel; maintenance des installations de protection des réseaux contre la corrosion électrochimique et les courants vagabonds.

La surveillance systématique de l’état technique des installations et des équipements du réseau consiste à contourner le réseau, à inspecter les vannes d’arrêt et de contrôle dans les puits, à inspecter les siphons, à raccorder les chemins de fer, à alimenter les entrées des logements, etc. vannes d’arrêt et de commande, remplacement des boulons individuels des raccords à bride et de leur serrage, dégagement des douilles individuelles, des pistons plongeurs, etc.

L’observation du mode hydrodynamique du réseau d’approvisionnement en eau consiste à vérifier les valeurs de libre écoulement dans les points d’essai. Selon les mesures de pression, une carte de pression piézométrique est établie aux points de dictée sur la base de laquelle les modes de fonctionnement effectifs des stations de pompage et des unités individuelles sont sélectionnés.

Sur les canalisations principales, afin de vérifier le degré de fermeture des vannes et des fermetures, des manomètres relâchent la pression avant et après la vanne pendant le mouvement de l'eau. À cette fin, les raccords avec robinets sont soudés des deux côtés avant et après chaque vanne ou vanne papillon de la canalisation. Selon l'enquête, des graphiques piézométriques de lignes de flottaison sont réalisés.

Pour déterminer les débits et les débits d'eau dans les sections contrôlées du réseau d'alimentation en eau, ils équiperont les points correspondants. Sélectionnez une section droite de la conduite d’une longueur d’au moins 70 diamètres du conduit, sur laquelle est soudé un tuyau de dérivation avec une bride de 50 mm de diamètre, équipé d’un robinet ou d’un robinet à boisseau.

Le trou dans la conduite doit avoir au moins 25 mm. La vitesse de déplacement de l'eau dans la canalisation est mesurée par un tube de pression cylindrique VODGEO. Selon le tableau de F. A. Shevelev, le débit est déterminé et les charges du réseau sont tracées en fonction des vitesses mesurées à des points contrôlés.

Le maintien des installations du réseau dans de bonnes conditions sanitaires consiste à nettoyer périodiquement les canalisations de tout encrassement par les produits de corrosion, des dépôts de sel, la précipitation des impuretés mécaniques contenues dans l’eau, à laver les réseaux d’eau propre et à les désinfecter.

La protection des installations du réseau contre le gel est réalisée à l’avance en vue de l’exploitation des réseaux d’approvisionnement en eau en automne-hiver.

La pratique consistant à exploiter des réseaux d'approvisionnement en eau à Kiev et dans d'autres villes d'Ukraine montre que la plus grande partie de l'eau potable des réseaux externes est perdue à cause d'accidents et de fuites cachées.

Les fuites d’eau cachées sur les lignes sans ouverture préalable du sol sont déterminées par l’indicateur d’endommagement des canalisations posées à une profondeur de 3 m, avec une pression de fluide de travail d’au moins 0,3 MPa, une température jusqu’à 150 ° C, sous pression (IPTD). Le fonctionnement de l'appareil est basé sur le principe d'indication de bruit d'émission sur la surface de la piste.

À mesure que la profondeur du joint diminue, les limites inférieures de pression et de fuite diminuent.

Sur le plan structurel, l’indicateur est un dispositif constitué d’une unité d’affichage et de capteurs acoustiques et acoustiques de contact, chacun étant fabriqué dans un emballage séparé.

L'introduction du détecteur de bruit électronique Т acousticА-2 permet de détecter avec une grande précision les fuites cachées sur l'aqueduc avant le début des travaux d'excavation, ce qui permet un gain de temps supplémentaire et une diminution du volume de terrassement lorsque les points de dommage sur les réseaux d'alimentation en eau sont éliminés.

Le système français DF-02, qui détecte les fuites d’eau cachées dans les canalisations avec une précision jusqu’à 20 cm, fonctionne avec succès à PUUHKH Kiev, sur la base de la méthode de corrélation acoustique. L'équipement comprend des unités de traitement (corrélateur), des excrétions et des observations visuelles; casque; tube de mesure avec capteurs et amplificateur.

La technique de détection de fuite est la suivante. Le bruit caractéristique des fuites d’eau de la canalisation, Fig. 30, sous pression, est perçu par deux capteurs piézoélectriques installés dans des puits d’eau, situés de part et d’autre du segment du conduit sur lequel est supposé des dommages. Le signal audio converti en un signal électrique est amplifié aux paramètres requis par des amplificateurs et est transmis via des câbles à l'unité centrale du corrélateur. Pour supprimer le filtre de bruit parasite est disponible. Dans l'unité centrale, la durée du bruit de fuite sur chacun des capteurs est mesurée, la différence entre ces paramètres est déterminée et la distance au site de dommage est automatiquement calculée.

L'unité centrale dispose d'un écran, d'un oscilloscope, conçu pour l'observation visuelle de la forme (amplitude) de chaque signal dans le temps.

Le système DF-02 est monté dans l’habitacle de l’UAZ-452 par des spécialistes de PUUHKH et permet de détecter les dommages sur la tuyauterie d’une longueur maximale de 800 m et l’emplacement exact de la fuite avec une longueur de conduite inférieure à 400 m.

Pour déterminer la fiabilité du réseau d'alimentation en eau, il est nécessaire d'obtenir des informations sur l'épaisseur des parois des canalisations et leur état de corrosion. Le jauge d'épaisseur à ultrasons portable «Quartz-15» est utilisée depuis plusieurs années à des fins de diagnostic et de vérification instrumentale de l'état des canalisations des réseaux de distribution d'eau de Kiev. L'appareil mesure l'épaisseur de paroi des conduites exposées à la corrosion et aux effets de sols agressifs, jusqu'à 500 m du réseau d'alimentation en eau par an.

Pour effectuer des travaux d'exploration sur le réseau afin de déterminer les zones de cathode et d'anode, ainsi que le degré de protection des canalisations principales contre la corrosion, utilisez l'instrument universel de mesure de la corrosion UKIP-73.

Selon les données des mesures potentielles, les décisions sont prises sur la nécessité et la méthode de protection des réseaux d’approvisionnement en eau en acier. Elles dressent une carte du potentiel du réseau de la ville, ce qui permet de prendre des mesures rapides pour protéger les conduits de la corrosion et prolonger leur durée de vie.

Sur la base de nombreuses analyses, il a été constaté que des dommages fréquents aux réseaux câblés à l'eau se produisaient sur les lignes au niveau des joints en raison d'une soudure de mauvaise qualité.

Il a été décidé de vérifier la qualité des joints des lignes d'eau en acier sur les lignes en construction avec le détecteur de défauts DUK-66 PM. L'inspection opportune et de haute qualité des joints soudés a permis d'éviter les rafales sur les conduites d'alimentation en eau de la ville et d'éviter les fuites d'eau potable. Les calculs effectués dans PUVKH montrent que, seul à Kiev, le contrôle de la qualité des joints soudés sur tous les réseaux en tubes d'acier permet d'économiser de l'eau potable, des ressources matérielles, techniques et de main-d'œuvre d'au moins 100 000 roubles. par an

Pour maintenir la qualité de l'eau potable conformément aux documents réglementaires, les conduites du réseau d'alimentation en eau doivent être nettoyées périodiquement de toute encrassement. En raison de l’encrassement des surfaces internes des tuyaux métalliques, leur débit est considérablement réduit. Par conséquent, pour fournir le débit d’eau requis, le consommateur doit augmenter la pression dans le réseau, ce qui entraîne un gaspillage d’électricité et, par conséquent, une augmentation des coûts d’exploitation.

Ainsi, le problème de la lutte contre l’encrassement et de la restauration de la surface intérieure des pipelines en métal a acquis une importance économique nationale. Il existe de nombreux dispositifs pour nettoyer les canalisations des produits d’encrassement. Ils se divisent en trois groupes principaux: les appareils en mouvement en raison de la perte de charge en eau (racleurs avec outils de nettoyage fixes et rotatifs, unités hydrauliques, pistons de nettoyage); véhicules en mouvement en raison de la chute de pression atmosphérique; les appareils déplacés ou tenus par un câble.

Certains des appareils de nettoyage des conduites énumérés dans la classification n’ont pas encore quitté le stade des expériences en laboratoire.

Un développement intensif de la technologie la plus efficace et un équipement rapide pour nettoyer les canalisations de l’encrassement ont été réalisés. Sur la base des expériences, une méthode hydromécanique de nettoyage des tuyaux avec un dispositif a été proposée, qui, se déplaçant le long d’un pipeline dans un courant d’eau, supprime l’encrassement. Le dispositif a été testé dans plusieurs organisations du ministère des ressources en eau de l'URSS.

Une documentation a été mise au point pour la fabrication de dispositifs de nettoyage hydro-mécanique de tuyaux d’un diamètre de 200 à 1 400 mm.

Le dispositif de nettoyage des conduites comprend des mécanismes de nettoyage et des mécanismes moteurs. Les couteaux du mécanisme de nettoyage sont composés de 8... 16 pcs., Disposés autour du périmètre selon un motif en damier.

Le moteur est composé de deux pistons et d’une série d’éléments élastiques. Dans le flux d'eau, l'appareil se déplace sans câble de traction et nettoie une section de canalisation de 2... 10 km en un cycle de travail.

Un schéma du fonctionnement du dispositif de nettoyage est présenté à la Fig. 1

La vitesse de l'appareil peut être ajustée en modifiant le débit d'eau. Elle doit être comprise entre 0,5 et 1,2 m / s. De plus, pour éliminer rapidement l'encrassement qui est coupé avec le courant d'eau, la vitesse de déplacement du dispositif de nettoyage de tuyau est choisie moins que le débit d'eau.

Ceci est obtenu par un écoulement d'eau dans l'appareil compris entre 20 et 40% de la consommation totale.

Selon les données, à l'usine expérimentale de l'équipement municipal AKH eux. KD Pamfilova a commencé la production en série de dispositifs de nettoyage hydro-mécanique de canalisations d'un diamètre de 500 mm. L’utilisation d’un piston en mousse cylindrique a donné de bons résultats dans les réseaux d’approvisionnement en eau de nettoyage.

Pour utiliser le piston ont été équipés de points d'entrée et de sortie. Le piston a traversé la canalisation sous la pression de l'eau. Des tuyaux d’un diamètre allant jusqu’à 200 mm, il a sauté lui-même dans le dossier des stocks et a été retiré des conduites d’eau de grand diamètre après avoir enlevé le serpentin du pipeline.

L'utilisation d'un piston en mousse pour nettoyer 48 km de réseaux d'approvisionnement en eau à Kiev a permis d'économiser 28 000 m3 d'eau, qui étaient auparavant utilisés pour le rinçage eau-air.

Pour rétablir la capacité des conduits en utilisant un choc hydraulique, des dispositifs à décharge électrique. En tant que générateur de choc hydraulique, on peut utiliser un papillon des gaz d’un diamètre de 100 mm dont l’amortisseur tourne librement dans le boîtier à l’aide d’un moteur à courant continu à vitesse de rotation réglable. Cela génère des ondes de choc. L'effet de nettoyage est assez élevé.

Les dispositifs de nettoyage des tuyaux à décharge électrique contiennent des électrodes attachées à une source de courant haute tension. L'application de haute tension aux électrodes par impulsions provoque un choc électrohydraulique, accompagné d'une forte augmentation de la pression dans la zone de l'arc électrique et se propageant dans le pipeline à la vitesse de l'onde de choc. Le dispositif de décharge électrique peut se déplacer le long du câble et indépendamment. Les dépôts sur la paroi interne de la canalisation provenant de l'impact électrohydraulique, puis de petites parties, en sont séparés, ce qui réduit considérablement la rugosité de la canalisation.

Après avoir nettoyé l’encrassement, les conduites d’eau sont soumises à un traitement sanitaire - désinfection et lavage à l’eau propre à grande vitesse.

Une installation mobile pour la désinfection des réseaux d’alimentation en eau, montée à l’arrière d’une voiture GAZ-52, a été développée. Il fonctionne sur le principe de la chloration volumétrique des réseaux d’approvisionnement en eau, basé sur le déplacement de l’eau de la section déconnectée du pipeline et son remplacement par de l’eau chlorée. Lorsque l'installation est en fonctionnement, l'eau du réseau de distribution d'eau de la ville est acheminée vers le chlorinateur LC-Yu, où le chlore gazeux évaporé s'écoule du cylindre intermédiaire (évaporateur). Depuis le chlorinateur, l'eau de chlore pénètre par gravité dans un réservoir d'une capacité de 0,25 m3, qui joue le rôle de réservoir tampon, puis une pompe résistant aux acides est pompée dans un pipeline chloré. La dose de chlore est régulée par un microfan sur un chlorinateur.

Les réseaux d'approvisionnement en eau sont chlorés à l'aide de la technologie suivante. La zone à traiter, déconnectez-vous des vannes du réseau. Un raccord avec une vanne d'un diamètre de 20 mm est soudé sur la canalisation pour installer le manomètre. Avant de commencer les travaux sur la section déconnectée du réseau d'alimentation en eau, toutes les bouches d'incendie intermédiaires sont ouvertes pour réinitialiser la pression statique existante dans la canalisation à zéro. L'installation est connectée à la section réseau à désinfecter. L'eau provenant de la bouche d'incendie PG-1 et alimentée par un tuyau d'incendie en bâche d'un diamètre de 50 mm est acheminée vers le chlorinateur.

La pression de l'eau à l'entrée du chlorinateur ne doit pas dépasser 0,5 MPa. Pour contrôler et réguler la vanne de réglage de pression et le manomètre. L'eau de chlore traversant des tuyaux ondulés sous une pression de 0,5 MPa est introduite dans le conduit d'eau via la buse. Pour que le processus de chloration se déroule plus rapidement, il est nécessaire d’ouvrir la vanne afin que la pression de l’eau sur le manomètre ne dépasse pas 0,15–0,2 MPa, c’est-à-dire que la différence de pression entre le chlore et l’eau accumulée ne dépasse pas 0,15–0,1 MPa.. Dans ce cas, des turbulences dans le flux de podpiraemya et de l’eau chlorée se forment dans la canalisation et l’eau pure, qui se trouve dans la canalisation, est déplacée par de l’eau chlorée par les sorties et les bouches d’incendie.

Les conduites d’eau d’un diamètre inférieur à 100 mm de longueur insignifiante sont traitées avec de l’eau au chlore avec une concentration en chlore de 75 à 100 mg / l, préparée sans dilution supplémentaire avec de l’eau pure. Le temps de traitement doit être considéré comme suffisant si, dans les échantillons d’eau recueillis, la concentration de chlore est comprise entre 75 et 100 mg / l au point opposé du site. Le temps de désinfection dépend de la longueur du site, de son diamètre et du dégagement de chlore gazeux à travers un cylindre intermédiaire.

La consommation de chlore en kg pour 1 km de la longueur de la conduite et le temps de contact de l'eau avec le chlore sont déterminés conformément au calendrier indiqué à la fig. 2, c.

Une fois les travaux préparatoires terminés (déconnexion de la zone chlorée, évacuation de la pression statique de celle-ci, connexion de l'eau pure au chlorinateur et des tuyaux d'eau chlorée au pipeline en cours de traitement), le moteur électrique est démarré. Ouvrez les vannes d'alimentation en eau propre du chlorateur et remplissez le réservoir tampon avec de l'eau jusqu'au milieu du verre doseur, après avoir ouvert la vanne sur le réservoir pour libérer l'air du système. La pression de l'eau à l'entrée du chlorinateur doit être inférieure à 0,1<р<0,5 МПа. Затем включают в работу насос и на чистой воде регулируют совместную работу хлоратора и насоса, стремясь, чтобы подача воды хлоратором соответствовала производительности насоса.

La technologie de chloration développée de l'unité mobile permet d'améliorer les conditions de travail, la sécurité et de réduire considérablement le temps nécessaire à la désinfection du réseau de distribution d'eau.

Pour la désinfection de petits objets (une vanne, un morceau de tuyau), un appareil tel qu'un pistolet de pulvérisation, disponible dans un électrolyseur mobile, est utilisé.

Exploitation des réseaux d'approvisionnement en eau

Il faut veiller à ce que le débit et la pression de l'eau dans le système d'approvisionnement en eau soient maintenus dans des limites acceptables, conformément au projet ou aux normes techniques.

La consommation d'eau par le système d'alimentation en eau interne est prise en compte selon les indications des compteurs d'eau. Il doit être conforme à la normative (quotidienne, annuelle).

Au moins une fois par mois, il est nécessaire de contrôler le fonctionnement des vannes d’entrée et des conduites, d’inspecter les robinets, les mélangeurs, les robinets à flotteur et les réservoirs de chasse, de vérifier et de lubrifier les raccords des réservoirs, des pompes et des moteurs électriques; veiller au bon état des équipements de lutte contre l'incendie. Dans chaque bâtiment d’une institution et d’une ferme, il est nécessaire de disposer d’un cahier de réparation dans lequel les personnes responsables du système d’alimentation en eau indiqueraient toutes les carences constatées et leur élimination.

Pour la réparation en temps voulu du réseau d'alimentation en eau et des équipements, tuyaux, vannes, raccords de différents diamètres, pièces de rechange pour robinetterie et mitigeurs, vannes à flotteur des réservoirs de rinçage, cuirs, caoutchouc, lin, huile de sichage, charbon, charbon de bois, ainsi que de nombreux outils pour raccords - travaux hydrauliques.

Les fuites du système d'alimentation en eau peuvent être de deux types: cachées, généralement imperceptibles par l'inspection de la surface, par le manque d'étanchéité des raccords de canalisation posés dans le sol, des canaux, des sillons muraux et d'autres endroits cachés, et visibles des installations sanitaires, des chasses d'eau, des robinets.

Les fuites d'eau sont dues à un mauvais fonctionnement des canalisations, des robinets, des appareils sanitaires et au mauvais fonctionnement d'éléments individuels du système d'approvisionnement en eau. Les fuites les plus importantes des systèmes d'alimentation en eau internes (jusqu'à 70% du total des fuites d'eau) se produisent lors du rinçage des réservoirs dans les installations sanitaires.

Les fuites d'eau peuvent être détectées au moyen d'un port de test installé à l'entrée avec une ouverture fermée par un robinet et en surveillant les lectures du compteur d'eau lorsque les robinets sont fermés. Les fuites sont détectées par le bruit généré par les infiltrations d'eau.

Les fuites visibles des robinets d'eau, des éviers, des lavabos, des baignoires, des douches, des équipements hydropathiques sont causées par l'usure des joints d'étanchéité sur les vannes ou par le retrait des garnitures de la boîte à garniture. Les joints usés sont remplacés et le joint est scellé en serrant l'écrou presse-étoupe ou en remplaçant le joint d'étanchéité.

Afin d'éviter d'endommager le système d'alimentation en eau en raison du gel des conduites lorsque le système de chauffage est arrêté et que la température dans les pièces chute à 3 °, il est nécessaire de drainer l'eau des conduites.

En cas de gel de sections individuelles de canalisations, celles-ci sont chauffées à l'eau chaude, à la vapeur ou au chalumeau.

Pour chauffer à la vapeur avec des bouilloires mobiles. Dans ce cas, on utilise des tuyaux d'un diamètre compris entre 13 et 19 mm pour les tuyaux d'un diamètre allant jusqu'à 50 mm, et pour des tuyaux d'un diamètre supérieur ou égal à 50 mm, des tuyaux d'un diamètre compris entre 30 et 50 mm.

Un chalumeau ne doit pas être utilisé dans des bâtiments en bois.

Le chauffage électrique est la méthode la plus efficace et la moins coûteuse pour le dégivrage le long des tronçons de conduite. Par exemple, un appareil de chauffage par induction électrique, à la fois électrique et sûr, est très pratique. Il est accroché directement sur le tuyau (diamètre jusqu'à 51 mm).

Les eaux usées internes sont conçues pour l'évacuation des eaux usées provenant de divers dispositifs installés dans le bâtiment et de l'eau atmosphérique provenant des toits des bâtiments jusqu'au réseau d'égouts externe.

Les types d’égouts suivants sont distingués: domestiques et fécaux (domestiques), pluie (tempête) et production.

Le système d'égout domestique est destiné à évacuer l'eau domestique des éviers et des lavoirs de l'unité de restauration et de ses dépendances, des éviers, des baignoires, des appareils et équipements, des piscines, des douches, des lavoirs, des bains et des eaux fécales des installations sanitaires.

Le système d'égout pluvial (gouttières, drains pluviaux) sert à drainer l'eau atmosphérique des toits des bâtiments à l'aide de tuyaux de drainage - voies navigables et systèmes de drainage internes.

Le système d'égout domestique comprend des appareils sanitaires et divers récepteurs d'eaux usées; le réseau d'égout, quant à lui, provient de lignes de dérivation (colonnes montantes et sorties).

Selon leur objectif spécifique, appareils sanitaires à usage général - sanitaires, à usage hygiénique - équipements de salles de bain, de douches et pour le ménage - éviers, éviers, prunes.

Un système d'égout approprié devrait garantir le bon fonctionnement des pipelines, des instruments et des équipements, ainsi que l'absence de fuite d'eau.

Le réseau d'égouts et les équipements sont inspectés au moins deux fois par mois et dans les plus brefs délais, ils éliminent les défauts détectés. Au moins une fois par an, le nettoyage préventif du réseau d’assainissement est effectué à l’aide d’une bille en caoutchouc dans une gaine en toile ou une collerette (brosse métallique cylindrique de diamètre égal au diamètre du tuyau) et au moins deux fois par an - nettoyage préventif des égouts internes.

Pour éviter le colmatage du réseau d'égout, les vannes d'eau sont périodiquement lavées à l'eau chaude et nettoyées. Les tuyaux d’échappement sont nettoyés à l’aide de chevrons ou de chevrons à travers les révisions inférieures des colonnes montantes ou à travers des trous d’homme, les conduites du réseau de triage. Les couvertures des puits sont nettoyées de la terre, des débris et de la neige tout le temps. L’emplacement des puits est indiqué par des panneaux spéciaux fixés aux murs du bâtiment, indiquant la distance qui les sépare du puits.

Pour les équipements d'ingénierie à l'intérieur du bâtiment, ainsi que pour les réseaux et structures externes, la durée de vie moyenne est définie:

conduites d'eau chaude et leur isolation dans les bâtiments des neuf groupes - 10 ans;

gazoducs pour alimentation en eau non galvanisée et assainissement dans les bâtiments des groupes I à VIII - 15 ans;

le même zinc dans les bâtiments des groupes I - VI - 30 ans;

la même fonte dans les bâtiments I - VI groupes - 40 ans;

robinets et robinets mélangeurs - 10 ans;

appareils en terre cuite - 15 ans;

réseaux de plomberie et d 'assainissement extérieurs - dans les bâtiments des groupes I - VI - 40 ans.

Les prises d’eau de tous types (puits d’infiltration, puits horizontaux, puits de forage et puits tubulaires, légendes) une fois la construction et les équipements terminés, ainsi que leurs pompes et masques à gaz isolants contre l’oxygène devraient être testées par des essais de pompage pour vérifier le fonctionnement de toutes les structures de prise d’eau, déterminer le mode optimal de prise d’eau et en établir le mode optimal. opération.

Lors de l'acceptation d'une structure, la commission de travail mesure la profondeur totale du puits, détermine les niveaux d'eau statiques et dynamiques, ainsi que la consommation d'eau spécifique ou la productivité de la structure. Vérifie l'emplacement du boîtier (marques de bas en haut), la verticalité des puits, le montage du groupe motopompe sur la bride inférieure de la plaque de base du puits, le caractère complet des appareils de levage à eau avec démarrage automatique, la qualité des fondations en béton de la plaque de base, la position de l'entraînement électrique dans les puits et sa fixation au tube de levage, installation correcte de la canalisation sous pression (dans la zone allant de la structure de prise d’eau au réservoir collecteur) et présence d’un robinet-vanne, d’un clapet anti-retour, d’un manomètre, d’un compteur d’eau et un robinet pour prélever des échantillons d'eau.

À la fin de l'inspection et de l'exécution des travaux de débogage et d'ajustement en présence d'une commission, le puits est redémarré dans le mode de fonctionnement requis.

Lors de l'exploitation des puits, ceux-ci doivent être surveillés en permanence: notez l'heure de démarrage et d'arrêt de la pompe, mesurez le débit d'eau à l'aide du compteur d'eau.

Au cours de l'exploitation des puits effectués des inspections de routine et des réparations.

Avec le fonctionnement périodique des puits, afin de maintenir la qualité de l'eau requise, il est nécessaire de pomper l'eau jusqu'à ce que la turbidité et la rouille disparaissent complètement. Les résultats du pompage sont consignés dans le journal des opérations. Si le puits est mis en service après la conservation, il est nécessaire, lors du pompage, de prélever des échantillons d'eau pour l'analyse (environ 6 à 12 heures après le début du pompage). En cas de résultats non satisfaisants, le pompage est poursuivi. Les puits contaminés en raison de défauts de tubage doivent être nettoyés et les tuyaux remplacés.

Les dysfonctionnements dans les puits sont définis en fonction du degré de changement de productivité, des niveaux statiques et dynamiques, de la consommation spécifique et de la qualité de l'eau.

La période de fonctionnement normal des puits dépend de la méthode et de la qualité des opérations de forage, de la conformité de la conception du puits et du type de filtre avec les conditions hydrologiques, de la conformité du mode de fonctionnement correct des équipements de levage d'eau.

La question de la nécessité de réparer ou d'éliminer le puits est tranchée par l'organisation qui en est propriétaire, avec la participation de représentants de la surveillance minière, de la surveillance géologique et des autorités sanitaires locales.

La révision des puits est effectuée par des organisations de construction spéciales. Cela inclut le remplacement partiel ou total des colonnes de cuvelage ou de filtration, le cas échéant, l’augmentation du diamètre de la colonne de travail du puits, la cimentation des colonnes de cuvelage.

Avec le temps, les filtres, en particulier ceux à faible ouverture carrée et à petites ouvertures, peuvent se boucher avec les sédiments et les dépôts de sel; dans le même temps, les aquifères autour du filtre sont cimentés, de sorte que la consommation d'eau diminue progressivement. Dans ces cas, des méthodes mécaniques, chimiques et combinées (mécaniques et chimiques) de nettoyage des puits sont utilisées.

1. Resurrection MG, Goncharov L.I. Exploitation technique des immobilisations des institutions touristiques. Uch. Pos. - M.: TsIBB, 1986.

2. Burgonova G.N., Kamordzhanova N.A. Hôtel et entreprise touristique. Uch. pos. M: Finances et statistiques, 2000.

3. Hôtellerie et tourisme. Manuel / ed. prof. Chudnovsky A.D.

4. Gulyaev V.G. Organisation d'activités touristiques. Uch. Pos.- M.: Connaissance, 1996.

5. Semenov V.S., Kaminsky I.M., Popova N.A. Hôtellerie. Manuel de référence. M.: stroiizdat, 1985

6. OP Efimova, Efimova N.A. Hôtels et restaurants économiques. Uch. Pos.

sous Ed. N.I. Kabushkina - M. Nouvelles connaissances de 2004

7. Zubkov A.A., Chibisov S.I. Ouvrage de référence de l'employé de l'industrie hôtelière. - M.: École supérieure, 1998

FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DU RÉSEAU PRINCIPAL D'EAU Réseau extérieur d'alimentation en eau

Fonctionnement technique du réseau d'eau.ppt

FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DU RESEAU D'EAU

Réseau d'eau externe

Système d’alimentation en eau - système permanent d’alimentation en eau destiné aux consommateurs, destiné à transporter de l’eau potable et des objets techniques d’un lieu (généralement des prises d’eau) à l’utilisateur (eau et locaux industriels) principalement par des conduites ou des canaux souterrains; au point final, souvent exempt d'impuretés mécaniques dans le système de filtrage, l'eau est collectée à une certaine hauteur dans les tours dites "élévatrices à eau", d'où elle est déjà distribuée par les conduites d'eau de la ville.

Principaux éléments du système d'alimentation en eau Le système d'alimentation en eau doit garantir que l'eau est obtenue à partir de sources naturelles, pour être purifiée, si cela est causé par les besoins des consommateurs, et pour l'approvisionnement des lieux de consommation. Pour réaliser ces tâches, les structures suivantes sont généralement utilisées dans le système d’alimentation en eau: - les prises d’eau, - les installations d’alimentation en eau, - les installations de purification de l’eau, - les conduites d’eau et les réseaux d’alimentation en eau - les tours et les réservoirs. construction, 3 - station de pompage I ascenseur, 4 - installations de traitement, 5 - réservoir d 'eau propre, 6 - ascenseur de station de pompage II, 7 - conduites d' eau, 8 - tour d 'eau, 9 - réseau de distribution d' eau

La recherche de fuites dans le réseau d’approvisionnement en eau est un ensemble de mesures visant à déterminer l’emplacement exact des sites de rupture dans les réseaux d’approvisionnement en eau afin de réduire les coûts de main-d’œuvre tout en éliminant les percées et de minimiser les interférences avec le trafic pendant les travaux.

La tâche la plus importante de l’exploitation des réseaux et des installations d’approvisionnement en eau consiste à les maintenir en état de fonctionnement constant afin d’assurer aux consommateurs un approvisionnement ininterrompu en quantité suffisante d’eau de haute qualité et à une hauteur donnée. Pour effectuer cette tâche, la maintenance et la réparation du réseau sont effectuées. Pour travailler sur la maintenance du réseau, effectuée de manière planifiée, incluez:

contournant les conduites d'eau le long de l'itinéraire et vérifiant la disponibilité des tables de coordonnées, vérifiant l'état des couvertures de puits et des autres structures de réseau; identification des défaillances du pont aux puits et sur le tracé des conduites d'eau, des fuites sur le réseau et d'autres défauts; vérification de l'état technique des vannes du réseau et des autres équipements du réseau (vannes, bornes d'incendie, puits, etc.); inspection de l'état technique des entrées, des siphons et des passages des bâtiments sous les voies ferrées et les autoroutes; vérifier l'état des bornes fontaines extérieures et en ajuster le fonctionnement; étude du mode de fonctionnement du réseau, qui consiste à identifier la distribution des pressions libres en vérifiant la pression (manomètres) aux points de contrôle, ainsi que le degré de charge des conduites d’eau; rinçage des impasses du réseau avec de l’eau à une vitesse d’au moins 1 m / s jusqu’à ce que la qualité de l’eau fournie à la conduite et la sortie de celle-ci soient égales; protection des structures contre le gel, qui consiste à réchauffer les bouches d'incendie, les plongeurs et les robinets-vannes installés dans les puits, la paille, les déchets de coton, le feutre, le remorquage, les copeaux de bois, etc., avant la saison d'hiver.

Lors de la recherche de fuites dans les réseaux d'approvisionnement en eau, les méthodes visuelles, géoacoustiques et de corrélation numérique sont utilisées. Dans la méthode visuelle, le lieu de la fuite est déterminé en inspectant une section de la rue et les services publics à proximité (égouts, puits téléphoniques) pour vérifier si de l'eau pénètre à la surface de la rue ou dans les réseaux mentionnés. Cependant, cette méthode présente plusieurs inconvénients. La principale est l’inexactitude, car l’eau arrive très rarement à la surface ou à d’autres réseaux directement en face du point de rupture et la fuite est généralement située à distance du lieu de rejet d’eau. La pratique montre que cette distance peut dans certains cas atteindre 400 mètres et parfois davantage.

L'utilisation de la méthode géoacoustique implique la présence de bruit émis par le tuyau lors d'une percée et sa répartition dans le sol. Pour déterminer l'emplacement d'une fuite à l'aide d'une méthode géoacoustique directe, un dispositif spécial est utilisé: un géophone (microphone au sol). Un géophone est composé d'un capteur de contact (microphone) installé à la surface et d'un amplificateur basse fréquence. Lorsque vous travaillez avec un géophone, la puissance acoustique est mesurée en différents points au-dessus de l'aqueduc. Le point de fuite se situe sous le point auquel la puissance acoustique est la plus élevée de toute la zone étudiée. L'inconvénient de cette méthode est dû à son utilisation inefficace dans des conditions de trafic intense et à la présence d'objets de production et autres à proximité du site étudié. Dans ce cas, les bruits parasites (trafic routier, fonctionnement des unités industrielles, etc.) étouffent le bruit causé par les fuites. Il est donc possible de travailler efficacement avec le géophone uniquement la nuit. À son tour, l'avantage du géophone réside dans la simplicité relative de sa conception, sa mobilité et sa facilité d'utilisation, qui ne nécessite pas de connaissances particulières.

La méthode de détection de fuite la plus parfaite aujourd'hui est la corrélation numérique (comparaison) de la puissance de bruit en deux points différents de la conduite situés entre la fuite attendue. Cette méthode est réalisée à l'aide d'un appareil spécial - le corrélateur. Le corrélateur se compose de deux amplificateurs-émetteurs qui, à l'aide de capteurs de contact semblables à ceux utilisés dans un géophone, mesurent le niveau de bruit en des points situés directement sur la canalisation, et d'un ordinateur qui traite les informations reçues d'émetteurs via une communication radio automatique. Connaissant la vitesse de propagation du son dans la conduite, ainsi que la distance entre les capteurs, l'ordinateur établit un diagramme du niveau de bruit dans la conduite à des points tous les 10 à 20 cm (selon le modèle) de la section mesurée. Ainsi, le diagramme montre un saut brutal du niveau de bruit à la fuite. La précision théorique de la localisation de la fuite par corrélation est de ± 10 cm.

Le fonctionnement normal du réseau d’approvisionnement en eau est également déterminé par l’élimination en temps voulu des accidents qui s’y produisent. Les défaillances du réseau sont considérées comme des dommages aux pipelines ou à d'autres installations du réseau, entraînant une interruption totale ou partielle de l'approvisionnement en eau du consommateur. Les accidents incluent les dommages aux parois des canalisations, le gonflement des joints de tuyauterie, la rupture des clapets anti-retour et autres raccords, lors de la réparation desquels il est nécessaire d'arrêter l'alimentation en eau. Les dommages d’urgence sont détectés par la défaillance du sol, le rejet d’eau sur le sol, ainsi que lors de l’inspection des puits, des bouches d’incendie, etc. Les travaux d’urgence sont effectués d’urgence, mais après la fermeture et la vidange du tronçon de canalisation endommagé.

Les travaux de réparation du réseau comprennent les réparations en cours et les réparations majeures. La réparation en cours du réseau, planifiée à partir des données issues des contrôles périodiques du réseau, consiste en des travaux à petite échelle (réparation de puits, ajustement de la couverture de puits, etc.). Ce travail est effectué par le personnel d’exploitation en raison des coûts d’exploitation.

La refonte du réseau consiste à réparer, à remplacer et à restaurer des sections individuelles du réseau, des puits, des vannes, des bornes d'incendie, etc. Ces travaux sont réalisés à la fois avec des ressources propres et des moyens de gestion opérationnelle (économiques) et par des entreprises spécialisées en construction (à contrat). Après les travaux de construction liés à la déconnexion du réseau d'alimentation en eau, il est nécessaire de procéder au lavage et à la désinfection des canalisations installées ou réparées. La désinfection des conduites est réalisée en introduisant une solution d’agent de blanchiment ou de chlore en une quantité d’au moins 25 g de chlore actif pour 1 m 3 d’eau. La solution de chlore est dans le pipeline pendant une journée, après quoi le pipeline est lavé à nouveau jusqu'à ce que l'odeur de chlore disparaisse.

L’alimentation en eau interne des bâtiments est un système de canalisations et de dispositifs d’alimentation en eau à l’intérieur des bâtiments, y compris l’alimentation en eau, située à l’extérieur. L’approvisionnement en eau interne sert à alimenter le consommateur en eau provenant du réseau externe d’alimentation en eau, qui comprend: 1) les conduites et raccords (raccords); 2) raccords (robinets, mélangeurs, vannes, robinets-vannes, etc.); 3) instruments (manomètres, compteurs d'eau); 4) équipement (pompes).

Tête Pour le fonctionnement normal de la tuyauterie interne à l'entrée du bâtiment, une telle tête (obligatoire) doit être créée, ce qui permettra de fournir le débit d'eau standard au distributeur d'eau le plus situé et le plus éloigné du distributeur d'entrée (dictée) et de compenser la perte de charge pour surmonter la résistance le long du chemin d'eau. La pression dans le système d'alimentation en eau externe au point de connexion de l'entrée peut être supérieure, égale ou inférieure à la pression requise pour le système d'alimentation en eau interne. La pression minimale dans la tuyauterie externe au point de connexion de l'entrée est appelée garantie. La garantie ne doit pas contenir moins de 10 m d’eau. st. En cas de manque de pression périodique ou constant dans l'alimentation en eau externe nécessaire au bâtiment, les installations sont utilisées pour augmenter la pression: pompes (fonctionnant de manière permanente ou périodique), réservoirs d'eau sous pression, installations pneumatiques.

Plomberie domestique La plomberie domestique est principalement divisée en plomberie froide (B) et chaude (T). En 1 - alimentation en eau potable; B 2 - alimentation en eau d'incendie; B 3 - alimentation en eau de production (désignation générale); T 3 - donner; T 4 - en circulation.

Les systèmes d’alimentation en eau domestique sont classés: - par objectif - eau potable (pour l’alimentation en eau de robinets, appareils électroménagers), production (destinée à l’alimentation en eau pour des besoins technologiques), lutte contre les incendies (alimentation en eau destinée à l’extinction interne des bâtiments), combinée ( incendie économique, économique - industriel - incendie et autres); - sur le lieu de pose de la canalisation principale - avec un câblage inférieur (la canalisation principale est posée au sous-sol ou au premier étage) (fig. a); avec câblage supérieur (la conduite principale est posée sur le plancher technique supérieur ou dans le grenier) (fig. b); Fig. a - Schéma de la conduite d’alimentation d’eau à incendie interne avec câblage Fig. b - Schéma de l'alimentation en eau d'extinction interne par le bas - selon la méthode permettant de fournir la pression nécessaire - sans installations de surpression; avec installations de surpression (avec pompes de surpression, avec réservoir d’eau ou avec installation hydropneumatique, avec un réservoir de rechange); - par le nombre de zones (en fonction de la hauteur du bâtiment) - systèmes sans zonage ou avec division en zones (parallèles, séquentielles ou mixtes); - sur la configuration du pipeline principal - annulaire ou en impasse.

Éléments de plomberie domestique 1 - entrée; 2 - compteur d'eau; 3 - pipeline principal; 4 - risers; 5 - réseau de distribution des étages; 6 - raccords; 7 - grues anti-incendie d'appartements.

Schéma des réseaux internes Schéma de l'arrivée d'eau: 1 - alimentation en eau externe; 2 - vanne à vanne; 3 - bien; 4 - vannes; Réseau de 5 verges; b - compteur d'eau; 7 - conduite de contrôle avec un drain; 8 - riser; 9 - réseau de distribution Une arrivée d'eau est une conduite d'alimentation en eau qui relie les réseaux interurbains externes et internes. La connexion à la ligne principale externe est recommandée pour fonctionner dans des puits situés plus près du bâtiment. La profondeur de l'arrivée d'eau est supposée être égale à la profondeur de l'alimentation principale externe en eau.

Réparation du système d'alimentation en eau La réparation actuelle du système d'alimentation en eau comprend: La révision du système d'alimentation en eau comprend: 1) La restauration des conduites. 1) Remplacement des tuyaux 2) Restauration de l'isolation thermique. 3) Remplacement des raccords des citernes 3) Réglage du régulateur de pression. 2) Remplacement des mélangeurs 4) Remplacement des vannes 5) Remplacement des vannes 6) Remplacement des pompes. Ainsi que d'autres éléments du système de plomberie.

Conduite d'eau interne Les défauts les plus fréquents des entrées de bâtiment sont les suivants: 1. En raison de précipitations de sol inégales, il est possible: - de briser les raccords à emboîtement des canalisations en fonte - de rompre les joints soudés des canalisations en acier - de fractures des canalisations en fonte soumises à des efforts de flexion dus à la subsidence locale d'un sol peu compacté. 2. Les causes de la destruction des traversées, en particulier d'acier et de canalisations mal isolées, sont les suivantes: - corrosion du sol - corrosion causée par des courants vagabonds. Mesures du fonctionnement technique des traversées, alerte en cas de défaillance prématurée des conduites: - installation de structures de protection contre la corrosion électrochimique et la corrosion des sols; - la réparation rapide des cours d'asphalte et l'organisation du drainage, à l'exclusion du sur-hydratage et de l'affaissement des sols; - remplacement de conduites dont la durée de vie normale a expiré. Les éléments ayant atteint leur durée de vie normale doivent être remplacés lors de réparations régulières, quel que soit leur état. Deux fois par an, pendant la période de préparation des bâtiments pour les périodes de fonctionnement printemps-été et hiver, le système d'alimentation en eau interne est ajusté et le réseau d'alimentation en eau est testé avec une pression supérieure à la pression de travail de 2 kg, G / cm 2, sans toutefois dépasser 6 K. G / cm. 2

Moyens d’obtenir de l’eau chaude Les systèmes d’alimentation en eau chaude sont centralisés. Ils permettent de chauffer l’eau en un endroit, puis de la transporter par pipeline, et au niveau local, lorsque l’eau est chauffée sur le lieu de consommation. Dans le cas de l'eau chaude locale, l'eau est chauffée dans des chauffe-eau à gaz, des petites chaudières ou des colonnes alimentées au combustible solide.

Systèmes d'alimentation en eau chaude centralisée selon le procédé de production d'eau chaude - avec chauffage direct de l'eau dans les chaudières, avec chauffage dans des appareils de chauffage utilisant un agent de transfert de chaleur (vapeur, eau surchauffée); par la méthode d'alimentation en eau chaude - un système sans accumulateur, fournissant de l'eau chaude aux consommateurs sans casser le jet (sous la pression du système d'alimentation en eau de la ville), et un système avec réservoirs-accumulateurs fournissant de l'eau chaude aux consommateurs par le biais de réservoirs sous pression, dont la hauteur crée la pression nécessaire dans le système ; selon la méthode d'utilisation de l'eau surchauffée provenant de centrales de cogénération (PCCE) - un système fermé utilisant l'eau de la PCCE comme caloporteur pour chauffer de l'eau dans des appareils de chauffage et un système ouvert avec extraction directe de l'eau, tout en maintenant la qualité de l'eau répondant aux exigences; selon la méthode de circulation de l'eau dans le système - avec circulation naturelle sous l'action de la pression gravitationnelle, circulation de l'eau chaude due à des changements de densité dus aux changements de température, et circulation artificielle - stimulante, à l'aide d'une pompe de circulation.

Fonctionnement des systèmes d'eau chaude sanitaire Une attention particulière devrait être portée à la facilité d'entretien des installations assurant un traitement anticorrosion de l'eau. Il convient de garder à l'esprit que l'augmentation de la température de chauffage de 50 à 80 ° C augmente la corrosion des pipelines de 30 à 40% et contribue également à la formation accélérée de tartre. À cet égard, les systèmes d'alimentation en eau seront équipés de dispositifs automatiques limitant le chauffage de l'eau à plus de 60 ° C. 26

Pour prévenir la corrosion interne des pipelines, il convient de stabiliser et de désaérer l'eau.

Désaération La méthode utilisée pour éliminer l'air de l'eau dans tous les appareils est la même: créer une pression négative de 500 à 600 mm Hg. st. La stabilisation de l'eau est réalisée à l'aide de filtres à dolomie (magnétiques). Cette méthode repose sur la création de revêtements passivants sur les parois des tuyaux et des équipements, ainsi que sur l’augmentation du p. H eau, réduisant son activité. Pour un fonctionnement normal des filtres à dolomie, il est nécessaire de remplacer la dolomie chaque année lors de la préparation des systèmes pour un fonctionnement en hiver et pendant le fonctionnement, rincer périodiquement le filtre pendant 0,5 à 1 heure avec de l’eau se déplaçant à une vitesse de 3 m / s par mètre carré. m zone de filtrage. 28

Dysfonctionnements des systèmes ECS Les dysfonctionnements identifiés pendant le fonctionnement éliminent les services de dépannage ou le personnel d'exploitation de l'organisation exploitante. Les défauts suivants sont le plus souvent observés: - Déviation de la température de l'eau aux points d'eau par rapport aux valeurs standard pour les obstructions dans la partie inférieure des colonnes montantes. Pour éliminer le défaut, il est nécessaire de nettoyer la colonne montante. Le même défaut peut apparaître en raison d'une mauvaise régulation du système avec un câblage en impasse. Afin de ne pas avoir une grande différence de température de l'eau aux robinets d'eau, il est nécessaire d'ajuster le débit d'eau sur les colonnes montantes. - Corrosion des canalisations et des serpentins de chauffe-eau. Ces défauts sont éliminés en remplaçant les éléments défaillants, après avoir préalablement assuré le traitement chimique normal de l'eau chauffée. - Les fuites d'eau, qui sont généralement dues aux fuites dans les raccords filetés, au mauvais réglage des robinets et des mélangeurs en présence de sections endommagées des conduites.

Base législative de la Fédération de Russie

Consultation gratuite
De navigation
Législation fédérale

Actions

  • Accueil
  • ORDONNANCE du 30 décembre 1999, Gosstroy de la Fédération de Russie, n ° 168 "SUR APPROBATION" DES RÈGLES RELATIVES AU FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DES SYSTÈMES ET DES CONSTRUCTIONS D'APPROVISIONNEMENT EN EAU ET EN ASSAINISSEMENT "
  • "Bulletin of construction equipment", N 2, 2000
  • "Rationnement dans la construction et le logement et les services publics", N 2, 2000
  • Gosstroy de la Fédération de Russie, M., 2000

2.10. Voies navigables et réseau d'approvisionnement en eau

2.10.1. Les conduites d'eau et le réseau d'approvisionnement en eau (ci-après appelé le réseau) doivent assurer un approvisionnement en eau fiable et ininterrompu aux consommateurs, qui, dans sa qualité, répond aux exigences de la norme [20].

2.10.2. Les tâches d’exploitation technique du réseau comprennent:

a) supervision de l'état et de la sécurité du réseau, des installations, des dispositifs et des équipements qui s'y trouvent, du contenu technique du réseau;

b) élaborer, conjointement avec d'autres services de l'organisation WSS, des mesures visant à améliorer le système d'approvisionnement en eau et de distribution d'eau, ainsi que des mesures visant à éviter les interruptions de l'alimentation en eau dans les zones défavorisées et les micro-districts en cas d'urgence, effectuer la commutation de réseaux conformément aux instructions du régulateur pour établir le mode de fonctionnement système optimal pour la consommation réelle d’eau et ses modifications prévues dans la période à venir, la préparation d’informations sur le réseau requis pour les calculs hydrauliques et d'optimisation d'ordinateurs personnels, les stations de pompage et les réservoirs de régulation dans des conditions normales et d'urgence du système, effectuant des mesures sur le terrain du débit et de la pression de l'eau, en comparant les données de mesure avec les résultats de calculs permettant de vérifier la conformité du schéma de conception aux caractéristiques techniques réelles état du système et consommation d'eau réelle pendant la période des mesures à grande échelle;

c) selon le plan - réparations préventives et en immobilisations sur le réseau, élimination des accidents;

d) maintenance de la documentation technique et des rapports;

e) supervision de la construction et de la mise en service des nouvelles lignes du réseau, de ses structures et des connexions d'abonné, si celles-ci sont agréées et approuvées de la manière prescrite;

f) analyse des conditions d'exploitation du réseau, préparation de propositions pour améliorer le système et gérer son fonctionnement, appliquer de nouveaux types de structures de tuyauterie et d'accessoires de tuyauterie, de nouvelles méthodes de restauration et de réparation des conduites;

g) la collecte, le stockage et la systématisation des données sur tous les dommages et accidents sur le réseau, ainsi que sur les structures le concernant, afin d’en analyser les causes, d’évaluer et de surveiller les indicateurs de fiabilité;

h) assurer le fonctionnement efficace des installations de protection électrique.

2.10.3. Le réseau d’eau est exploité par des services qui, en fonction de la longueur du réseau et de l’ampleur de la charge de travail, peuvent être utilisés sous forme de sections, départements, services de réseau et, en particulier pour les grandes villes, sous forme de départements d’urgence indépendants de la production divisés en sections opérationnelles régionales du réseau de distribution d’eau.

2.10.4. Le zonage du réseau d’approvisionnement en eau est réalisé dans l’espoir que la longueur du réseau du district ne dépasse pas 300 à 350 km et que la distance jusqu’au point le plus éloigné ne dépasse pas 10 km.

2.10.5. La surveillance du réseau doit être effectuée en inspectant les pipelines et en vérifiant le fonctionnement des installations et des équipements du réseau.

Note Lors de l'exécution de ces travaux, il est nécessaire de respecter les règles [3].

2.10.6. Sur la base des résultats des inspections et des vérifications du fonctionnement des équipements, ainsi que des évaluations de leur fiabilité, ils développent et mettent en œuvre des mesures de maintenance technique du réseau, de réparations préventives, actuelles et d'immobilisations.

2.10.7. Pour la réalisation des travaux opérationnels de supervision de l'état et de la maintenance du réseau, il convient de créer des équipes en charge des opérations (préventives) et des réparations (urgences), dont le nombre et la taille sont déterminés par les conditions locales.

2.10.8. Tous les travaux opérationnels sur le réseau, à l’exception des travaux d’élimination des accidents, sont effectués par les équipes le long des itinéraires définis par le plan d’exploitation du réseau, en fonction du volume et de la nature des tâches à effectuer.

2.10.9. Chaque brigade reçoit quotidiennement une séance d’entraînement préparée la veille, sans laquelle elle ne devrait pas se rendre au travail. La brigade est dotée de la documentation technique nécessaire (circuit d'itinéraires ronds-points, journaux permettant de relever les défauts détectés sur le réseau), véhicules, outils, équipements, installations de drainage, ensemble des mesures de sécurité nécessaires, etc.

2.10.10. Le travail des équipes opérationnelles est organisé conformément à la description de travail approuvée par la direction de l'organisation du WSS.

2.10.11. La dérivation externe et l'inspection de chaque ligne de la ligne du réseau d'alimentation en eau sont effectuées au moins une fois tous les deux mois. En même temps, vérifiez:

a) l'état des plaques de coordonnées et des enseignes de prises d'eau;

b) état technique des puits, présence et étanchéité des couvercles, intégrité des trappes, couvercles, goulots, supports, escaliers, présence d'eau dans le puits ou sa fuite en ouvrant les couvercles du puits avec des couvercles de nettoyage des débris (neige, glace);

c) la présence de gaz dans les puits comme indiqué par les instruments;

d) la présence de blocages sur l’autoroute et le réseau aux emplacements des puits, de canalisations sur le tracé du réseau, ainsi que des travaux non résolus sur le dispositif de connexion au réseau;

e) action des prises d’eau de la rue.

Note Lors de l'examen externe des itinéraires des lignes du réseau, les personnes ne sont pas autorisées à pénétrer dans les puits.

2.10.12. Les installations de maintenance préventive générale et les dispositifs de réseau sont organisés alternativement deux fois par an. Dans le même temps, effectuez les tâches suivantes:

a) dans les puits et les chambres - nettoyage et pompage de l'eau, fente de la glace dans les goulots, maintenance préventive des raccords à emboîtement et à bride, distillation des broches des vannes, vérification du fonctionnement du by-pass, réglage de l'entraînement électrique, inspection du fonctionnement des bornes-fontaines avec montage de la colonne ainsi que, le cas échéant, le remplacement des supports, la réparation des escaliers, le changement des revêtements.

Note La réparation des bornes d'incendie doit être effectuée dans un délai d'un jour à compter du moment de la détection du dysfonctionnement. L'organisation WSS est tenue d'informer l'unité locale du service d'incendie du ministère de l'Intérieur de la Russie du dysfonctionnement détecté et de la fin de la réparation de la bouche d'incendie;

b) sur les siphons - vérification des fuites;

c) dans les passages et les passages sous les allées - contrôle de la pollution par les gaz, contournant et inspectant les canaux, les passages et les dispositifs qui s'y trouvent;

d) lors du démontage extérieur - vérification de l'état du puits, de l'angle mort et du démontage, réglage et réparation du remplacement des pièces usées.

2.10.13. Une maintenance préventive supplémentaire est réalisée lors de l’élaboration et de la mise en œuvre de mesures visant à garantir un approvisionnement en eau ininterrompu et à éliminer les "goulets d’étranglement" dans le système d’approvisionnement en eau et de distribution, y compris le remplacement des types et structures de vannes obsolètes, ainsi que des mesures visant à prévenir la pollution de l’eau pendant son transport. conduites d'eau et lignes de réseau. Les plans d'action sont élaborés par l'organisation WSS avec la participation, si nécessaire, d'organisations spécialisées et soumis pour approbation aux instances gouvernementales locales. En tant que critère de continuité de l’approvisionnement en eau, il est défini de répondre aux exigences [27].

Les conditions de localisation des accidents (arrêt des zones endommagées du réseau) sont définies par la réglementation WSS en fonction des caractéristiques de la section du réseau, du diamètre, du nombre de vannes fermées, de la période de l'année, etc.

Avec la localisation de l'accident a permis d'arrêter l'approvisionnement en eau à la population de jusqu'à 1000 personnes. Dans le cas d'une population plus importante desservie par des sections déconnectées du réseau, ainsi que pour la durée de l'élimination de l'accident pendant plus de 24 heures, une alimentation en eau alternative (temporaire) devrait être organisée.

2.10.14. La maintenance préventive comprend la prise de mesures visant à protéger le matériel des périphériques et du réseau contre le gel (pose et retrait d’isolation, scission de la glace).

Note Pour l'isolation des puits peuvent être utilisés divers matériaux d'isolation utilisés dans la construction. Ils sont placés ou appliqués au sol à une profondeur de 0,4 à 0,5 m sous le couvercle du puits.

2.10.15. En collaboration avec le service abonné de l'organisation WSS, le service opérationnel du réseau effectue un contrôle technique des connexions d'abonné et des unités de comptage de l'eau une fois par an. Simultanément, ils vérifient l’état technique de l’arrivée d’eau, du compteur, des équipements de fermeture, de contrôle et d’instrumentation, ainsi que la présence de fuites d’eau sur le réseau interne. Le remplacement du compteur d'eau par un nouveau est effectué lorsqu'il échoue et que la réparation est peu rentable.

2.10.16. Lors des travaux d’entretien préventif des puits, des siphons et des passages sous les voies, l’équipage doit se conformer aux règles de sécurité [11].

2.10.17. Le contrôle des pertes d’eau sur le réseau d’alimentation en eau est effectué conjointement par les employés de l’organisation WSS et par l’unité locale du service d’incendie de l’État. La perte en eau du site du réseau est déterminée par l’une des méthodes recommandées (volumétrique, à l’aide d’une colonne de tir collée, à l’aide de compteurs d’eau). En fonction du résultat de cette vérification, une liste des vannes fermées installées sur les faisceaux entre les conduites et sur les conduites de dérivation des détendeurs dans l’état technique normal du système, dans diverses situations d’urgence, ainsi que lors de l’alimentation en eau des bâtiments. extinction d'incendie.

2.10.18. Les données d’inspections et de maintenance préventive avec vérification de l’état des installations, du fonctionnement des équipements et des équipements du réseau sont utilisées pour la préparation des relevés défectueux, l’élaboration de la documentation de conception et de devis, ainsi que pour la production des réparations préventives et des immobilisations prévues.

2.10.19. Pour le prévu - réparation préventive sur le réseau comprennent:

a) mesures préventives - rinçage et nettoyage du réseau, déglaçage, nettoyage des puits et des chambres de la poussière, pompage d'eau et autres activités énumérées dans la section «Supervision de l'état et de la maintenance du réseau» de ces PTE;

b) travaux de réparation - remplacement des écoutilles, des supports, réparation de la bouche d'un puits, levée et descente des écoutilles, etc.

2.10.20. La refonte du réseau comprend des travaux sur:

a) la construction de reconstructions nouvelles, totales ou partielles de puits;

b) pose de tronçons séparés de canalisations avec remplacement total ou partiel des canalisations;

c) le remplacement des bouches d'incendie, des bornes-fontaines, des vannes, des vannes à papillon, des pistons plongeurs, de tout autre équipement ou de leurs pièces usées;

d) la réparation de structures individuelles sur le réseau, de dispositifs et d'équipements pour le nettoyage et la protection des canalisations contre l'encrassement de la surface interne des canalisations;

e) protection du réseau contre la corrosion et la corrosion électrique par courants vagabonds;

e) réparer les dommages causés aux siphons et aux passages sous les voies, etc.

2.10.21. Les accidents survenant dans le réseau d’approvisionnement en eau sont considérés comme des dommages aux canalisations, aux installations et aux équipements du réseau ou à la violation de leur fonctionnement, entraînant une interruption totale ou partielle de l’approvisionnement en eau des abonnés et l’inondation du territoire.

2.10.22. Un accident sur le système d'alimentation en eau ne considère pas la fermeture de sections individuelles de pipelines, structures ou équipements produits pour:

a) prévenir l’accident, s’il n’était pas arrêté la distribution d’eau aux abonnés;

b) augmenter l'approvisionnement en eau pour la lutte contre l'incendie;

c) effectuer les réparations préventives, la désinfection ou le raccordement planifié au réseau existant de nouveaux pipelines ou entrées de maison avec notification préalable aux abonnés du moment et de la durée de la panne.

2.10.23. L'élimination des accidents doit être effectuée dans une période réglementée [27].

2.10.24. Selon la nature du travail effectué ou l'ampleur des dégâts sur le réseau, il peut être nécessaire de:

a) fermeture immédiate du pipeline;

b) fermeture du pipeline depuis le début des travaux.

2.10.25. Les pipelines endommagés doivent être immédiatement fermés avec:

a) dommages, ayant un caractère désastreux, lorsque de l'eau jaillissant de la section endommagée du pipeline détruit la surface de la route, les tramways, inonde la rue, les sous-sols des bâtiments, etc.

b) des dommages qui ne sont pas de nature désastreuse, mais entraînent la nécessité de fermer le pipeline pour arrêter les fuites d’eau, sans pour autant perturber l’approvisionnement en eau normal.

2.10.26. Dans tous les autres cas d’endommagement du réseau, l’arrêt des pipelines est effectué au moment du début des travaux, si cet arrêt est nécessaire à l’exécution des travaux.

2.10.27. Dans les cas spécifiés dans la clause 2.10.24 de ces PTE, la fermeture est effectuée sans notification préalable des abonnés. Dans d'autres cas, les abonnés doivent être avertis à l'avance de la fermeture des pipelines.

2.10.28. En ce qui concerne les arrêts du réseau d’alimentation en eau liés à l’entretien des réparations en cours ou à des travaux plus importants, l’organisation WSS est tenue d’avertir l’unité locale du service des incendies de l’État et les autorités locales du service national de surveillance sanitaire et épidémiologique au plus tard la veille du début des travaux.

Notes 1. L'organisation WSS doit immédiatement informer l'unité locale du service d'incendie de l'État et les autorités sanitaires et épidémiologiques de l'État des fermetures d'urgence sur le réseau de distribution d'eau.

2. Dans le cas de travaux liés au blocage de rues, il est nécessaire d'informer immédiatement les unités du service d'incendie de l'État.

2.10.29. L’arrêt des gazoducs est à la disposition du répartiteur conformément aux instructions en vigueur.

Note Lorsque vous éteignez les pipelines commencent à se chevaucher avec les vannes de gros diamètres.

2.10.30. Après la fin des travaux de réparation, la section restaurée du pipeline est désinfectée conformément à la clause 2.11.19 de ces PTE.

2.10.31. Pour la mise sous pression de travail, la section restaurée et vidée de la canalisation est remplie d'eau pendant le retrait de l'air. Le remplissage en eau doit se faire lentement, en règle générale, à partir du point le plus bas du pipeline. Le dégagement d'air est effectué dans les points élevés de la canalisation à travers les pistons plongeurs, les bouches d'incendie ou d'autres dispositifs avec leur installation par le stand.

2.10.32. Lorsque vous remplissez des conduites d’eau pour libérer de l’air, un support est installé à chaque extrémité ou à des points surélevés de la conduite pour chaque tronçon de 500 m de long avec un diamètre de pipeline allant jusqu’à 300 mm. Pour les conduites d'un diamètre supérieur à 300 mm, la procédure de remplissage avec de l'eau et de libération d'air est développée dans chaque cas particulier, en tenant compte des conditions locales.

2.10.33. Le travail sur le réseau de réparation d’urgence incombe aux équipes de réparation ou au personnel d’exploitation (selon la structure de l’organisation).

2.10.34. L'enquête et l'enregistrement des accidents et des défauts sont effectués conformément aux recommandations [42].

2.10.35. Afin d’accumuler des informations sur les réparations effectuées dans le cadre de la documentation du réseau, il est conseillé d’avoir des cartes bien et des listes de zones entre elles.

2.10.36. Les lieux de travail associés à l'installation de colliers de serrage, au patch-patching et au remplacement de sections de tuyaux doivent être consignés dans la documentation avec l'indication obligatoire de la distance entre le puits le plus proche et le lieu de travail.

2.10.37. Les modifications apportées au cours des travaux de réparation doivent être en temps utile (dans un délai ne dépassant pas 10 jours) dans les documents mentionnés aux sous-paragraphes "c" et "d" de la clause 1.6.6.

2.10.38. La gestion du réseau (vannes d’ouverture et de fermeture) fait partie de la gestion du fonctionnement du système dans son ensemble, à la fois dans son état technique normal et dans diverses situations d’urgence. Pour effectuer des calculs hydrauliques et d'optimisation sur des ordinateurs personnels, conformément aux résultats de la gestion du fonctionnement du système, il convient d'utiliser un seul schéma de calcul incluant toutes les lignes du réseau, à partir des stations de pompage ou des réservoirs (réservoirs) alimentant le réseau et des puits réseau de distribution - points de connexion au réseau externe d'entrées par lesquelles de l'eau est fournie aux systèmes d'alimentation en eau internes, ainsi que des lignes sur lesquelles des régulateurs sont installés.

Les tâches du service de réseau consistent notamment à vérifier la correspondance entre la longueur réelle et la longueur indiquée sur le schéma et les diamètres des canalisations (ainsi que le matériau de la canalisation), les conduites de connexion aux nœuds de croisement, la position (ouverte - fermée) des fermetures (portes), leur état (bon - défectueux).

2.10.39. Les coûts estimés des lignes du réseau doivent être déterminés en fonction des données du service d’approvisionnement en eau sur la consommation d’eau par les consommateurs et des enregistrements 24 heures sur 24 des enregistreurs installés sur les entrées, ainsi que sur les lignes permettant à de l’eau de fournir des groupes de consommateurs. Sur la base du traitement de ces mesures, il convient d'identifier les écarts entre le débit d'eau fourni et ceux reçus par les consommateurs, de déterminer les causes des écarts (dysfonctionnement ou absence de compteurs sur les entrées, mesure du débit d'eau réduite au seuil de sensibilité la nuit) n'est pas prise en compte.

2.10.40. Dans les conditions normales du système, toute mise sous tension du réseau ne doit être effectuée qu’après accord du service de répartition. Tous les transferts qui se sont révélés nécessaires dans des situations d'urgence devraient être immédiatement notifiés au service de répartition et aux unités locales du service d'incendie de l'État.

2.10.41. Avant de passer le comité d'admission, le réseau d'alimentation en eau ou le pipeline doivent être inspectés par des représentants de la supervision technique, du client et de l'organisme de construction. Toutes les chambres et tous les puits, deux à trois joints bout à bout de tuyaux dans le sol, les sorties et les drains sont soumis à une inspection. Lors de l'inspection, vérifiez que toutes les fiches de montage (installées temporairement) sont retirées. Les exceptions sont les bouchons permettant de diviser le pipeline en zones de test et sont indiqués sur le circuit de test. En contournant la piste est définie en fonction du projet des travaux exécutés sur la restauration des violations et de l'aménagement paysager.

Note Avant la livraison des conduites d’un diamètre égal ou supérieur à 900 mm, des représentants de l’organisation de la construction et de la supervision technique inspectent les conduites de l’intérieur en les traversant. En même temps, l'état de la surface interne des tuyaux, la qualité des joints, l'absence d'affaissement, les obus et autres défauts sont vérifiés. Les résultats de l'inspection sont documentés par un acte.

2.10.42. Avant la mise en service du pipeline construit, la société de construction, sous la direction de l'organisation du traitement de l'eau et des eaux usées et sous le contrôle de l'autorité locale de l'Autorité nationale de surveillance sanitaire et épidémiologique, procède au lavage et à la désinfection de la manière suivante:

a) nettoyage à sec des conduites et rinçage préalable à l'eau du robinet;

b) désinfection à l'eau chlorée conformément aux exigences de la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État [28]. La concentration de chlore actif est prise 40-50 mg / l avec un contact quotidien;

c) rinçage final jusqu'à l'obtention de deux analyses bactériologiques et physicochimiques satisfaisantes d'échantillons d'eau, sélectionnées conformément aux instructions de l'autorité locale de surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État.

2.10.43. L'acte de traitement sanitaire du pipeline construit est présenté à la commission d'acceptation et constitue la base de l'autorisation de connexion (insertion) au réseau existant et de la mise en service ultérieure. L'acte est signé par des représentants de l'organisation WSS, de l'organisation de la construction et des autorités locales de la surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État.

2.10.44. La connexion (raccordement) du pipeline construit au réseau existant est effectuée par une organisation de construction sous contrat avec le client, sous la direction et la participation de représentants de l'organisation WSS. Les encarts sont inclus dans le projet et les estimations pour la construction du pipeline. La procédure de fabrication des barres latérales doit être régie par une réglementation locale approuvée par le gouvernement local.

2.10.45. Le moment de la connexion est déterminé par l'organisation de l'évacuation de l'eau et des eaux usées après l'organisation de la construction:

a) excavation de la fosse (avec fixation, si nécessaire, fixations);

b) l'achat de raccords;

c) assurer la production de travail par des ouvriers des spécialités et des mécanismes de construction requis.

2.10.46. Dans la production de liens, l’organisation WSS est tenue de:

a) rendre tous les commutateurs sur le réseau actuel;

b) assurer la supervision technique et sanitaire des travaux.

2.10.47. Tous les consommateurs d'eau déconnectés pendant la période de raccordement doivent être préalablement notifiés à l'organisation WSS.

2.10.48. Les travaux de raccordement des conduites sont effectués selon un calendrier établi par l'organisation WSS et l'organisation de la construction trois jours avant le début des travaux. Le calendrier est appliqué au calendrier sur le réseau, signé par la personne responsable de l'organisation de WSS conformément au contrat (clause 2.10.43 des présentes PTE).

2.10.49. L'entreprise de construction est responsable de la qualité du travail effectué pendant les insertions. L’organisation WSS est responsable de l’arrêt et de l’activation rapides du réseau existant. En passant à la construction du réseau d'alimentation en eau, l'organisation n'est pas autorisée.

Note Lors du choix de la méthode de connexion des entrées d’eau, vous devez tenir compte de la nécessité d’assurer la durée minimale d’arrêt du réseau existant.

2.10.50. Les nouveaux pipelines sont progressivement mis sous la charge de travail pour éviter la turbidité de l’eau lorsque son débit change dans le réseau existant.

2.10.51. Nouveaux et attachés au système existant, les canalisations sont appliquées aux plaques stockées dans le service technique et aux schémas opérationnels disponibles dans les salles de contrôle, indiquant les puits, les équipements installés et leur attribuant les numéros d’enregistrement correspondants. Les nouveaux pipelines et installations ont des passeports.

Note Les bouches d’incendie reçoivent des cartes d’enregistrement indiquant leur numéro, leur adresse, la date d’installation et tout type de travail effectué pour leur entretien.

2.10.52. Les nouvelles connexions au réseau d'alimentation en eau par l'organisation de l'alimentation en eau et l'approvisionnement en eau sont effectuées conformément aux Règles [3].

2.10.53. Lors de la coordination du projet, l'organisation WSS doit vérifier la conformité du projet aux spécifications d'interconnexion, au présent mandat et aux documents réglementaires.

2.10.54. Pour superviser la construction de nouveaux réseaux et installations d’alimentation en eau entre le client et l’organisation des usines de traitement de l’eau et des eaux usées, il convient de conclure un accord et de prévoir les fonds nécessaires dans le budget de construction.