Zone de protection sanitaire des installations de traitement

La conception et la création d'installations de protection sanitaire pour les stations d'épuration sont une étape obligatoire de la construction de toute installation qui, dans le cadre de sa fonctionnalité, affectera l'environnement de l'habitat et la santé humaine. Ces installations comprennent les installations des classes de danger I - III.

SPZ est un élément obligatoire de tout objet source d'impact sur l'environnement et la santé humaine. La taille et les limites de la zone de protection spéciale sont définies dans la zone de protection sanitaire provisoire.

Le projet de la zone de protection sanitaire est obligé de développer des entreprises appartenant aux objets des classes de danger I - III.

Le développement du projet de la zone de protection sanitaire de la station d'épuration comprend les principales étapes suivantes:

  • obtenir une tâche de développement de projet;
  • développement du projet SPZ;
  • coordination du projet SPZ dans les instances concernées.

Dans la zone de protection sanitaire d’une station d’épuration, il n’est pas permis de définir des territoires dotés d’indicateurs normalisés de la qualité de l’habitat (aménagements résidentiels, zones de loisirs et de loisirs, zones de loisirs, territoires de sanatoriums et de maisons de repos, territoires de partenariats de jardinage, etc.).

Le territoire de la ZSP est principalement destiné aux activités suivantes:

  • veiller à ce que le niveau d'exposition soit réduit aux normes d'hygiène requises pour tous les facteurs extérieurs;
  • création d'une barrière de protection sanitaire entre le territoire de l'entreprise (groupe d'entreprises) et le territoire du développement résidentiel;
  • l'organisation d'espaces verts supplémentaires assurant la protection, l'assimilation et la filtration des polluants atmosphériques et améliorant le confort du microclimat.

Pour les objets, leurs bâtiments et leurs structures distinctes avec des processus technologiques sources d'impact sur l'environnement et la santé humaine, en fonction de la puissance, des conditions de fonctionnement, de la nature et de la quantité de polluants rejetés dans l'environnement, conformément à la classification sanitaire des entreprises, des industries et des installations Les dimensions suivantes des zones de protection sanitaire sont établies:

  • entreprises de première classe - 1000 m;
  • entreprises de deuxième classe - 500 m;
  • entreprises de troisième classe - 300 m;
  • entreprises de quatrième classe - 100 m;
  • entreprises de cinquième classe - 50 m.

La zone de protection sanitaire des stations d'épuration jusqu'aux limites des bâtiments résidentiels, des zones de bâtiments publics et des entreprises du secteur alimentaire doit être déterminée en tenant compte de leur expansion future et doit être prise en compte conformément au tableau:

Zones de protection sanitaire, m, avec la performance estimée des structures,

SanPiN 2.2.1 / 2.1.1.1200-03. Zones de protection sanitaire et classification sanitaire des entreprises, structures et autres objets

4.5 Station d'épuration

1. Les zones de protection sanitaire pour les installations de traitement des eaux usées doivent être définies conformément au tableau 4.5.1.

Tableau 4.5.1

Zones de protection sanitaire des stations d'épuration

│ Installations pour │ Distance en m avec performance estimée

Traitement des eaux usées plants stations d'épuration en milliers de m3 par jour

│ à 0,2 │ plus de 0,2 plus de 5,0 à plus de 50,0

│ │ à 5.0 50.0 à 280 │

Stations Stations de pompage et 15 20 │ 20 │ 30 │

Équipements pour 150 200 400 500

Nettoyage à la boue │ │

Installations pour │ 100 150 300 400 │

Par traitement des boues │ │ │ │

│a) filtration │ 200 300 500 │ 1000

│b) irrigation │ 150 200 400 1000

P Étangs biologiques │ 200 │ 200 │ 300 300

1.1. La zone de protection sanitaire des stations d'épuration d'une capacité de plus de 280 000 m3 / jour, ainsi que pendant le retrait des technologies reconnues de traitement des eaux usées et de traitement des boues, devrait être établie par décision du médecin hygiéniste en chef de la Fédération de Russie ou de son adjoint.

1.2. Pour les champs de filtration d'une superficie maximale de 0,5 hectare pour les champs d'irrigation de type communal, d'une superficie maximale de 1,0 hectare pour les stations de traitement des eaux usées mécaniques et biologiques d'une capacité maximale de 50 m / jour, la ZSP doit être de 100 m.

1.3. Pour les champs de filtration souterrains d'une capacité allant jusqu'à 15 m3 / jour, la SPZ doit être prise à 50 m.

1.4. Les zones de drainage des stations d'épuration doivent être prises sur 300 m.

1.5 Une zone de protection sanitaire allant d’une installation de traitement à décharge de surface de type ouvert à une zone résidentielle devrait être occupée à 100 m, celle de type fermé à 50 m.

1.6. En ce qui concerne les stations d'épuration et les stations de pompage des réseaux d'égouts industriels qui ne sont pas situés sur le territoire des entreprises industrielles, tant lors de l'autonettoyage et du pompage des eaux usées industrielles que lors de leur traitement conjoint avec des installations de traitement des eaux domestiques, la ZSP doit être considérée comme identique à celle des industries d'où proviennent les flux d'eaux usées mais pas moins que ceux énumérés dans le tableau. 4.5.1.

1.7. La zone de zonage des points de fonte de la neige et des alliages de neige dans une zone résidentielle doit avoir une taille minimale de 100 m.

Société de protection des consommateurs dans les réseaux sociaux:

Zone de sécurité des installations de traitement des eaux usées

Installations de traitement des eaux usées

Distance en m avec la capacité estimée des installations de traitement en milliers de m 3 / jour

plus de 5,0 à 50,0

plus de 50,0 à 280

Stations de pompage et réservoirs de régulation d'urgence, installations de traitement locales

Installations de traitement mécanique et biologique avec des parcelles de boues pour les sédiments fermentés, ainsi que des parcelles de boues

Structures pour le traitement mécanique et biologique avec traitement thermomécanique des boues dans des locaux fermés

1. La taille de la zone de protection spéciale pour les stations d’épuration d’une capacité de plus de 280 000 m 3 / jour, ainsi que lors de l’adoption de nouvelles technologies pour le traitement des eaux usées et le traitement des boues, doit être installée conformément aux exigences de la section 4.8. ce document réglementaire.

2. Pour les champs de filtration d'une superficie maximale de 0,5 hectare, pour les champs d'irrigation de type communal d'une superficie maximale de 1,0 hectare. pour les installations de traitement biologique biologique des eaux usées d'une capacité allant jusqu'à 50 m / jour, la ZSP doit être de 100 m.

3. Pour les champs de filtration souterrains d'une capacité allant jusqu'à 15 m 3 / jour, la taille de la ZSP doit être de 50 m.

4. La taille de la ZSP des stations de vidange devrait être de 300 m.

5. La taille de la ZSP des installations de traitement à décharge de surface de type ouvert à la zone résidentielle devrait être de 100 m, celle de type fermé à 50 m.

6. Parmi les stations d'épuration et les stations de pompage du système d'assainissement industriel, qui ne sont pas situées sur le territoire des entreprises industrielles, tant lors de l'autonettoyage et du pompage des eaux usées industrielles que lors de leur nettoyage conjoint avec de l'eau domestique, la taille de la ZSP doit être la même que pour l'industrie eaux usées, mais pas moins que celles énumérées dans le tableau. 7.1.2.

7. La taille de la ZSP entre la fonte de neige et les alliages de neige dans la zone résidentielle devrait être de 100 m.

7.1.14. Entrepôts, amarres et lieux de transbordement et stockage de marchandises, production de fumigation de marchandises et de navires, désinfection de gaz, désinfestation et désinsectisation

CLASSE I - zone de protection sanitaire 1000 m.

1. Entrepôts ouverts et lieux de déchargement du concentré d'apatite, du phosphate naturel, des ciments et autres charges poussiéreuses avec un volume de chargement supérieur à 150 000 tonnes / an. 1

2. Lieux de transbordement et de stockage de produits chimiques liquides à partir de gaz liquéfiés (méthane, propane, ammoniac, chlore, etc.), de composés industriels d'halogènes, de soufre, d'azote, d'hydrocarbures (méthanol, benzène, toluène, etc.), d'alcools, d'aldéhydes, etc. connexions.

1 Le 1er groupe des classes I, II et III ne comprend pas les schémas de transport et les systèmes technologiques utilisant des ascenseurs d’entrepôt et des installations de transport pneumatiques ou autres qui excluent la poussière de cargaison (spécifiée dans les classes I groupes I, II et III) de l’environnement extérieur.

3. Stations d'essuyage et de lavage et de traitement à la vapeur, entreprises de désinfection et de lavage, points de décapage des navires, réservoirs, installations de traitement des eaux usées pour la réception des eaux de ballast et des eaux de lavage contenant des agents de captage spécialisés.

4. Quais et lieux de production de fumigation des cargaisons et des navires, désinfection des gaz, désinfestation et désinsectisation.

CLASSE II - zone de protection sanitaire à 500 m.

1. Entrepôts ouverts et lieux de déchargement du concentré d'apatite, du phosphate naturel, des ciments et autres charges poussiéreuses dont le volume de cargaison est inférieur à 150 000 tonnes / an.

2. Ouvrir des entrepôts et des sites de traitement du charbon.

3. Entrepôts ouverts et lieux de transbordement d'engrais minéraux, amiante, chaux, minerais (sauf radioactifs) et autres minéraux (soufre, pyrite, gypse, etc.).

4. Les lieux de transbordement et de stockage du pétrole brut, du bitume, du mazout et des autres produits pétroliers et produits chimiques visqueux.

5. Entrepôts ouverts et fermés et lieux de transbordement de la poix et des marchandises pekosoderzhaschih.

6. Stockage et manutention de traverses en bois imprégnées d'antiseptiques.

7. Stations sanitaires et de quarantaine.

CLASSE III - zone de protection sanitaire à 300 m.

1. Entrepôts ouverts et lieux de déchargement et de chargement de charges poussiéreuses (concentré d'apatite, phosphates naturels, ciment, etc.) avec un chiffre d'affaires de fret inférieur à 5 000 tonnes / an.

2. Entrepôts fermés, lieux de transbordement et stockage de la cargaison de produits chimiques emballés (engrais, solvants organiques, acides et autres substances).

3. Les entrepôts au sol et les lieux d'expédition ouverts pour la magnésite, la dolomie et autres charges poussiéreuses.

4. Entrepôts de poussière et de cargaisons liquides (eau ammoniacale, engrais, carbonate de sodium, peintures et vernis, etc.).

5. Entrepôts à ciel ouvert et lieux de déchargement de sable sec, de gravier, de pierre et d'autres matériaux de construction minérale.

6. Les entrepôts et les sites pour la surcharge de farine, de gâteaux, de coprah et autres produits végétaux poussiéreux de manière ouverte.

7. Entrepôts, rechargement et stockage des déchets.

8. Entrepôts, rechargement et stockage de cuir non traité salé par voie humide (plus de 200 pièces) et d’autres matières premières d’origine animale.

9. Sites de rechargement constant du bétail, des animaux et des oiseaux.

10. Entrepôts et transbordement de poisson, de produits de la pêche et de produits de chasse à la baleine.

CLASSE IV - zone de protection sanitaire 100 m.

1. Entrepôts et transbordement de peaux (y compris le cuir mokosalinyh à 200 pièces).

2. Entrepôts et lieux ouverts pour le déchargement du grain.

3. Entrepôts et lieux ouverts de déchargement du sel de table.

4. Entrepôts et lieux ouverts pour le déchargement de laine, poils, soies et autres produits similaires.

5. Schémas de transport et techniques de transbordement et de stockage du concentré d'apatite, du phosphate naturel, du ciment et d'autres produits poussiéreux transportés en vrac à l'aide d'élévateurs d'entrepôt et d'installations de transport pneumatiques ou autres, empêchant la poussière de pénétrer dans l'environnement extérieur.

CLASSE V - Zone de protection sanitaire à 50 m.

1. Ouvrir des entrepôts et recharger des matériaux de construction minéraux mouillés (sable, gravier, gravats, pierres, etc.).

2. Stockage et manutention des gâteaux pressés, du foin, de la paille, des produits du tabac, etc.

3. Entrepôts, transbordement de produits alimentaires (viande, produits laitiers, confiseries), légumes, fruits, boissons, etc.

4. Zones de stockage et de chargement pour les produits alimentaires (vin, huile, jus).

5. Sites de déchargement et de chargement des navires et des wagons frigorifiques.

6. Amarrage de rivière.

7. Entrepôts, rechargement et stockage des déchets sans traitement.

Zone de sécurité des installations de traitement des eaux usées

Zones sanitaires et de sécurité des installations d'approvisionnement en eau et d'assainissement

Les zones sanitaires et de sécurité des installations d'approvisionnement en eau et d'évacuation des eaux usées sont déterminées par les normes sanitaires.

Zones de sécurité des sources d'eau potable - SanPiN 2.1.4.1110-02.

Zones sanitaires des installations de traitement des eaux usées - SanPiN 2.2.1 / 2.1.1.1200-03.

Extrait de SanPiN 2.1.4.1110-02

2.2.1.1. Les prises d’eaux souterraines devraient être situées en dehors du territoire des entreprises industrielles et des bâtiments résidentiels. La localisation sur le territoire d'une entreprise industrielle ou d'un développement résidentiel est possible avec une justification appropriée. La limite de la première bande est établie à une distance d'au moins 30 m de la prise d'eau - en cas d'utilisation d'eaux souterraines protégées et à une distance d'au moins 50 m - en cas d'utilisation d'eaux souterraines insuffisamment protégées.
La limite de la première zone de la SOA du groupe de prises d’eau souterraines doit se situer à au moins 30 et 50 m des puits extrêmes.
Pour les prises d’eau provenant d’eaux souterraines protégées situées sur le site, à l’exclusion de la possibilité de contamination des sols et des eaux souterraines, la taille de la première zone de la SOA peut être réduite, à condition qu’une étude hydrogéologique soit réalisée en coordination avec le centre de surveillance sanitaire et épidémiologique de l’État.

2.4.2. La limite de la première zone de l’usine SOA est prise à distance:
des parois des réservoirs de réserve et de contrôle, des filtres et des clarificateurs à contact - au moins 30 m;
des tours d'eau - pas moins de 10 m;
du reste des locaux (fosses septiques, installations chimiques, stockage de chlore, stations de pompage, etc.) - pas moins de 15 m.

Note:
1. En accord avec le centre de surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État, la première ceinture SSZ pour des châteaux d'eau séparés, en fonction de leurs caractéristiques de conception, ne peut pas être installée.
2. Lorsque le réseau d'aqueduc est situé sur le territoire de l'objet, les distances spécifiées peuvent être réduites en accord avec le centre de supervision sanitaire et épidémiologique de l'État, mais pas moins de 10 m.

2.4.3. La largeur de la bande de protection sanitaire doit être comprise des deux côtés des conduites d’alimentation en eau extrêmes:
a) en l'absence d'eau souterraine - pas moins de 10 m avec un diamètre de conduits inférieur ou égal à 1000 mm et d'au moins 20 m avec un diamètre de conduits supérieur à 1000 mm;
b) en présence d'eau souterraine - au moins 50 m, quel que soit le diamètre des conduits.
Si nécessaire, il est permis de réduire la largeur de la bande de protection sanitaire pour les canalisations d'eau traversant la zone bâtie, en coordination avec le centre de surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État.

Extrait de SanPiN 2.2.1 / 2.1.1.1200-03

Les dimensions des zones de protection sanitaire des installations de traitement des eaux usées doivent être appliquées conformément au tableau 7.1.2.

Installations de traitement des eaux usées

1. La taille de la zone de protection sanitaire pour les stations d'épuration ayant une capacité supérieure à 280 000 m3 / jour, ainsi que lors de l'adoption de nouvelles technologies pour le traitement des eaux usées et le traitement des boues, devrait être établie conformément aux exigences de la section 4.8. ce document réglementaire.
2. Pour les champs de filtration d'une superficie maximale de 0,5 ha pour les champs d'irrigation communautaires d'une superficie maximale de 1,0 ha pour les stations de traitement des eaux usées mécaniques et biologiques d'une capacité maximale de 50 m3 / jour, la ZSP doit être de 100 m.
3. Pour les champs de filtration souterrains d'une capacité maximale de 15 m3 / jour, la taille de la zone de protection spéciale doit être de 50 m.
4. La taille de la ZSP des stations de drainage devrait être de 300 m.
5. La taille de la ZSP des installations de traitement à décharge de surface de type ouvert à la zone résidentielle doit être mesurée à 100 m, celle de type fermé à 50 m.
6. En ce qui concerne les stations d'épuration et les stations de pompage des systèmes d'égout industriels qui ne sont pas situés sur le territoire des entreprises industrielles, tant lors de l'autonettoyage et du pompage des eaux usées industrielles que lors de leur nettoyage conjoint avec de l'eau domestique, la taille de la zone de protection individuelle doit être identique à celle des industries eaux usées, mais pas moins que celles énumérées dans le tableau. 7.1.2.
7. La taille de la ZSP des points de fonte et d'alliage de neige à la zone résidentielle doit être mesurée à 100 m.

Notre société propose une gamme complète de services pour la conception de réseaux, de systèmes et de structures d’alimentation en eau et d’assainissement. Nous fournissons les solutions architecturales et techniques nécessaires, quelle que soit leur complexité, à chaque étape de la conception.

Zone de protection sanitaire des installations de traitement

La conception et la création d'installations de protection sanitaire pour les stations d'épuration sont une étape obligatoire de la construction de toute installation qui, dans le cadre de sa fonctionnalité, affectera l'environnement de l'habitat et la santé humaine. Ces installations comprennent les installations des classes de danger I - III.

SPZ est un élément obligatoire de tout objet source d'impact sur l'environnement et la santé humaine. La taille et les limites de la zone de protection spéciale sont définies dans la zone de protection sanitaire provisoire.

Le projet de la zone de protection sanitaire est obligé de développer des entreprises appartenant aux objets des classes de danger I - III.

Le développement du projet de la zone de protection sanitaire de la station d'épuration comprend les principales étapes suivantes:

  • obtenir une tâche de développement de projet;
  • développement du projet SPZ;
  • coordination du projet SPZ dans les instances concernées.

Dans la zone de protection sanitaire d’une station d’épuration, il n’est pas permis de définir des territoires dotés d’indicateurs normalisés de la qualité de l’habitat (aménagements résidentiels, zones de loisirs et de loisirs, zones de loisirs, territoires de sanatoriums et de maisons de repos, territoires de partenariats de jardinage, etc.).

Le territoire de la ZSP est principalement destiné aux activités suivantes:

  • veiller à ce que le niveau d'exposition soit réduit aux normes d'hygiène requises pour tous les facteurs extérieurs;
  • création d'une barrière de protection sanitaire entre le territoire de l'entreprise (groupe d'entreprises) et le territoire du développement résidentiel;
  • l'organisation d'espaces verts supplémentaires assurant la protection, l'assimilation et la filtration des polluants atmosphériques et améliorant le confort du microclimat.

Pour les objets, leurs bâtiments et leurs structures distinctes avec des processus technologiques sources d'impact sur l'environnement et la santé humaine, en fonction de la puissance, des conditions de fonctionnement, de la nature et de la quantité de polluants rejetés dans l'environnement, conformément à la classification sanitaire des entreprises, des industries et des installations Les dimensions suivantes des zones de protection sanitaire sont établies:

  • entreprises de première classe - 1000 m;
  • entreprises de deuxième classe - 500 m;
  • entreprises de troisième classe - 300 m;
  • entreprises de quatrième classe - 100 m;
  • entreprises de cinquième classe - 50 m.

La zone de protection sanitaire des stations d'épuration jusqu'aux limites des bâtiments résidentiels, des zones de bâtiments publics et des entreprises du secteur alimentaire doit être déterminée en tenant compte de leur expansion future et doit être prise en compte conformément au tableau:

La taille de la zone de protection sanitaire d'une station d'épuration peut être réduite par rapport à la classification sanitaire normative pertinente, avec:

  • preuve objective de l'atteinte constante du niveau d'impact anthropique aux limites et au-dessous des exigences réglementaires concernant les observations systématiques (au moins une fois par an) en laboratoire de l'état de la pollution atmosphérique (il est possible de prendre en compte les données de laboratoire relatives à des objets analogues);
  • les mesures ont confirmé que la réduction des niveaux de bruit et d’autres facteurs physiques dans la zone résidentielle était inférieure aux normes d’hygiène;
  • réduction de la capacité, modifications de la composition, reprofilage de l'entreprise et modification de la classe de risque qui en découle.

Demander un rappel

Entrez votre numéro de téléphone:

Votre numéro de téléphone:

Votre adresse email:

Groupe SPECHYDROPROEKT © 2012
109052, Moscou, st. Nizhegorodskaya, 29-33, page 1
[email protected]

7.1.13. Station d'épuration

1. La taille de la zone de protection spéciale pour les stations d’épuration d’une capacité de plus de 280 000 m 3 / jour, ainsi que lors de l’adoption de nouvelles technologies pour le traitement des eaux usées et le traitement des boues, doit être installée conformément aux exigences de la section 4.8. ce document réglementaire.

2. Pour les champs de filtration d'une superficie maximale de 0,5 hectare, pour les champs d'irrigation de type communal d'une superficie maximale de 1,0 hectare. pour les installations de traitement biologique biologique des eaux usées d'une capacité allant jusqu'à 50 m / jour, la ZSP doit être de 100 m.

3. Pour les champs de filtration souterrains d'une capacité allant jusqu'à 15 m 3 / jour, la taille de la ZSP doit être de 50 m.

4. La taille de la ZSP des stations de vidange devrait être de 300 m.

5. La taille de la ZSP des installations de traitement à décharge de surface de type ouvert à la zone résidentielle devrait être de 100 m, celle de type fermé à 50 m.

6. Parmi les stations d'épuration et les stations de pompage du système d'assainissement industriel, qui ne sont pas situées sur le territoire des entreprises industrielles, tant lors de l'autonettoyage et du pompage des eaux usées industrielles que lors de leur nettoyage conjoint avec de l'eau domestique, la taille de la ZSP doit être la même que pour l'industrie eaux usées, mais pas moins que celles énumérées dans le tableau. 7.1.2.

7. La taille de la ZSP entre la fonte de neige et les alliages de neige dans la zone résidentielle devrait être de 100 m.

7.1.14. Entrepôts, amarres et lieux de transbordement et stockage de marchandises, production de fumigation de marchandises et de navires, désinfection de gaz, désinfestation et désinsectisation

CLASSE I - zone de protection sanitaire 1000 m.

1. Entrepôts ouverts et lieux de déchargement du concentré d'apatite, du phosphate naturel, des ciments et autres charges poussiéreuses avec un volume de chargement supérieur à 150 000 tonnes / an. 1

2. Lieux de transbordement et de stockage de produits chimiques liquides à partir de gaz liquéfiés (méthane, propane, ammoniac, chlore, etc.), de composés industriels d'halogènes, de soufre, d'azote, d'hydrocarbures (méthanol, benzène, toluène, etc.), d'alcools, d'aldéhydes, etc. connexions.

1 Le 1er groupe des classes I, II et III ne comprend pas les schémas de transport et les systèmes technologiques utilisant des ascenseurs d’entrepôt et des installations de transport pneumatiques ou autres qui excluent la poussière de cargaison (spécifiée dans les classes I groupes I, II et III) de l’environnement extérieur.

3. Stations d'essuyage et de lavage et de traitement à la vapeur, entreprises de désinfection et de lavage, points de décapage des navires, réservoirs, installations de traitement des eaux usées pour la réception des eaux de ballast et des eaux de lavage contenant des agents de captage spécialisés.

4. Quais et lieux de production de fumigation des cargaisons et des navires, désinfection des gaz, désinfestation et désinsectisation.

CLASSE II - zone de protection sanitaire à 500 m.

1. Entrepôts ouverts et lieux de déchargement du concentré d'apatite, du phosphate naturel, des ciments et autres charges poussiéreuses dont le volume de cargaison est inférieur à 150 000 tonnes / an.

2. Ouvrir des entrepôts et des sites de traitement du charbon.

3. Entrepôts ouverts et lieux de transbordement d'engrais minéraux, amiante, chaux, minerais (sauf radioactifs) et autres minéraux (soufre, pyrite, gypse, etc.).

4. Les lieux de transbordement et de stockage du pétrole brut, du bitume, du mazout et des autres produits pétroliers et produits chimiques visqueux.

5. Entrepôts ouverts et fermés et lieux de transbordement de la poix et des marchandises pekosoderzhaschih.

6. Stockage et manutention de traverses en bois imprégnées d'antiseptiques.

7. Stations sanitaires et de quarantaine.

CLASSE III - zone de protection sanitaire à 300 m.

1. Entrepôts ouverts et lieux de déchargement et de chargement de charges poussiéreuses (concentré d'apatite, phosphates naturels, ciment, etc.) avec un chiffre d'affaires de fret inférieur à 5 000 tonnes / an.

2. Entrepôts fermés, lieux de transbordement et stockage de la cargaison de produits chimiques emballés (engrais, solvants organiques, acides et autres substances).

3. Les entrepôts au sol et les lieux d'expédition ouverts pour la magnésite, la dolomie et autres charges poussiéreuses.

4. Entrepôts de poussière et de cargaisons liquides (eau ammoniacale, engrais, carbonate de sodium, peintures et vernis, etc.).

5. Entrepôts à ciel ouvert et lieux de déchargement de sable sec, de gravier, de pierre et d'autres matériaux de construction minérale.

6. Les entrepôts et les sites pour la surcharge de farine, de gâteaux, de coprah et autres produits végétaux poussiéreux de manière ouverte.

7. Entrepôts, rechargement et stockage des déchets.

8. Entrepôts, rechargement et stockage de cuir non traité salé par voie humide (plus de 200 pièces) et d’autres matières premières d’origine animale.

9. Sites de rechargement constant du bétail, des animaux et des oiseaux.

10. Entrepôts et transbordement de poisson, de produits de la pêche et de produits de chasse à la baleine.

CLASSE IV - zone de protection sanitaire 100 m.

1. Entrepôts et transbordement de peaux (y compris le cuir mokosalinyh à 200 pièces).

2. Entrepôts et lieux ouverts pour le déchargement du grain.

3. Entrepôts et lieux ouverts de déchargement du sel de table.

4. Entrepôts et lieux ouverts pour le déchargement de laine, poils, soies et autres produits similaires.

5. Schémas de transport et techniques de transbordement et de stockage du concentré d'apatite, du phosphate naturel, du ciment et d'autres produits poussiéreux transportés en vrac à l'aide d'élévateurs d'entrepôt et d'installations de transport pneumatiques ou autres, empêchant la poussière de pénétrer dans l'environnement extérieur.

CLASSE V - Zone de protection sanitaire à 50 m.

1. Ouvrir des entrepôts et recharger des matériaux de construction minéraux mouillés (sable, gravier, gravats, pierres, etc.).

2. Stockage et manutention des gâteaux pressés, du foin, de la paille, des produits du tabac, etc.

3. Entrepôts, transbordement de produits alimentaires (viande, produits laitiers, confiseries), légumes, fruits, boissons, etc.

4. Zones de stockage et de chargement pour les produits alimentaires (vin, huile, jus).

5. Sites de déchargement et de chargement des navires et des wagons frigorifiques.

6. Amarrage de rivière.

7. Entrepôts, rechargement et stockage des déchets sans traitement.

Zone de sécurité des installations de traitement des eaux usées

7.1.13. INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX USEES

Les dimensions des zones de protection sanitaire des installations de traitement des eaux usées doivent être appliquées conformément au tableau 7.1.2.

Tableau 7.1.2. Zones de protection sanitaire des stations d'épuration

Stations de pompage et réservoirs de régulation d'urgence, installations de traitement locales

Installations de traitement mécanique et biologique avec des parcelles de boues pour les sédiments fermentés, ainsi que des parcelles de boues

Structures pour le traitement mécanique et biologique avec traitement thermomécanique des boues dans des locaux fermés

1. La taille de la zone de protection sanitaire pour les stations d'épuration ayant une capacité supérieure à 280 000 m 3 / jour, ainsi que lors de l'adoption de nouvelles technologies pour le traitement des eaux usées et le traitement des boues, devrait être établie conformément aux exigences de la section 4.8. ce document réglementaire.

2. Pour les champs de filtration d'une superficie maximale de 0,5 hectare, pour les champs d'irrigation de type municipal d'une superficie maximale de 1,0 hectare, pour les stations de traitement des eaux usées mécaniques et biologiques d'une capacité allant jusqu'à 50 m 3 / jour, la ZSP doit être de 100 m.

3. Pour les champs de filtration souterrains d'une capacité allant jusqu'à 15 m 3 / jour, la taille de la ZSP doit être de 50 m.

4. La taille de la ZSP des stations de drainage devrait être de 300 m.

5. La taille de la ZSP des installations de traitement à décharge de surface de type ouvert à la zone résidentielle devrait être de 100 m du type fermé - 50 m.

6. En ce qui concerne les stations d'épuration et les stations de pompage des systèmes d'égout industriels qui ne sont pas situés sur le territoire des entreprises industrielles, tant lors de l'autonettoyage et du pompage des eaux usées industrielles que lors de leur nettoyage conjoint avec de l'eau domestique, la taille de la zone de protection individuelle doit être identique à celle des industries eaux usées, mais pas moins que celles énumérées dans le tableau. 7.1.2.

7. La taille de la ZSP des points de fonte et d'alliage de neige à la zone résidentielle devrait être de 100 m.

SPZ pour COV

À l'heure actuelle, la documentation réglementaire ne définit pas clairement le terme «installations de traitement locales». Ce terme n’est inscrit qu’au paragraphe 1 du "Règlement relatif à l’utilisation des systèmes municipaux d’approvisionnement en eau et d’assainissement en Fédération de Russie", approuvé. Décret du gouvernement de la Fédération de Russie du 12.02.99 n ° 167: «Les installations de traitement locales sont des structures et des dispositifs conçus pour traiter les eaux usées d'un abonné (sous-abonné) avant qu'elles ne soient rejetées (reçues) dans le système d'égout municipal». Cependant, la clause 1 de ce document est devenue invalide, selon les dernières modifications du 5 janvier 2015.

  • appartenant à une certaine entreprise, à une certaine unité structurelle de production (ou de non-production) (atelier, subdivision, section, production mineure ou auxiliaire, village résidentiel ou datcha), caractérisée organiser leur nettoyage économiquement réalisable directement dans la zone de l'unité structurelle spécifiée;
  • à son tour, l'affiliation susmentionnée peut être caractérisée par les caractéristiques suivantes: géographique (lien avec un objet spécifique, par exemple un village datcha); la production; juridique (appartenant à un certain propriétaire, documenté conformément aux exigences de la législation en vigueur, y compris aux exigences des organismes agréés dans le domaine de la protection de l'environnement);
  • lien étroit d’organisation et de production avec les technologies utilisées par les unités de production d’une entreprise ou d’un autre objet particulier;
  • traitement de types strictement définis d'eaux usées superficielles, industrielles et (ou) domestiques, le plus souvent à l'aide de méthodes physicochimiques et permettant de résoudre des tâches spécifiques, telles que les tâches de réanimation d'une petite colonie située séparément. Dans le même temps, la possibilité de pénétrer dans d’autres types d’eau est pratiquement exclue;
  • dans la plupart des cas - de petits volumes quotidiens d’eaux usées traitées de composition pratiquement inchangée;
  • efficacité de nettoyage élevée, permettant parfois d’organiser l’approvisionnement en eau séquentiel de l’atelier, la subdivision ou le retour au processus de production des composants extraits lors du nettoyage.

Dans le même temps, dans un certain nombre de SanPiN, les COV impliquent également des installations de traitement des eaux usées locales (non centralisées) installées dans des zones non canalisées: SanPiN 2.4.1.2660-10, p. 9.4 " installations de traitement locales "
SanPiN 2.4.5.2409-08, p. 5.3 "En l'absence d'installations centralisées de traitement des eaux usées, les eaux usées sont rejetées dans le système des installations de traitement locales."

Zone de sécurité des installations de traitement des eaux usées

5.5. Station d'épuration

Les zones de protection sanitaire pour les installations de traitement des eaux usées doivent être définies conformément au tableau 5.5.1.

Zones de protection sanitaire des stations d'épuration

Installations de nettoyage

La distance en m avec la capacité estimée des installations de traitement en milliers de m / jour

plus de 5,0 à 50,0

plus de 50,0 à 100,0

1. Installations de traitement mécanique et biologique avec des parcelles de boues pour les sédiments fermentés, ainsi que des parcelles de boues

2. Structures de nettoyage mécanique et biologique avec traitement thermomécanique des boues dans des locaux fermés

3. Champs: a) filtrage

4. Etangs biologiques

1) La zone de protection sanitaire pour les stations d’épuration d’une capacité supérieure à 200 000 m 3 / jour, ainsi que pendant le retrait des technologies reconnues de traitement des eaux usées et de traitement des boues, devrait être établie par décision du médecin hygiéniste en chef de la Fédération de Russie ou de son adjoint.

2) Pour les champs de filtration d’une superficie maximale de 0,5 hectare, pour les champs d’irrigation de type communal d’une superficie maximale de 1,0 hectare, pour les stations d’épuration mécanique et biologique jusqu’à 50 m 3 / jour, la ZSP doit être de 200 m.

3) Pour les champs de filtration souterrains d'une capacité allant jusqu'à 15 m 3 / jour, la ZSP devrait être de 50 m

4) La ZSP indiquée dans le tableau 5.5.1 est autorisée à augmenter en cas de développement résidentiel situé sous le vent par rapport à l’installation de traitement, en tenant compte de la situation aéroclimatique réelle, en coordination avec les organes et institutions du service sanitaire et épidémiologique d’État.

5.6 Principaux oléoducs, gazoducs, pipelines de produits, stations de compression

1. Des voies d'exclusion sanitaires sont créées pour les principaux pipelines de matières premières d'hydrocarbures. Leur valeur est précisée et convenue avec les organes et institutions du service sanitaire et épidémiologique de l'État dans chaque cas.

2. Les distances minimales tiennent compte du degré d'explosion et des risques d'incendie dans les situations d'urgence et sont différenciées en fonction du type de peuplement, du type de bâtiment, de la destination des objets, en tenant compte du diamètre des conduites.

Les pauses suivantes sont établies pour le transport du gaz naturel (tableau 5.6.1).

Distances minimales des gazoducs terrestres ne contenant pas de sulfure d'hydrogène

Lacunes en m pour les conduites des 1re et 2e classes avec un diamètre de conduite en mm

Pourquoi avons-nous besoin d'un égout de zone de sécurité

Eaux usées pour les maisons de campagne

Souvent, dans les limites de la ville, vous pouvez trouver des panneaux avec les désignations de zones de sécurité pour câbles électriques. Mais il est rarement possible de voir la zone de sécurité désignée du système d'égout, bien que des réseaux d'ingénierie externes dans les zones habitées soient installés pratiquement partout. En cas de dommages causés par des tiers, la loi prévoit une responsabilité administrative avec imposition d’une amende aux auteurs. Mais la loi n'énonce pas la responsabilité de l'absence de panneaux d'avertissement sur la présence de zones protégées.

Qu'est-ce que les eaux usées extérieures?

La valeur de «zone de sécurité des égouts» fait référence aux réseaux externes. Il s'agit d'un système de tuyauterie à travers lequel les effluents domestiques et industriels recueillis par les systèmes de drainage internes, ainsi que les eaux de pluie et de fonte, sont transportés vers les stations de pompage, puis vers les stations d'épuration.

Les réseaux externes d’égouts comprennent:

  • pipelines de différents diamètres
  • puits:
    • visualisation
    • delta
    • pivoter

Lors de la conception des eaux usées, prenez en compte plusieurs facteurs importants. Déterminer:

  • volume de déchets
  • conditions de fonctionnement
  • distance à la station de pompage la plus proche
  • la possibilité de se connecter à un collecteur existant
  • composition et propriétés des sols sur le site de la pose proposée du pipeline
  • terrain
  • niveau des eaux souterraines
  • conditions climatiques
  • indice de gel du sol

Contrairement aux systèmes d'égouts internes, les systèmes d'égouts externes fonctionnent dans des conditions plus sévères. Outre l’effet des drains sur la surface interne des canalisations, ils sont influencés par des facteurs externes: sol humide, environnement agressif, baisses de température. L'installation des eaux usées extérieures est réalisée à partir de tuyaux en métal, en plastique, en béton et en amiante-ciment.

Le schéma du système d'égout peut être:

  • système séparé - système séparé d'eaux pluviales et d'égouts
  • semi-séparé - collecte séparée des eaux de pluie et des eaux usées domestiques avec transport ultérieur dans un collecteur commun
  • Système d'égout combiné

Lors de la conception et de l’installation des réseaux d’ingénierie, il convient de respecter les exigences obligatoires de la réglementation de la construction. Des travaux effectués avec compétence sur la pose du réseau externe d’eaux usées seront la clé de son fonctionnement à long terme et sans problème.

Le concept de zone de sécurité

Pollueur des eaux souterraines

Tout système d'égout est une source potentielle de danger pour l'eau potable ou les zones proches. Pour prévenir leur pollution, les eaux usées ont fourni des zones de sécurité ou des zones d’assainissement sanitaires.

Leurs tailles sont clairement définies dans les documents réglementaires - SNiP (codes du bâtiment) et SanPiN (règles sanitaires). Ces tailles dépendent de la profondeur et de l'emplacement du collecteur, du type et du volume de liquides résiduaires.

Les stations de pompage, les installations de traitement des eaux usées et autres installations d’assainissement disposent de leurs propres indicateurs standard, qui varient en fonction de la taille des bâtiments, de leur objectif et de leur emplacement. Vous pouvez toujours obtenir des informations sur leurs frontières auprès des gouvernements locaux et d’organisations spécialisées, ainsi que des bureaux d’études.

Dans les zones de sécurité du réseau d'égouts, il n'est pas autorisé:

  • planter des arbres à moins de 3 mètres des capteurs
  • couper ou verser la terre
  • organiser des entrepôts et des décharges
  • produire des travaux de dynamitage ou des tas
  • utiliser des tambours et des plates-formes
  • bloquer l'accès aux installations
  • effectuer des travaux de levage et de construction sans autorisation
  • effectuer le mouvement du sol à proximité des plans d'eau situés près des voies de communication des égouts, en y immergeant des structures massives, en approfondissant le fond

Conséquences possibles du non-respect des normes requises

Réseaux d'égouts externes en cas d'accident

Les accidents des réseaux d'égouts externes se produisent beaucoup plus souvent que sur les conduites d'eau, les lignes d'alimentation en énergie et les communications. Cela est dû au fait que les zones de sécurité des réseaux d'égout ne comportent pas de panneaux d'avertissement. Les organisations qui exploitent des installations techniques de communication sont tenues de signaler la présence de câbles électriques dans la zone de service avec les panneaux fixes correspondants, mais cela ne s'applique pas aux eaux usées.

En conséquence, les travaux d'excavation sur un site donné sont réalisés sans se rendre compte que celui-ci est situé dans une zone de protection. Dans ce cas, il est possible de causer des dommages à l’environnement, des dommages graves aux réseaux d’égouts ou aux installations d’assainissement, entraînant des dommages matériels, des pertes importantes et des coûts importants pour la restauration.

Ne pas entrer dans une situation difficile facilitera une étude approfondie de la zone dans laquelle il est prévu de produire tel ou tel travail. Un signe de la présence sur le territoire de réseaux d’égouts est situé sur les puits, sur les capots duquel figure un symbole en forme de lettre majuscule "K". Il est nécessaire de commander un plan de communication technique auprès d'organismes spécialisés (instituts de design, administrations locales, fiducies Vodokanal) et de le lire attentivement, d'analyser les zones de sécurité, d'obtenir les autorisations nécessaires, de consulter des spécialistes.

Il est interdit d'effectuer des travaux dans les zones de sécurité des égouts sans autorisation spéciale. Après avoir obtenu l’admission appropriée, le contractant doit:

  • adhérer au strict respect des règles, exigences et réglementations
  • assurer la sécurité des canalisations d'égout et des structures, ainsi que leur intégrité
  • prendre toutes les précautions possibles en suspendant le travail si des incohérences étaient constatées dans les documents et les permis qui lui ont été fournis
  • ramasser les ordures en temps utile et en hiver, la neige et la glace, en assurant le passage sans entrave aux installations d'égout
  • inviter un représentant de l'organisation qui a délivré le permis à la procédure de livraison de l'objet

Ces obligations s’appliquent à tous les entrepreneurs travaillant dans des zones ouvertes et des territoires situés dans des zones protégées.

Règlements et exigences pour les zones de sécurité

Réseaux d'égout des zones de sécurité

Les exigences réglementaires générales sont présentées dans les documents suivants:

  • SNiP 40-03-99 - une version plus récente du SNiP 2.04.03-85 - Exigences de base en matière de conception
  • SNiP 2.07.01-89 * - tout sur la planification et le développement des colonies
  • SNiP 2.05.06-85 * - normes relatives aux pipelines principaux
  • SNiP 3.05.04-85 * - problèmes d'organisation et acceptation des travaux

Les normes et les tailles des zones de protection pour une région donnée sont ajustées et adoptées par les autorités administratives urbaines ou rurales locales.

La zone de sécurité des réseaux d'assainissement dans des conditions normales est établie en fonction du diamètre des tuyaux:

  • jusqu'à 600 mm - à au moins 5 mètres des parois du pipeline
  • 1000 mm et plus - de 10 à 25 mètres dans chaque direction, en fonction de la finalité du réseau d'égouts et de la composition du sol dans lequel le pipeline est installé

Lors de la détermination de la taille des zones protégées, une attention particulière est accordée aux paramètres tels que:

  • risque sismologique
  • température moyenne
  • humidité réelle
  • principales caractéristiques du sol

Avec des données défavorables, la taille des zones de protection augmente.

SNiP 2.07.01-89 * régule clairement la distance horizontale entre les réseaux d'égout souterrains et:

  • Bâtiments de fondation - 5 m pour la pression et 3 m pour le réseau d'égout gravitaire
  • supports, clôtures, supports - 3 et 1,5 m, respectivement
  • essieux ferroviaires - 4 m
  • bordure de chaussée - 2 m pour la pression et 1,5 m pour l'égout gravitaire
  • le bord extérieur de la cuvette - 1 m
  • éclairage de rue et supports de réseau de contact - 1 m
  • supports de réseau haute tension - 3 m

Dans certains cas, la distance est réduite ou augmentée en effectuant les derniers calculs et en déterminant la justification.

Distance requise entre les réseaux d'aqueduc et d'égout

Pose conjointe de canalisations souterraines

Les normes de la SNiP stipulent la distance entre les conduites d'eau et d'égout et les exigences relatives à leur arrangement mutuel.

Les réseaux d'approvisionnement en eau doivent être situés au-dessus de l'égout. Cela est particulièrement vrai à l'intersection des communications. Si cette condition n'est pas possible à remplir, le tuyau d'égout est placé dans un tubage dont la longueur dépend du type de sol. Dans le limon et l'argile, il devrait être de 10 mètres et dans le sable, de 20 mètres. La traversée est autorisée à effectuer uniquement à angle droit.

C'est important! S'il est nécessaire de réparer le système d'égouts ou le système d'alimentation en eau à l'endroit de leur intersection, l'excavatrice ne peut être utilisée que jusqu'à une profondeur d'un mètre au-dessus du niveau de la paroi supérieure du tuyau. Ensuite, les travaux d'excavation sont effectués manuellement sans instrument à percussion.

La distance entre les eaux usées domestiques et les conduites souterraines parallèles posées dans la ville peut être au moins de:

  • 1,5 - 5 m - à l’alimentation en eau, en fonction du matériau de fabrication et du diamètre des tuyaux
  • 0,4 m - à l'égout pluvial
  • de 1 à 5 m - à la canalisation, en fonction de la pression
  • 0,5 m - aux câbles souterrains
  • 1 m - pour chauffer des réseaux

Avec une disposition longitudinale des réseaux principaux d'aqueduc et d'égout, vous pouvez supporter les distances suivantes:

  • 10 mètres - avec un diamètre de 1000 mm
  • 20 mètres - avec un diamètre de plus de 1000 mm
  • 50 mètres - lors de la pose d'autoroutes dans des sols humides

Il est interdit d'installer des réseaux d'égout dans les zones sanitaires des conduites d'eau.

Les collecteurs d'eaux usées dans les zones de protection des eaux doivent être situés à distance:

  • Des berges du fleuve - 250 m.
  • Des lacs - 100 m de la frontière de l'eau.
  • De sources souterraines - 50 mètres ou plus.

C'est important! Il est recommandé d'augmenter toutes ces distances de 10%, car les zones d'eau non protégées sur les schémas ne correspondent pas toujours aux tailles réelles.

La distance de la fosse septique au puits et autres objets

Les experts ont des opinions divergentes sur ce qui constitue une zone de protection des eaux usées. En pratique, il existe des désaccords entre les autorités locales et les organisations d’exploitation. Dans ce cas, les arguments corrects mèneront les experts des entreprises de services d'eau. Par conséquent, la conception préliminaire, la coordination et le respect exact de toutes les exigences permettront d'éviter les conflits éventuels et d'assurer un fonctionnement stable et sans problème de l'égout pendant de nombreuses années.

Conclusion

Lors de la construction de tout type de système d'égout, il est nécessaire de respecter les conditions et exigences techniques nécessaires relatives aux zones protégées. Il peut y avoir des écarts par rapport aux normes acceptées pour l’organisation des égouts, en modifiant la distance minimale entre les murs extérieurs et les murs du pipeline. Mais de tels changements doivent être coordonnés avec les autorités compétentes et obtenir leur autorisation pour travailler dans la zone de protection des égouts.

Il est nécessaire d’adopter une approche responsable face à la question de la sécurité et d’éviter les accidents éventuels dans les communications par les égouts. Après tout, le soutien de la vie des citoyens de tout établissement moderne en dépend.

Zone de protection sanitaire pression d'égout

Question:

La création de la ZSP et son statut sont déterminés par SanPiN 2.2.1 / 2.1.1.1200-03 "Zones de protection sanitaires et classification sanitaire des entreprises, structures et autres objets".

Vous trouverez ci-dessous des liens vers des points spécifiques de ce document.

Les dimensions des zones de protection sanitaire pour les installations de traitement des eaux usées doivent être appliquées conformément au tableau

Zones de protection sanitaire

pour les stations d'épuration

Installations de traitement des eaux usées

Distance en m avec la capacité estimée des stations d'épuration en milliers de m3 / jour

jusqu'à 0,2

plus de 0,2 à 5,0

plus de 5,0 à 50,0

plus de 50,0 à 280

Stations de pompage et réservoirs de régulation d'urgence, installations de traitement locales

Installations de traitement mécanique et biologique avec des parcelles de boues pour les sédiments fermentés, ainsi que des parcelles de boues

Structures pour le traitement mécanique et biologique avec traitement thermomécanique des boues dans des locaux fermés

Champs:
a) filtrage
b) irrigation

La taille de la zone de protection sanitaire pour les stations d’épuration d’une capacité de plus de 280 000 m3 / jour, ainsi que lors de l’adoption de nouvelles technologies pour le traitement des eaux usées et le traitement des boues, doit être définie conformément aux exigences du paragraphe 4.8 du présent document réglementaire.

Pour les champs de filtration d'une superficie maximale de 0,5 hectare, pour les champs d'irrigation de type communal d'une superficie maximale de 1,0 hectare, pour les ouvrages de traitement mécanique et biologique des eaux usées d'une capacité maximale de 50 m3 / jour, la ZSP doit être de 100 m.

Pour les champs de filtration souterrains d'une capacité maximale de 15 m3 / jour, la taille de la zone de protection spécifique doit être de 50 m.

La taille de la ZPP des stations de drainage devrait être de 300 m.

La taille de la ZSP des installations de traitement à décharge de surface de type ouvert à la zone résidentielle doit être mesurée à 100 m, celle de type fermé à 50 m.

Des stations d'épuration des eaux usées et des stations de pompage des réseaux d'égouts industriels qui ne sont pas situés sur le territoire des entreprises industrielles, tant lors du nettoyage et du pompage des eaux usées industrielles que lors de leur traitement conjoint avec des systèmes domestiques, la taille de la zone de protection individuelle devrait être identique à celle des industries d'où proviennent les eaux usées eau, mais pas moins que celle indiquée dans le tableau.

Dans la zone de protection sanitaire, il est interdit de placer: des bâtiments résidentiels, y compris des bâtiments résidentiels séparés, des espaces paysagers et récréatifs, des zones de loisirs, des centres de villégiature, des sanatoriums et des maisons de repos, des partenariats horticoles et des bâtiments de chalets, des résidences de vacances collectives ou individuelles, des parcelles de jardin, ainsi que d'autres territoires dotés d'indicateurs normalisés de la qualité de l'habitat; installations sportives, terrains de jeux, établissements d’enseignement et de garde d’enfants, établissements de traitement médical et de rééducation.

Dans la zone de protection sanitaire et sur le territoire d'objets d'autres industries, il est interdit d'installer des installations pour la production de substances médicamenteuses, de médicaments et / ou de formes posologiques, des entrepôts de matières premières et de demi-produits pour les entreprises pharmaceutiques; Installations de l'industrie alimentaire, entrepôts de vente en gros de matières premières et de produits alimentaires, installations d'approvisionnement en eau pour la préparation et le stockage de l'eau de boisson, susceptibles d'affecter la qualité des produits.

Zone de sécurité des eaux usées: réglementations et conséquences du non-respect

Les eaux usées domestiques, ainsi que les eaux usées industrielles, peuvent être dangereuses pour les sources d’eau, les usines et l’environnement. Pour ces raisons, le concept de zone de protection des eaux usées a été introduit. Quelles sont les exigences pour la protection du réseau d'égout? Le non-respect de la législation en vigueur entraîne-t-il des conséquences? Vous pouvez répondre à ces questions et à d’autres en lisant les informations présentées dans cet article.

Zone avec conditions d'utilisation particulières

Qu'est-ce qu'une zone de sécurité et des normes pour sa création?

Zone protégée: interdictions et conséquences de leur violation

La zone de protection du réseau d'égout est un territoire défini par la réglementation, où il est interdit:

  1. planter des arbres et des arbustes;
  2. faire des travaux de terrassement;
  3. construire des maisons, des entrepôts et d'autres installations;
  4. matériaux de construction de magasin;
  5. construire des dépotoirs;
  6. construire des routes, notamment temporaires, à partir de dalles en béton armé;
  7. bloquer l'accès au système de base.

Les raisons de l’introduction de restrictions sont les suivantes:

  • la possibilité de dommages aux tuyaux des égouts ou des conduites d'eau à la suite de certains types de travaux (terrains, construction, etc.);
  • dépressurisation du système;

Dépressurisation du pipeline après les travaux de terrassement

  • possibilité de pollution de l'environnement.

Normes prises en compte lors de la création d'une zone protégée

Combien de mètres est la zone de sécurité? Pour déterminer la distance entre la canalisation d'égout et une zone sécurisée, suivez les règles établies par les documents:

  1. SNiP 2.07.01-89. Le document établit:
    • la taille minimale du site sur lequel vous pouvez installer des stations de traitement des eaux usées industrielles:

Stations d'épuration industrielles

  • distances minimales par rapport à d'autres objets:

Distance des zones de sécurité

  1. SNiP 2.04.03-85. Le document réglemente la taille de certaines catégories de zones de protection pour des parties du système d'égout:
    • fosse septique - 5 m;
    • puits filtrant - 8 m;
    • champ de filtration - 15 m;
    • tranchées de filtration équipées de filtres en sable et / ou en gravier - 25 m.

La taille des zones de sécurité de certains objets

Les règles et les règles existantes pour choisir un emplacement pour l'emplacement d'un système d'assainissement autonome sont présentées dans la vidéo.

Conséquences du non-respect

Les panneaux suivants peuvent vous alerter de la présence d’une zone de sécurité du réseau d’égout:

  • les fouilles sont interdites;

Signer sur l'imposition de restrictions à la conduite des travaux terrestres

  • la lettre K sur la couverture de l'égout.

Avertissement de l'emplacement du système d'égout

Pour les dommages causés aux canalisations d'égout, l'article 7.7 du Code administratif prévoit des sanctions dans les tailles suivantes:

  1. pour les particuliers - 1 000 à 1 500 roubles;
  2. pour les fonctionnaires - 2 000 à 3 000 roubles;
  3. pour les personnes morales - 20 000 - 30 000 roubles.

La responsabilité pour violation des exigences des services sanitaires sera supportée par:

  • desservant des réseaux d'égouts, à moins que des panneaux spéciaux d'avertissement ne soient installés dans la zone de sécurité;
  • des organisations ou des individus dont les actions ont entraîné une perturbation du système, si les panneaux installés ou les panneaux d'avertissement, ainsi que les exigences de la documentation du projet lors de la construction de certains objets ont été violés.

En plus de la responsabilité administrative, le coupable de l'accident sur les canalisations d'égout sera tenu de:

  • éliminer l'accident vous-même ou payer pour la restauration complète du système;
  • payer pour les dommages causés par des actions illégales à l'environnement.

Tous les travaux dans la zone de protection ne peuvent être effectués qu’après la spécification des limites et l’obtention du permis approprié. Sinon, vous risquez de causer des dommages importants à l'environnement, ainsi qu'à la vie ou à la santé des personnes.