Normes de pose de conduite d'eau

La qualité de l'eau froide et chaude fournie pour les besoins domestiques doit être conforme à la norme GOST 2874-82 *. La qualité de l'eau fournie pour les besoins de la production est déterminée par les exigences technologiques.

La température de l'eau chaude dans le domaine du pompage d'eau devrait inclure:

  • pas moins de 60 degrés Celsius - pour les systèmes d'alimentation en eau centralisés connectés à des systèmes de chauffage ouverts;
  • pas moins de 50 degrés Celsius - pour les systèmes d'eau chaude centralisés connectés à des systèmes de chauffage fermés;
  • pas plus de 75 degrés Celsius - pour tous les systèmes mentionnés ci-dessus.

Dans les locaux des établissements d’enseignement préscolaire, la température de l’eau chaude fournie aux robinetteries des douches et des lavabos ne doit pas dépasser 37 ° C.

La température de l'eau chaude fournie par les chauffe-eau aux conduites de distribution des systèmes d'alimentation en eau chaude centralisée doit être conforme aux recommandations du guide de conception de l'alimentation en chaleur.

Dans les agglomérations et les entreprises où les sources d'approvisionnement en eau potable ne répondent pas à tous les besoins des consommateurs, il est permis de fournir de l'eau non potable et des cuvettes de toilettes munies de services techniques et économiques et en concertation avec les autorités des services sanitaires et épidémiologiques.

Les systèmes d’approvisionnement en eau domestique (à usage domestique, industriel, de lutte contre l’incendie) comprennent: les entrées dans les bâtiments, les compteurs d’eau, les réseaux de distribution, les colonnes montantes, les raccordements aux appareils sanitaires et aux installations technologiques, les vannes de distribution d’eau, de mélange, d’arrêt et de régulation. Selon les conditions locales et la technologie de production, l'installation du système d'alimentation en eau interne doit inclure des stations de pompage, des réservoirs de réserve et de régulation raccordés au système d'alimentation en eau interne.

Le système d’alimentation en eau interne doit être choisi en fonction des impératifs techniques et économiques, de la sécurité sanitaire et hygiénique et de la sécurité incendie, ainsi que des exigences en matière de système externe d’alimentation en eau et de technologie de production.

Le raccordement de réseaux d'eau potable à des réseaux d'alimentation en eau fournissant une eau de qualité non potable n'est pas autorisé.

Pour les groupes de bâtiments dont la hauteur varie de 10 m ou plus, il convient de prendre des mesures pour garantir la pression d'eau requise dans les systèmes d'alimentation en eau de ces bâtiments.

Il est recommandé de sonner les colonnes montantes du système d'alimentation en eau potable.

Les systèmes d'approvisionnement en eau de production doivent respecter les exigences technologiques et ne pas causer de corrosion des équipements et des conduites, des dépôts de sel ni des encrassements biologiques des tuyaux et des appareils.

En fonction de leur objectif, les systèmes d'approvisionnement en eau interne suivants doivent être prévus dans les bâtiments (structures):

  • boire et boire;
  • ignifuge;
  • production (un ou plusieurs).

Le système d’alimentation en eau d’incendie dans les bâtiments (structures) dotés de systèmes d’alimentation en eau collectifs ou industriels doit, en règle générale, être associé à l’un d’eux.

Dans les bâtiments industriels et auxiliaires, afin de réduire la consommation d'eau, il est nécessaire de prévoir un système d'alimentation en circulation et de réutilisation de l'eau, en fonction des exigences de la technologie de production et conformément aux directives pour la conception des entreprises, bâtiments et structures de diverses industries.

Les systèmes d’alimentation en eau en circulation pour les solutions, produits et équipements de refroidissement, lorsque cela est techniquement possible, doivent être conçus, en règle générale, sans interrompre le jet avec l’alimentation en eau des refroidisseurs, en utilisant la pression résiduelle.

Lors de la conception de systèmes d'approvisionnement en eau, il est nécessaire de prendre des mesures pour réduire la consommation d'eau non productive et le bruit.

En fonction du mode et du volume de consommation d'eau chaude pour les besoins domestiques et les besoins en eau des bâtiments et structures à des fins diverses, des systèmes d'approvisionnement en eau centralisés ou des chauffe-eau locaux doivent être fournis.

S'il est nécessaire de fournir de l'eau chaude de qualité potable pour les besoins technologiques, il est permis de fournir simultanément de l'eau chaude pour les besoins domestiques et les besoins en boisson.

Il est interdit de raccorder les conduites du système d'alimentation en eau chaude à des conduites fournissant de l'eau chaude de qualité non potable pour les besoins technologiques, ainsi que le contact direct avec les équipements technologiques et les installations d'eau chaude fournies au consommateur avec d'éventuelles modifications de sa qualité.

Le choix des systèmes de chauffage et de traitement de l’eau pour l’eau chaude centralisée doit être effectué conformément au SNiP 2.04.07-86 * et aux «Lignes directrices pour la conception de points de chauffage». Dans les systèmes d'alimentation en eau chaude centralisée, il convient de prévoir l'installation de points d'eau chaude, généralement au centre de la zone de consommation d'eau chaude.

Il est permis de ne pas prévoir la circulation d'eau chaude dans les systèmes d'eau chaude centralisés avec une consommation d'eau chaude régulée dans le temps, si sa température dans les zones de captage d'eau ne doit pas être inférieure à celle établie par ces règles.

Dans les bâtiments et les locaux des établissements de soins de santé, les bâtiments préscolaires et résidentiels situés dans les salles de bain et les douches devraient inclure l’installation de porte-serviettes chauffants fixés aux systèmes d’eau chaude, généralement selon un schéma prévoyant un chauffage constant avec de l’eau chaude.

Lorsque l’eau chaude est fournie par des systèmes d’alimentation centralisée en eau chaude reliés à des réseaux de chauffage avec distribution directe d’eau, il est permis de connecter des porte-serviettes chauffants à des systèmes de chauffage indépendants des salles de bains et des douches toute l’année.

Sur les porte-serviettes devraient inclure des vannes pour la fermeture en été.

Dans les bâtiments résidentiels et publics de plus de 4 étages, les groupes de colonnes montantes rabattables doivent être connectés en séparant les cavaliers par sections, chaque unité de section étant reliée par un seul système d’alimentation en eau en circulation aux conduites de circulation collective du système. Dans les sections, les nœuds doivent être combinés de trois à sept colonnes montantes d’eau. Les ponts en anneau doivent être installés dans un grenier chaud, dans un grenier froid sous une couche d’isolant thermique, sous le plafond de l’étage supérieur, lorsque l’eau alimente les colonnes montantes par le haut.

Les systèmes d’eau froide domestique doivent prendre:

  • impasse, si on permet une interruption de l'alimentation en eau et le nombre de bouches d'incendie à 12;
  • entrées en anneau ou en boucle avec deux conduites en bout d'impasse avec des branches aux consommateurs de chacun d'eux pour assurer un approvisionnement continu en eau. Les filets à anneaux doivent être connectés au réseau à anneaux extérieur par au moins deux entrées.

Deux entrées ou plus doivent être fournies pour:

  • bâtiments avec plus de 12 bornes d'incendie;
  • immeubles résidentiels de plus de 400 appartements, clubs de musique pop, cinémas de plus de 300 places;
  • bains avec le nombre de places 200 et plus;
  • blanchisserie pour 2 tonnes ou plus de linge par poste.

Lorsque vous organisez deux entrées ou plus, elles doivent être connectées, en règle générale, à différentes parties du réseau extérieur du système d’alimentation en eau. Des vannes ou des vannes doivent être installées entre les entrées du bâtiment sur le réseau externe afin d’assurer l’alimentation en eau du bâtiment en cas d’accident sur l’une des sections du réseau. S'il est nécessaire d'installer des pompes dans le bâtiment pour augmenter la pression dans le réseau d'alimentation en eau interne, les entrées doivent être connectées devant les pompes avec l'installation d'une vanne dans la canalisation de raccordement pour assurer l'alimentation en eau de chaque pompe à partir de n'importe quelle entrée. Au dispositif sur chaque entrée d'installations de pompage indépendantes de l'association des entrées n'est pas nécessaire.

Il est nécessaire de prévoir l'installation de clapets anti-retour au niveau des entrées d'eau, si plusieurs entrées avec des appareils de mesure et reliées entre elles par des canalisations à l'intérieur du bâtiment sont installées sur le réseau d'alimentation en eau interne.

La distance horizontale dégagée entre les canalisations d’alimentation en eau potable et les points d’évacuation des eaux usées et des égouts doit être d’au moins 1,5 m avec un diamètre de traversée de 200 mm au minimum et de 3 m au moins avec un diamètre de traversée de plus de 200 mm. La pose conjointe d'entrées d'eau à diverses fins est autorisée.

Au niveau des pipelines, des entrées devraient être prévues pour les arrêts dans les lieux de rotation dans le plan vertical ou horizontal, lorsque les forces résultantes ne peuvent pas être perçues par les joints de tuyaux.

L'intersection de l'entrée avec les murs du sous-sol doit être réalisée dans des sols secs avec un écartement de 0,2 m entre la conduite et les structures de construction avec des trous d'étanchéité dans le mur étanches et étanches aux gaz (dans les zones gazéifiées) avec des matériaux élastiques, dans des sols humides avec l'installation de caissons de remplissage.

Les réseaux de distribution d’eau domestique dans les bâtiments résidentiels et publics doivent être installés dans le sous-sol, les sous-sols, les planchers techniques et les greniers et, en l’absence de greniers, au premier étage dans des canaux souterrains avec des tuyaux de chauffage ou sous le plancher avec une frise amovible, ainsi que structures des bâtiments qui permettent la pose ouverte de canalisations ou sous le plafond de l'étage supérieur. La pose des colonnes montantes et le câblage interne doivent être prévus dans les mines, à ciel ouvert, sur les murs des douches, des cuisines et d’autres pièces. Une pose cachée des canalisations doit être envisagée pour les locaux, pour lesquels les exigences en matière de finition sont de plus en plus contraignantes, et pour tous les systèmes de canalisations en plastique (sauf ceux situés dans des installations sanitaires). La pose cachée de canalisations en acier connectées au filetage, à l'exception des équerres permettant de connecter des raccords muraux n'ayant pas accès aux joints d'aboutement, n'est pas autorisée.

L’installation de systèmes d’alimentation en eau à l’intérieur des bâtiments de production devrait, en règle générale, être ouverte - sur des fermes, des colonnes, des murs et sous les plafonds. S'il est impossible d'ouvrir le joint, il est permis de prévoir la mise en place de réseaux d'alimentation en eau dans des canaux communs avec d'autres conduites d'alimentation en eau, à l'exception des conduites d'eau transportant des liquides et des gaz inflammables, combustibles ou toxiques. La pose en commun de l’alimentation en eau potable à usage domestique avec canalisation d’égouts ne peut être utilisée que dans des canaux froids, tandis que la canalisation d’égouts doit être placée sous la canalisation d’eau. Les canaux spéciaux pour la pose des conduites d'eau doivent être conçus avec une justification et uniquement dans des cas exceptionnels. Les canalisations alimentant les équipements de traitement en eau peuvent être posées dans le sol ou sous le sol.

Le réseau de canalisations d'eau froide avec installation conjointe dans des conduites avec des canalisations transportant de l'eau chaude ou de la vapeur doit être placé sous ces canalisations avec un dispositif d'isolation thermique.

La pose des conduites doit être dotée d’une pente d’au moins 0,002.

Les conduites, à l'exception des colonnes montantes, placées dans des canaux, des mines, des cabines, des tunnels, ainsi que dans des locaux très humides, doivent être isolées de la condensation.

Il faut prévoir une alimentation en eau froide interne pendant toute l’année dans les pièces où la température de l’air en hiver est supérieure à 2 ° C. Lors de la pose de conduites dans des pièces inférieures à 2 ° C, il est nécessaire de prendre des mesures pour empêcher le gel des conduites.

Si possible, si la température de la pièce doit baisser à court terme jusqu'à 0 ° C et au-dessous, ainsi que lors de la pose de tuyaux dans la zone d'influence de l'air extérieur froid (près des portes d'entrée et des portails extérieurs), une isolation thermique des tuyaux doit être fournie.

Des dispositifs d'évacuation de l'air devraient être installés aux points les plus élevés des conduites d'alimentation en eau chaude. Le dégagement d'air des systèmes de tuyauterie peut également être assuré par les raccords d'eau situés dans les points supérieurs du système (étages supérieurs). Les dispositifs de vidange doivent être installés aux points les plus bas du système de tuyauterie.

Une isolation thermique doit être fournie pour les canalisations d'alimentation et de circulation des systèmes d'alimentation en eau chaude, y compris les colonnes montantes, en plus des raccordements aux appareils de distribution d'eau. L'épaisseur de la couche d'isolation thermique de la structure doit être d'au moins 10 mm et la conductivité thermique du matériau isolant thermique ne doit pas être inférieure à 0,05 W / (mC C).

Lors de la conception des conduites, il devrait être possible de compenser l’allongement de la température des tuyaux.

Pour les conduites d'eau chaude et froide domestiques, les tuyaux et raccords en plastique en polyéthylène, polypropylène, chlorure de polyvinyle, polybutylène, métal-polymère, fibre de verre et autres matières plastiques doivent être utilisés pour tous les réseaux d'alimentation en eau, à l'exception d'un réseau d'alimentation en eau séparé pour lutter contre l'incendie.

Tous les réseaux d’alimentation en eau internes peuvent utiliser des tuyaux, des raccords en cuivre, en bronze et en laiton, ainsi que de l’acier avec protection anticorrosion interne et externe.

Les tuyaux en amiante-ciment peuvent être utilisés pour les entreprises agricoles.

La pose de tuyaux en plastique doit être en grande partie dissimulée: dans les socles, les rainures, les mines et les canaux. La pose ouverte est autorisée pour les installations sanitaires, ainsi que dans les endroits où les dommages mécaniques aux tuyaux en plastique sont évités.

Pour les eaux courantes domestiques chaudes et froides, les tuyaux doivent être utilisés avec des matériaux autorisés par le Comité d’État pour la surveillance sanitaire et épidémiologique de la Russie.

Les tuyaux et les raccords doivent supporter:

  • pression d'essai de l'eau dépassant la pression de fonctionnement dans le réseau de 1,5 fois, mais pas moins de 0,68 MPa, à une température constante d'eau froide - 20 ° C et dans de l'eau chaude - 75 ° C;
  • pression d’essai de l’eau, égale à la pression de service dans le réseau d’alimentation en eau chaude, mais non inférieure à 0,45 MPa, à une température de l’eau (en cours d’essai) à 90 ° C;
  • pression d'eau constante, égale à la pression de service de l'eau du réseau, mais non inférieure à 0,45 MPa, à une température constante de la période de fonctionnement estimée et à une température constante d'eau chaude - 75 ° C pendant une période de fonctionnement calculée sur 25 ans.

Les vannes de canalisation, de distribution d’eau et de mélange pour les systèmes d’alimentation en eau domestique doivent être installées à une pression de travail de 0,6 MPa (6 kgf / cm): vannes pour systèmes de lutte contre le feu individuels et conduites d’eau anti-incendie économiques - à une pression de travail n’excédant pas 1,0 MPa (10 kgf / cm): vannes pour systèmes de production individuels du système d'alimentation en eau - pour la pression de travail admise selon les exigences technologiques.

Les structures des vannes de distribution et d'arrêt d'eau doivent assurer une fermeture et une ouverture en douceur du flux d'eau. Les vannes (vannes) doivent être installées sur des tuyaux d’un diamètre égal ou supérieur à 50 mm.

L'installation de vannes sur les réseaux internes d'approvisionnement en eau doit inclure:

  • sur chaque entrée;
  • sur le réseau de distribution d’anneaux afin de permettre la fermeture de ses sections individuelles pour réparation (pas plus de la moitié des anneaux);
  • sur l’anneau du réseau d’approvisionnement en eau froide industrielle au rythme de l’approvisionnement bilatéral en eau des unités ne permettant pas de rupture d’approvisionnement en eau;
  • à la base des colonnes d’incendie avec le nombre de bornes-fontaines 5 ou plus;
  • à la base des colonnes montantes du réseau domestique ou industriel dans des bâtiments de 3 étages ou plus;
  • sur les branches des conduites d’eau;
  • sur les branches de chaque appartement ou chambre d’hôtel, sur les raccordements aux citernes à chasse d’eau, aux robinets de chasse d’eau et aux chauffe-eau, sur les branches des douches de groupe et des lavabos;
  • à la base des colonnes montantes d’alimentation et de circulation dans les bâtiments et les structures d’une hauteur égale ou supérieure à 3 étages;
  • sur des branches du pipeline vers des nœuds de section;
  • devant les robinets extérieurs.

Lors de l'installation de raccords de plomberie d'un diamètre de 50 mm et plus à une hauteur de plus de 1,6 m du sol, des plates-formes ou des ponts fixes doivent être prévus à des fins de maintenance.

Sur l’approvisionnement en eau interne, il est nécessaire de prévoir pour chaque perche de 60 à 70 m du périmètre du bâtiment un robinet d’irrigation situé près des bâtiments ou dans les niches des murs extérieurs des bâtiments.

Pour garantir la pression spécifiée dans le système d’alimentation en eau du bâtiment, il convient d’installer des régulateurs de pression:

  • sur des sections d’alimentation en eau sectionnées par hauteur dans des bâtiments de 40 m de hauteur.

Lors de la conception de l'alimentation en eau chaude et froide domestique, des mesures doivent être prises pour lutter contre le bruit et les vibrations des raccords et des conduites.

Dans les systèmes d'alimentation en eau chaude, il est nécessaire de prévoir l'installation de mélangeurs avec des connexions séparées pour l'eau chaude et froide. Il est permis de ne pas prévoir l'installation de mélangeurs dans les systèmes d'alimentation en eau chaude, si l'alimentation en eau est prise sans mélanger de l'eau froide.

L'installation de clapets anti-retour dans les systèmes d'eau chaude devrait inclure:

  • sur les tronçons de canalisations qui alimentent en eau les mélangeurs du groupe;
  • sur le tuyau de circulation avant de le raccorder aux chauffe-eau;
  • sur les branches du tuyau de retour du réseau de chaleur au thermostat;
  • sur le tuyau de circulation avant de le raccorder au tuyau de retour du réseau de chaleur dans des systèmes avec de l’eau directe provenant de la canalisation de réseaux de chaleur.

Plomberie et eaux usées domestiques: normes, normes et exigences

La communication fait partie intégrante des projets de logement modernes. Qu'il s'agisse d'une propriété municipale, conçue pour une installation en masse, ou d'un bâtiment privé pour une famille, les systèmes internes d'alimentation en eau et d'évacuation des eaux usées sont réalisés en tenant compte des règles et réglementations en vigueur.

Les mêmes exigences s’appliquent aux installations commerciales, dans la mesure où elles s’appliquent à des structures de bâtiment à des fins diverses, dont la hauteur est inférieure à 75 mètres.

Règles générales pour la plomberie

L'approvisionnement en eau froide des bâtiments (structures) est effectué à partir de sources centralisées ou locales. Dans le même temps, le choix de la source d'approvisionnement en eau domestique se fait sur la base des exigences des réglementations relatives à l'assainissement hygiénique et à la prévention des incendies. Pour les besoins commerciaux des technologies de production sont ajoutés. Dans tous les cas, le schéma de plomberie externe existant est pris en compte.

L'approvisionnement en eau chaude est le plus souvent basé sur le principe du pompage de l'eau en circuit fermé, lorsque l'eau chaude est obtenue à partir d'échangeurs de chaleur ou de chauffe-eau. La plage de température normative de l'eau chaude (pour les locaux d'habitation): la limite inférieure est de + 60 ° С, la limite supérieure est de + 75 ° С. Il est autorisé de fournir (au stade de la conception) un dispositif d'ECS avec possibilité de distribution du réseau de chauffage (principe du drainage ouvert).

En général, en fonction du but de l'objet (bâtiment), les systèmes d'approvisionnement en eau suivants sont planifiés:

  • ménage et boisson;
  • eau chaude;
  • le feu;
  • négociable;
  • fins de production.

Dans la plupart des cas, les systèmes d’alimentation en eau de lutte contre les incendies peuvent être combinés en un système unique comprenant des fonctions ménagères et de consommation (industrielles), s’ils sont inclus dans la structure de l’objet. Mais il est interdit de combiner l'alimentation en eau potable avec des réseaux de transport d'eau dont la qualité ne répond pas aux normes de consommation (SanPiN 2.1.4.1074).

Schémas des réseaux internes d'eau froide et chaude

Les systèmes d’approvisionnement en eau domestique KhVS, GVS, de production ou de protection incendie sont organisés avec l’inclusion des modules et éléments suivants dans le schéma:

  • entrées à l'intérieur du bâtiment;
  • systèmes de comptabilité de la consommation;
  • route distributrice;
  • risers technologiques;
  • fournitures technologiques;
  • vannes d'arrêt.

En fonction des conditions spécifiques de l'emplacement des bâtiments résidentiels (objets techniques), il est possible d'organiser des réservoirs à accumulation dans le schéma d'alimentation en eau interne.

Des systèmes de circulation doivent être prévus aux points d’entrée d’eau chaude (en cas d’absence), s’il est nécessaire de maintenir en permanence la température dans les limites fixées par la norme (60-75 degrés). Dans le même temps, il est interdit de raccorder des points d'eau directement aux conduites du circuit de circulation. Les pertes de pression dans les circuits ne sont pas autorisées plus de 10% des valeurs de pression dans les autres zones.

La norme pour la quantité maximale admissible de pression d'eau dans la canalisation d'eau potable est de 0,45 MPa (4,5 atm.) Au niveau de l'appareil de plomberie situé à un niveau inférieur à tous les autres systèmes existants. La pression aux points des appareils sanitaires situés au-dessus de tous les autres doit correspondre aux valeurs de passeport de ces appareils. En l'absence de passeport, ils sont guidés par la limite inférieure - 0,2 MPa (2,0 atm.).

Si la pression dépasse les normes spécifiées, il est nécessaire de prévoir l'installation de détendeurs ou de dispositifs similaires capables de ramener la pression de l'eau à des valeurs normales. Ces appareils doivent fournir les normes de pression de calcul en mode de fonctionnement statique et dynamique du circuit d'alimentation en eau potable. Il est également permis d'utiliser des vannes avec des régulateurs de débit intégrés.

Les matériaux utilisés lors de l'installation et du câblage des systèmes internes d'alimentation en eau, y compris les raccords, les tuyaux, les équipements, etc., doivent être conformes aux exigences des normes sanitaires et épidémiologiques, des normes nationales, du SNiP. Les lignes d'alimentation en eau potable ne peuvent être construites et mises en service qu'après avoir acquis une expertise en matière sanitaire et épidémiologique et obtenu les permis et certificats correspondants.

Construction de réseaux d'approvisionnement en eau

Le processus de construction des conduites d'alimentation en eau chaude / en eau froide doit inclure l'installation de clapets anti-retour, à condition que plusieurs entrées soient créées sur le site du réseau d'alimentation en eau interne.

La distance (horizontale) entre l'entrée d'un tuyau d'alimentation en eau d'un diamètre maximal de 200 mm et le rejet d'un système d'égout (selon les normes établies) est d'au moins 1,5 mètre. Si l'entrée est faite d'un tuyau de plus de 200 mm de diamètre, la norme pour la distance horizontale au rejet des eaux usées augmente à 3 mètres.

Lors de l'installation, les arrêts doivent être placés à la place des tours de pipeline (le long des axes horizontal et vertical), si les contraintes mécaniques ne sont pas compensées par le schéma de connexion.

Les règles stipulent que les lignes d'alimentation en eau froide / eau chaude pour les projets de construction résidentielle sont montées dans les zones suivantes:

  • dans les sous-sols;
  • dans les greniers;
  • sous le sol (sous réserve de couverture amovible);
  • sous le plafond des locaux non résidentiels;
  • sur des sols techniques;
  • dans le métro.

Le passage dans le mur du bâtiment au point d'intersection de celui-ci par le pipeline d'entrée est ménagé avec un intervalle d'au moins 200 mm entre la paroi du tuyau et les éléments des structures du bâtiment. Après l'installation, le trou est scellé avec un matériau élastique (étanche à l'eau et aux gaz). Une telle installation est fournie sous sol sec. Sur des sols humides, au lieu d'encastrement, mettez des phoques.

Pose de tuyaux cachés et ouverts

Les risers et les entrées d’eau chaude / froide, les doseurs, les vannes et les modules de contrôle sont situés dans des mines de communication, dans des armoires techniques spécialement prévues à cet effet.

Il est nécessaire de fournir un accès gratuit aux armoires techniques. La pose ouverte de contremarches et de câbles est autorisée le long des murs des locaux de cuisine, des salles de douche, des toilettes, en tenant compte de l'emplacement des robinetteries d'arrêt et des dispositifs de contrôle.

Si des conduites d'eau à base de polymère sont utilisées, un joint de type caché est fourni. L'exception concerne les lignes d'installations sanitaires. Mais il est interdit de poser secrètement des canalisations en acier avec des connexions filetées sans créer les conditions d'un libre accès à ces connexions.

Selon les besoins, la pose de lignes est effectuée avec une pente d'au moins 2 mm par mètre de longueur. Avec une justification appropriée, ce taux peut être réduit à 1 mm.

Le système d'alimentation en eau froide, conçu pour fonctionner toute l'année, est monté à l'intérieur, où la température minimale est de + 2 ° C. Si de telles conditions ne peuvent pas être créées, l'installation dans des conditions inférieures à + 2 ° C est autorisée, mais avec une protection des tuyaux contre le gel (chauffage supplémentaire).

L'isolation thermique des sections de canalisation situées dans des zones de réduction à court terme de la température à 0 ° C et au-dessous est obligatoire. Les mêmes exigences s’appliquent aux conduites situées aux portes d’entrée ou dans d’autres lieux en contact avec l’air extérieur.

Retirer l'air du système

La disposition des conduites d'eau chaude sanitaire devrait inclure l'installation d'un évent et d'un évent. Les dispositifs de ventilation doivent être installés dans les zones divorcées à la hauteur maximale par rapport à l'ensemble du circuit.

Il est permis d'utiliser des raccords d'eau au lieu des vannes de ventilation, également montées sur des zones de haute altitude. Les dispositifs de vidange sont montés aux points les plus bas du circuit, si l'installation n'est pas fournie aux mêmes points les plus bas des raccords d'eau.

Le développement de chaque projet d'approvisionnement en eau chaude devrait inclure la production de mesures visant à compenser la déformation des canalisations d'eau, qui surviennent inévitablement lors du processus de modification de la température de l'eau. Le schéma de conduite d'eau chaude est calculé sur la vitesse du mouvement du fluide ne dépassant pas 1,5 m / s.

Les décisions de conception doivent prendre en compte la durée de vie des conduites et des pièces d’alimentation en eau chaude / froide. Les normes établissent une durée de vie d’au moins 50 ans pour des conditions de température de fonctionnement jusqu’à 20 ° C et d’au moins 25 ans pour des conditions de température de fonctionnement jusqu’à 75 ° C. Ces normes prennent en compte la résistance hydraulique dont la valeur doit rester inchangée pendant les périodes spécifiées.

Mesure de consommation d'eau

Les bâtiments équipés d'alimentation en eau froide / en eau chaude doivent être équipés de stations de comptage (installation de compteurs de consommation d'eau). Un équipement de mesure est installé aux points d'entrée de l'alimentation en eau froide / chaude de chaque bâtiment (appartement). En outre, les règles exigent l'installation de compteurs sur les branches de pipelines qui sont dirigés vers des locaux non résidentiels (intégrés, attenants).

Sur les lignes d'alimentation en eau chaude avec une température d'eau allant jusqu'à 90 ° C, il est recommandé d'installer un équipement de mesure sur les conduites d'alimentation et de circulation. Dans ce cas, le tuyau de circulation est en outre équipé d'un clapet anti-retour.

Dans le sens de déplacement devant le compteur, il est nécessaire d'activer les filtres - mécaniques ou magnéto-mécaniques. Les éléments filtrants doivent être installés avec des pertes de charge admissibles ne dépassant pas 50%.

Au niveau de l’alimentation en eau froide, l’installation de compteurs est effectuée dans des zones où l’accès est facile, l’éclairage artificiel ou naturel, et où la température ambiante n’est pas inférieure à 5 ° C. Dans le même temps, il est recommandé de monter les instruments de mesure pour la consommation d’eau chaude / froide en un seul endroit. L’installation des périphériques doit permettre un accès libre et pratique pour la lecture des informations.

Les appareils de mesure (compteurs d’alimentation en eau chaude / eau froide) sont installés sur des supports ou des consoles. Les règles exigent la protection des compteurs contre les vibrations et les contraintes mécaniques transmises par les pipelines. S'il n'y a aucune condition pour l'installation de compteurs dans la pièce, il est permis de les installer à l'extérieur des bâtiments, à l'intérieur de puits spéciaux. Dans ce cas, l'appareil doit être conçu pour fonctionner sous une forme immergée.

Les règles permettent l'installation sur des sections verticales ou inclinées, si cette installation est supportée par le passeport pour instruments. Lors de l'installation sur des tronçons verticaux de conduites dans des locaux résidentiels, il est autorisé de placer des compteurs du groupe de classe «A». La mesure de circuit prévoit:

  • ouvrir les robinets des deux côtés de l'appareil;
  • la création de sections de tuyau droites des deux côtés de l'appareil;
  • création d'une ligne de dérivation (pour eau froide uniquement).

Tous les compteurs installés, ainsi que les vannes d'arrêt (à l'état ouvert) du schéma de nœud doivent être scellés.

Construction d'eaux usées domestiques

En fonction de l’objet du bâtiment (structure), il est prévu de construire un système d’égout interne:

  • sanitaires et domestiques;
  • la production;
  • tuyau de drainage.

Le premier est nécessaire pour la collecte et le rejet de fluides de caractère domestique provenant d'appareils sanitaires (éviers, toilettes, baignoires, etc.). Le second est utilisé aux mêmes fins, mais dans le cadre du traitement des déchets industriels. La troisième est nécessaire pour collecter et évacuer les produits de précipitation.

Pour les eaux usées domestiques est caractérisé par l'installation de la tuyauterie de gravité, généralement fermée. Les effluents industriels peuvent être rejetés dans des systèmes à bacs ouverts s'ils ne dégagent pas de gaz ou de vapeurs nocifs et ne dégagent pas d'odeurs désagréables. Il est recommandé de poser les sections de tout système d’égout de manière strictement rectiligne avec une pente donnée.

Normes de pose et d'installation de lignes

Les tuyaux de décharge sont reliés aux colonnes montantes au moyen de croix et de tés obliques. Si vous raccordez des tuyaux de dérivation (bidirectionnels) de plusieurs appareils de plomberie situés au même niveau, vous ne devez utiliser que des croix obliques. Il est interdit d’utiliser des croix droites pour le retrait, à condition qu’elles soient placées le long de l’axe horizontal.

Des lignes du type à écoulement libre (pression) des eaux usées internes doivent être produites sur la base de tuyaux et de raccords, dont la durée de vie est d’au moins 25 ans. Les vannes techniques doivent assurer la stabilité de la résistance hydraulique pendant toute la durée de vie du système. Il est recommandé d'utiliser des tuyaux et des raccords en polymères.

Ainsi, la pose de canalisations d'égout en polymères est réalisée selon les normes suivantes:

  • installation cachée de colonnes montantes (dans des mines, des boîtes) avec un équipement de panneau avant;
  • matériel des mines et des boîtes ininflammables;
  • le matériau de la face avant des gaines des gaines correspond au groupe d'inflammabilité «G2»;
  • la pose ouverte de tuyaux en polymère est effectuée dans les sous-sols des bâtiments;
  • la section montante, s'élevant au-dessus de la dalle de 80 à 100 mm, est isolée et cimentée par une couche de mortier de 20 à 30 mm.

Il est interdit de procéder à une pose cachée (ouverte) d'eaux usées à l'intérieur des murs, à l'intérieur de la structure du plancher, sous le plafond des locaux d'habitation, à quelque fin que ce soit.

Il est autorisé d'introduire plusieurs systèmes d'égout dans la structure de bâtiments multifonctionnels pour le rejet de liquides ayant différents degrés d'agressivité de l'environnement. La séparation des systèmes d'égout domestiques et industriels est obligatoire pour les effluents industriels sortants nécessitant une purification, un traitement et l'organisation ultérieure de l'approvisionnement en eau recyclée.

Risers ventilés: conception et installation

Il est nécessaire de prévoir la création de colonnes montantes ventilées fixées aux points des conduites d'égout situées à l'horizon supérieur. Les colonnes montantes ventilées par les égouts doivent être dégagées par un passage à travers le toit des bâtiments.

Sur les bâtiments à toit plat et en pente (non exploité), la sortie de la colonne s’élève au-dessus du niveau du toit, à 200 mm au plus. Dans ce cas, le point de sortie du tuyau de la colonne montante ventilée doit se situer à au moins 4 mètres des fenêtres à proximité.

Sur les toits opérés, la sortie de la colonne montante ventilée doit s’élever d’au moins 3 mètres au-dessus du toit et combiner au moins 4 colonnes montantes distinctes. Il est permis de monter chaque colonne montante au-dessous du niveau du toit à exploiter, mais dans ce cas, une soupape de ventilation antiretour doit être installée de manière à ce que seul l'air puisse passer à l'intérieur du tuyau.

La vanne doit être installée au niveau des appareils de plomberie situés au plus haut niveau du système d'égout.

Le nombre estimé de colonnes montantes ventilées (taux de renouvellement d’air) est déterminé par la formule suivante:

N - le nombre de colonnes montantes;

k - taux de renouvellement de l'air dans la colonne montante, l / jour (norme de calcul de 80 à 100);

W - volume du réseau d'égout, en m 3;

Q est le volume quotidien d'air sale sortant de la colonne montante, en m 3 (pour le calcul 320).

La profondeur minimale possible des conduites d'égout doit être déterminée en tenant compte des charges permanentes et temporaires existantes. Si des contraintes mécaniques risquent d'endommager les canalisations, celles-ci doivent être protégées. Une isolation doit être appliquée dans les zones où il existe un risque de réduire la température ambiante à des valeurs négatives.

La pose de tuyaux d’égout dans un système réalisé sans calcul standard est autorisée avec une pente calculée selon la formule 1 / D, où D est le diamètre des tuyaux utilisés. Pour les réseaux situés dans des locaux résidentiels (domestiques), la profondeur de pose des canalisations d'égout doit être d'au moins 100 mm du haut du tuyau jusqu'au sol. Il est inacceptable de modifier la pente dans les zones de canalisations horizontales horizontales.

L'installation d'appareils sanitaires (éviers) est requise à l'intérieur des bâtiments (dans les locaux). Le nombre de ces dispositifs est déterminé par le projet architectural et de construction (technologique) de l'objet. Tous les appareils sanitaires sont nécessairement équipés de vannes hydrauliques (siphons), des dispositifs qui bloquent la sortie de l'environnement des gaz d'égout à l'intérieur des locaux.

Vidéo utile sur le sujet

Expérience de l'installation de systèmes d'approvisionnement en eau et d'égouts dans une maison privée

Dans le processus de construction (réparation) des réseaux d'eau et d'égout, il est nécessaire de suivre les règles, les normes, les normes. Le respect des recommandations technologiques et le respect des normes sont la clé pour établir des communications efficaces et durables.

SNiP 2.05.06-85: Pose de canalisations souterraines

5.1. La profondeur des conduites jusqu'au sommet de la conduite doit être prise en mètres, pas moins:

avec diamètre nominal inférieur à 1000 mm. 0.8

" " 1000 mm ou plus (jusqu'à 1400 mm). 1,0

sur les marécages ou les sols tourbeux à assécher. 1.1

dans les dunes de sable, en comptant à partir des marques inférieures des bases inter-archaean. 1,0

dans les sols rocheux, les marais en l'absence de déplacement

véhicules à moteur et machines agricoles. 0.6

sur des terres arables et irriguées. 1,0

lors du franchissement de canaux d'irrigation et de drainage (améliorants) 1.1 (à partir du bas

L'approfondissement des oléoducs et des oléoducs, en plus des exigences spécifiées, devrait également être déterminé en tenant compte du mode de transfert optimal et des propriétés des produits pompés, conformément aux directives définies dans les normes de conception technologique.

Note La profondeur du pipeline avec ballast est définie comme la distance entre la surface de la terre et le sommet de la structure de ballastage.

5.2. L'approfondissement des conduites transportant des produits chauds présentant une différence de température positive dans le métal des conduites doit également être vérifié en calculant la stabilité longitudinale des conduites sous l'influence de contraintes de température en compression, conformément aux instructions du chapitre. 8

5.3. La largeur de la tranchée en bas doit être au moins assignée à:

D + 300 mm - pour les conduites jusqu'à 700 mm de diamètre;

1,5 D— pour les conduites d'un diamètre de 700 mm et plus. Avec des diamètres de conduite de 1200 et 1400 mm et avec des tranchées avec une pente supérieure à 1: 0.5, la largeur de la tranchée peut être réduite au fond à D + 500 mm, où D est le diamètre nominal du pipeline.

Lors du lestage de conduites avec des marchandises, la largeur de la tranchée doit être déterminée de manière à ce que la distance entre la charge et le mur de la tranchée ne soit pas inférieure à 0,2 m.

5.4. Sur le tronçon de la route présentant un terrain très fortement traversé, ainsi que dans les zones humides, les canalisations sont autorisées dans des remblais en terre spécialement érigés, qui sont réalisées avec un compactage minutieux couche par couche et une fixation du sol en surface. Lors du franchissement des cours d’eau dans le corps des remblais, des ponceaux doivent être prévus.

5.5. Lorsque les pipelines se croisent, la distance entre eux doit être d’au moins 350 mm et le passage doit faire un angle d’au moins 60 °.

Les intersections entre les pipelines et les autres réseaux d’ingénierie (adduction d’eau, assainissement, câbles, etc.) doivent être conçues conformément aux exigences du document SNiP II-89-80 *.

5.6 Pour les conduites d’un diamètre égal ou supérieur à 1000 mm, en fonction du terrain, une planification préliminaire du tracé doit être fournie. Lors de la planification de la bande de construction dans la zone des dunes en mouvement, celles-ci doivent être coupées au niveau des sols inter-rangées (entre les arches) sans affecter le sol naturellement compacté. Après le remblayage du pipeline posé, une bande de sable au-dessus et à une distance d'au moins 10 m de l'axe du pipeline dans les deux sens doit être renforcée avec des liants (neurosine, déchets de bitume fissuré, etc.)

Lors de la conception de pipelines d’un diamètre de 700 mm ou plus, il convient que le niveau du sol et le niveau de conception du pipeline soient indiqués sur le profil longitudinal.

5.7 Lors de la pose de conduites dans des sols rocheux, graveleux et graveleux et de leur remblayage, il est nécessaire de prévoir un dispositif permettant de remplir des sols meubles d’une épaisseur minimale de 10 cm. le remblayage à l'aide de dispositifs spéciaux.

5.8. La conception des conduites souterraines pour les zones d’épandage de sol de type II doit être réalisée en tenant compte des exigences du SNiP 2.02.01-83 *.

Pour les sols de type I, la conception des conduites est effectuée en fonction des conditions des sols non-affaissés.

Note Le type d'affaissement et le montant d'affaissement au sol éventuel doivent être déterminés conformément aux exigences du SNiP 2.02.01-83 *.

5.9 Lors de la pose de canalisations dans la direction de la pente du terrain supérieure à 20%, il est nécessaire de prévoir la mise en place d'écrans anti-érosion et de ponts en terre naturelle (par exemple, en argile) et en matériaux artificiels.

5.10. Lors de la conception de conduites posées sur des pentes, il est nécessaire de prévoir un dispositif permettant aux fossés des hautes terres de détourner les eaux de surface du pipeline.

5.11. S'il est impossible d'éviter l'affaissement de la base sous les pipelines, il convient de prendre en compte les contraintes de flexion supplémentaires provoquées par l'affaissement de la base lors du calcul de la résistance et de la stabilité du pipeline.

5.12. S'il existe des ravins et des ruptures près de la voie susceptibles de compromettre la sécurité des pipelines, des mesures devraient être prises pour les renforcer.

5.13. Sur le tracé du pipeline, il est nécessaire de prévoir l’installation de points de repère permanents à une distance maximale de 5 km les uns des autres.

ou le long des bassins versants, en évitant les pentes instables et raides, ainsi que les zones de coulée de boue.

5.15. Dans les zones de glissement de terrain avec une faible épaisseur de la couche de sol glissante, il convient de prévoir un joint d'étanchéité souterrain avec la profondeur de la conduite en dessous du plan de glissement.

Les glissements de terrain de grande ampleur doivent être contournés au-dessus de la pente du glissement de terrain.

5.16 *. En règle générale, lors de la traversée de coulées de boue, un joint supérieur doit être utilisé.

Lors de la pose souterraine à travers un flux de boue ou un cône de retrait, la pose de la conduite doit être prévue à 0,5 m (à compter du haut de la conduite) en dessous de l’érosion possible du canal avec une disponibilité de 5%. Lors de l’intersection des cônes d’enlèvement, il est prévu de poser le pipeline selon une courbe qui enveloppe la surface externe du cône à une profondeur inférieure à l’érosion possible dans l’errance des canaux.

Le choix du type de pose des conduites et la conception de solutions pour leur protection lors du franchissement d'écoulements de boue doivent être faits en tenant compte de la fiabilité des conduites et des calculs techniques et économiques.

Afin de protéger les canalisations lors de leur pose dans les zones spécifiées, il est possible de prévoir l'extension des pentes, des dispositifs de protection des eaux, le drainage des eaux souterraines, la construction de murs de soutènement, de contreforts.

5.17. Lors de la conception des pipelines, dont la pose doit être effectuée sur des pentes avec une pente transversale de 8 à 11 °, il est nécessaire de prévoir une coupe et un remplissage du sol afin de construire une bande de travail (étagère).

Dans ce cas, l’étagère des appareils doit être fournie par un remblai de déversement directement sur la pente.

5.18.Lorsque la pente de la pente est comprise entre 12 et 18 °, il est nécessaire de prévoir, en tenant compte des propriétés du sol, des saillies pour empêcher le sol de glisser sur la pente.

Sur les pentes dont l'inclinaison transversale est supérieure à 18 °, les étagères ne sont fournies qu'en coupant le sol.

Dans tous les cas, la majeure partie du sol doit être utilisée pour aménager le passage de la période de production des travaux de construction et d’installation et de l’exploitation ultérieure du pipeline dans les conditions suivantes:

Distance autorisée entre l'alimentation en eau et la fondation

Lors de l'établissement des réseaux d'ingénierie, ils sont guidés par les lois normatives élaborées par des spécialistes, en tenant compte de leur emplacement optimal et sûr, obligatoires pour les promoteurs de projets d'état et les organisations privées. Les normes, dont l'une est la distance entre l'alimentation en eau et les fondations, doivent être respectées dans chaque bâtiment afin d'éviter d'autres problèmes lors de l'exploitation.

En règle générale, la conception des maisons, en plus du plan d'étage du bâtiment, inclut la disposition des utilitaires sur le site, la profondeur de leur pose et la distance qui les sépare des objets sur le site. Ceci prend en compte la possibilité de poser en commun les communications, la distance entre les autoroutes placées en parallèle ou se croisant, y compris les conduites d'eau, d'égout, de câbles électriques et de gaz.

Fig.1 Réseaux de maison et de service

Quelles sont les exigences pour l'emplacement des communications souterraines

Le principal document réglementaire suivi pendant la construction est le SNiP 2.07.01-89 avec l'indication des distances lors de l'établissement de communications les unes par rapport aux autres et d'autres objets du point de vue de la sécurité et de la fiabilité.

Lors de l’exploitation de réseaux d’ingénierie des eaux usées, du chauffage et de l’alimentation en eau, il convient de tenir compte de l’impact négatif sur les fondations des structures d’un environnement portable en cas de rupture de canalisation. Le fluide qui s'échappe peut endommager les fondations du sol, pénétrer dans les pièces inférieures et les pièces du sous-sol, causant des dommages importants aux bâtiments.

Dans le cas de la pose près du sous-sol de l'aquifère, les communications lors de l'exploitation des structures doivent prendre des mesures pour assurer leur emplacement sûr par rapport au bâtiment. Lorsqu'il n'est pas possible de maintenir une distance de sécurité entre le pipeline et le bâtiment pour des raisons techniques, ils utilisent des logements pour protéger les communications sous terre. Après coordination avec les autorités de surveillance, près des fondations, il est permis de poser le système d’alimentation en eau dans le boîtier, qui assure l’isolation des tuyaux en cas de précipitation et protège la fondation de la fondation elle-même contre les dommages causés par des dommages au système d’alimentation en eau.

Typiquement, sur un site avec une maison construite, divers types de réseaux sont situés, des conduites d’eau, d’égout, de chauffage et de gaz sont enfoncées dans le sol et le câble d’alimentation est tiré. Pour situer les différents types de routes en toute sécurité les unes par rapport aux autres, il est nécessaire de connaître la norme des distances entre les communications parallèles et perpendiculaires.

De plus, la connaissance des normes aidera à économiser de l'argent, car certains types de communication peuvent être installés dans une seule tranchée sans conséquences négatives importantes en cas de rupture d'une conduite.

Fig.2 Plan de parcelle - un exemple

Modes de pose des réseaux souterrains

Les collecteurs, les tunnels et les canaux sont utilisés pour dessiner les installations souterraines dans le génie civil, et les fossés creusés dans le sol sont utilisés dans les services domestiques pour la pose de canalisations. S'il n'est pas possible de creuser des tranchées à ciel ouvert, la pose de tuyaux sans tranchée se fait en perçant, en perçant ou en poussant le sol à l'aide de vérins hydrauliques. À l'étranger (en Allemagne), une méthode efficace de pose de tuyaux est largement utilisée à l'aide d'un équipement spécial qui coupe une tranchée et y plonge simultanément un pipeline de polymère.

Selon le mode d’arrangement des communications dans les tranchées, considérez:

Méthode séparée. Lors de l’installation de chaque ligne montée dans son canal, la méthode est coûteuse lors de l’établissement d’un grand nombre de communications à proximité.

Méthode conjointe. Selon le SNiP 2.07.01-89, il est autorisé de poser des lignes thermiques de 50 à 90 cm dans des tranchées communes, une alimentation en eau jusqu’à 50 cm, plus de 10 lignes de communication ou des câbles électriques de tension jusqu’à 10 000 volts, s’il n’ya pas assez de place pour tirer des lignes dans des tranchées individuelles. intrigue.

Il est interdit de poser des gazoducs et des autoroutes transportant des substances inflammables et combustibles à proximité de câbles électriques.

L'installation de conduites d'eau dans des tunnels avec d'autres services publics (SNiP 2.04.02-84), à l'exception des conduites avec un environnement portable inflammable et hautement inflammable, est autorisée.

Lors de la pose des raccords de canalisation dans le sol, il est placé dans des puits techniques.

Si des puits sont utilisés sur le site, à partir desquels une canalisation souterraine est construite pour acheminer l'eau vers la maison, la profondeur minimale d'alimentation en eau est égale au point de congélation le plus bas du sol dans la zone avec l'ajout de 0,5 m. La couche de sol est sur le dessus pour éviter le chauffage non désiré de l'eau dans les tuyaux en été. laisser au moins 50 cm.

Fig. 3 Extraction des réseaux souterrains par la couche de canalisation allemande

Distance des services souterrains aux fondations

SNiP 2.07.01-89 autorise la pose de services publics souterrains dans les limites des fondations et des supports de tuyauterie, à condition de prévoir des mesures de protection lors de la mise en place des fondations, des accidents sur la ligne.

Les actes de construction de SNiP 2.07.01-89 fixent les distances suivantes aux fondations des maisons:

  • alimentation en eau - 5 m;
  • drainage par gravité individuel et tempête (pluie) - 3 m;
  • eaux usées sous pression - 5 m;
  • canalisation de drainage - 3 m, drainage associé - 0,4 m;
  • gazoducs de basse, moyenne et haute pression - 2, 4, 7 ou 10 m, respectivement;
  • réseaux de chaleur - à partir de la paroi du tunnel 2 m, de la coque de protection des tuyaux avec installation sans canal - 5 m;
  • lignes de câbles électriques et câbles de communication - 0,6 m;
  • canaux de commutation et tunnels - 2 m.

Fig.4 Normes de construction des distances entre réseaux de communication et réseaux souterrains

La distance entre l'approvisionnement en eau à la fondation de bâtiments

Si le système d'alimentation en eau doit être exécuté dans des conditions fermées, il est acceptable de raccourcir la distance de la fondation à 1,5 m. Un pipeline en polymère est généralement utilisé. Il est placé dans une enveloppe au-dessus du niveau de 0,5 m de la semelle de fondation.

Lors de l'installation de l'alimentation en eau, respectez les tolérances minimales suivantes pour les plaques de base et les réseaux:

  • structures architecturales - 5 m;
  • clôtures de bâtiments industriels, supports, structures de support de réseaux électriques de contact et de communications, voies ferrées - 3 m;
  • voies ferrées d’un gabarit de 1520 mm au moins égal à la profondeur de la tranchée jusqu’à la base du remblai et au bord de l’excavation - 4 m;
  • voies ferrées avec un écartement de 750 mm à 2,8 m;
  • bords des rues en bordure de route ou en marge - 2 m;
  • bord de la cuvette ou pied du remblai - 1 m;
  • poteaux électriques:
    - avec tension jusqu'à 1 kV. (conducteurs d'éclairage public, lignes de contact électrique de transport électrique urbain) - 1 m;
    - de 1 à 35 kV. - 2 m;
    - de 35 à 110 kW et plus - 3 m.
  • revêtement de tubes de métro en fonte - 5 m;
  • revêtement de matériaux en béton placés en dessous de 20 m de la surface du sol - 5 m.
  • revêtement des structures de métro sans isolation hydraulique - 8 m.

Dans les codes du bâtiment, les distances par rapport à l’axe central des arbres dont le diamètre de la couronne est inférieur à 5 m sont indiquées. Dans ce cas, le système d’alimentation en eau est enfoui sous le sol à une distance minimale de 2 m de l’axe.

Fig. 5 normes de distance entre les communications souterraines

La distance de la fondation à l'égout

Lors de la pose, il est nécessaire de maintenir la distance entre l'égout et la fondation des bâtiments. Les tuyaux d'égout doivent être situés conformément aux normes en vigueur.

Le système d'égout est installé parallèlement aux lignes rouges du bâtiment. Lorsqu'il est monté dans la rue, le côté avec un nombre réduit d'autres réseaux et le plus grand nombre de tuyaux de raccordement est sélectionné.

La distance par rapport au bâtiment doit permettre des travaux d’installation et de réparation, afin de protéger les canalisations adjacentes. En cas d’accident lié à l’érosion du sol, des paramètres dimensionnels garantissent la sécurité des fondations contre le délavage.

Lors de la détermination de la distance entre le pipeline et les fondations, la moindre possibilité d'infiltration d'eaux usées lors de fuites d'urgence dans la conduite d'alimentation en eau doit être exclue.

Distances minimales des eaux usées et pluviales aux fondations:

  • bâtiments et structures - 3 m, avec l'installation d'eaux usées sous pression - 5 m;
  • clôtures de protection des entreprises, viaducs, supports de réseaux électriques, voies ferrées -1,5 m;
  • chemins de fer d’une largeur de 1520 mm, épaisseur au moins égale à la profondeur de la tranchée jusqu’à la fondation en vrac et au bord de l’excavation - 4 m;
  • voies ferrées avec un écartement de 750 mm à 2,8 m;
  • bordures de rues, bords de routes renforcés - 1,5 m;
  • bord externe de la cuvette ou pied du remblai - 1 m;
  • supports de lignes électriques traversant l'air:
    - jusqu'à 1 kW (éclairage de rue, fils de contact du transport électrique urbain) - 1 m;
    - 1 - 35 kV. - 2 m;
    - 35 - 110 kV. - 3 m.

En outre, les règles de construction régissent l'emplacement de la conduite d'évacuation des eaux usées située dans le sol par rapport au système racinaire des arbres. La distance entre le pipeline et l'axe central de l'arbre est d'au moins 1,5 m, tandis que le système d'évacuation des eaux usées - à partir de 2 m.

Fig.6 Exemples d’installations souterraines

Distance avec pose conjointe de l'alimentation en eau et de divers types de réseaux

Un onglet commun vous permet d'économiser de l'argent et de réduire la zone de communication souterraine. Si le système d'égout traverse l'alimentation en eau, il est placé conformément aux normes de distance. Lors de la pose dans le sol, la distance doit être respectée si les conduites sont étirées dans des couvercles de protection en métal (cas), tandis que le système d'égouts peut être situé au-dessus des réseaux d'alimentation en eau.

Selon SNiP 2.04.02-84, lors de la pose de plusieurs conduites d’eau, la norme des distances entre conduites adjacentes est choisie en tenant compte du dispositif, de l’organisation des travaux d’installation et de la sécurité des zones avoisinantes en cas de fuite de l’une d’entre elles. Il est possible de réduire les distances dans certaines sections si les canalisations sont placées dans une base synthétique, si les caisses traversent les tunnels ou si elles sont posées autrement, à l’exclusion de leurs éventuels dommages. La distance doit assurer une installation et des travaux de réparation sans entrave.

La plus petite distance entre l'approvisionnement en eau et les eaux usées de:

  • 5 m - tuyaux en béton armé ou en amiante-ciment;
  • 3 m - tuyaux en fonte avec un cercle supérieur à 200 mm;
  • 1,5 m - fonte jusqu'à 200 mm de diamètre;
  • 1,5 m - plastique PEHD;
  • 1,5 m - en production, en tenant compte du matériau de fabrication et de la taille des tuyaux, des paramètres physiques et chimiques du sol.

Lors de la pose de l’alimentation en eau, les limites suivantes des distances minimales aux réseaux voisins sont acceptées:

  • 1,5 m - drainage et égouts pluviaux;
  • 1 m - gazoducs à basse et moyenne pression;
  • 1,5 - 2 m - gazoducs à haute pression;
  • 0,5 m - câbles électriques de puissance et de communication (selon les règles de fonctionnement des installations électriques des PES).
  • 1,5 m - conduites de chaleur à partir des murs extérieurs des canaux de tunnel, coques de canalisations pour le creusement de tranchées, canaux de tunnel.
  • 0,2 m - lors du brochage dans les tunnels aux murs intérieurs des structures de clôture et des canalisations adjacentes.

Aux points d'intersection, les sections de canalisation doivent présenter une pente unilatérale et être protégées des collecteurs et des tunnels, des caisses en acier, des canaux monolithiques en béton et du béton armé.

Fig. 7 Exemples bookmark eaux usées maison privée

La distance entre la fondation et le puits et le puits pour les zones sanitaires

SNiP 2.04.02-84 établit trois zones de sécurité pour les sources d’eau profonde, la limite minimale de la première bande ayant le rayon le plus petit et se composant de:

  • 30 m - pendant l'exploitation des horizons hydrographiques protégés;
  • 50 m - avec réservoir d'eau insuffisamment isolé;
  • 15 ou 25 m - est utilisé pour les sources situées sur le site de la maison, si toute possibilité de contamination du sol et le réservoir d'eau profonde sont exclus. Elle s'applique aux sources d'alimentation en eau situées dans des endroits favorables du point de vue des conditions sanitaires et géologiques; les normes doivent être réduites conformément à une décision convenue avec les services sanitaires locaux.

Sont interdits dans la zone de la première ceinture:

  1. Tous travaux de construction, à l'exception des travaux de reconstruction, de réparation ou de branchement de conduites d'eau.
  2. L'emplacement de tous les bâtiments, l'emplacement des résidents.
  3. Pose de toute communication, sauf la desserte de puits ou de puits.
  4. La maison doit avoir une sortie d’égout vers le système central ou vers les installations d’évacuation des eaux usées situées derrière le premier anneau.
  5. S'il n'y a pas de système d'égout, des fosses septiques hermétiques sont installées dans des endroits qui excluent la pénétration d'eaux usées sur le sol du premier tapis lorsque la citerne est vide.
  6. Il devrait y avoir un système de drainage en dehors de la première zone.

Ainsi, sur une parcelle individuelle, il n'y a pas de distance non équivoque entre le puits et les fondations de la maison et des dépendances, le degré d'élimination dépend de la protection des aquifères, des caractéristiques du terrain et peut aller de 15 à 50 mètres. Il convient de noter que dans la vie de tous les jours, en raison de la petite superficie des parcelles, il existe d'autres normes - les puits et les puits sont situés beaucoup plus près de chez eux.

Fig. 8 Placement d'une source d'eau sur un site individuel

Le passage des tuyaux à travers les fondations des bâtiments

Le réseau externe de plomberie et d'évacuation des eaux usées est introduit dans la maison par la fondation avec des manchons en acier d'un diamètre supérieur, leur taille standard pour les tuyaux PND est de 75 mm et un tuyau de 160 mm de diamètre est utilisé pour les eaux usées en PVC de 110 mm.

Les règles relatives à la construction de la plomberie externe sont régies par les règles de la coentreprise 31.13330.2012 et comprennent les éléments suivants:

  • La communication entrant dans la maison se fait par l’équilibrage de tuyaux en métal (manchons) avec le plus petit diamètre de 50 mm.
  • Pour éliminer les effets des dilatations linéaires avec des différences de température, des entrées compensatoires sont utilisées.
  • La distance entre l’entrée des fondations des conduites d’eau et les drains doit être de 1,5 m. Pour entrer verticalement, l’espace entre les manchons est de 0,4 m.
  • Le diamètre du trou dans les structures portantes laisse plus de place aux manchons insérés d'au moins 2 mm.
  • Pour assurer le libre écoulement du tuyau d'égout, il est inséré avec une pente de 4 à 7 degrés.
  • La profondeur des canalisations approchant de la maison est prise à plus de 0,7 m de la zone aveugle.

Fig. 9 Schéma de pose de la conduite dans le bâtiment

Lors de la pose des conduites d’eau, il est nécessaire de respecter les normes de distance aux fondations, ce qui permettra d’éviter les conséquences négatives en cas de rupture de canalisation ou d’affaissement du bâtiment. Dans la construction domestique, il est important de respecter les normes lors de l’établissement des communications, qui doivent être placées dans des tranchées différentes. Dans ce cas, une percée des tuyaux d’égout ne conduira en aucun cas à la contamination de l’eau potable.